« L’Université de Bordeaux favorise l’orientation progressive de ses étudiants » : Manuel Tunon de Lara

C’est l’une des très grandes universités françaises. Créée en 2014 après la fusion de trois des quatre universités bordelaises, l’Université de Bordeaux compte plus de 50 000 étudiants. Son président, Manuel Tunon de Lara, trace le portrait d’un monde universitaire en pleine mutation dans un entretien en deux parties dont nous vous livrons ici la deuxième moitié.

Olivier Rollot : On évoque une explosion des effectifs universitaires. Quelle évolution a connu l’Université de Bordeaux en 2016-2017 ?

Manuel Tunon de Lara : Nos effectifs sont assez stables : en un an ils sont passés de 52 000 à 54 000 étudiants mais la très grande majorité de ces nouveaux étudiants – 1600 – sont des doubles inscriptions d’élèves de CPGE. En tout nous avons reçu cette année 8900 néo-bacheliers. Les collèges universitaires qui connaissent la plus forte hausse sont les sciences de la santé – nous acceptons tous les candidats en PACES (première année commune aux études de santé) -, le droit et les sciences politiques.… Lire la suite

« Je ne vois aucun avenir à notre Comue ni à la plupart des Comues » : Manuel Tunon de Lara

« Je ne vois aucun avenir à notre Comue ni à la plupart des Comues en général » : Manuel Tunon de Lara (Université de Bordeaux)

C’est l’une des très grandes universités françaises. Créée en 2014 après la fusion de trois des quatre universités bordelaises, l’Université de Bordeaux compte plus de 50 000 étudiants. Son président, Manuel Tunon de Lara, trace le portrait d’un monde universitaire en pleine mutation dans un entretien en deux parties dont nous vous livrons cette semaine la première moitié.

 

Olivier Rollot : Alors que de grands regroupements d’universités, comme ceux de Toulouse ou Paris-Saclay, ont été retoqués ou sont en période de « probation », comment l’université de Bordeaux est-elle parvenue à convaincre le jury des Idex de la pertinence de son projet ?

Manuel Tunon de Lara : De très grandes universités proposant de très beaux projets vont également obtenir l’Idex. Nous avons besoin de grandes universités en province, nous avons besoin de Paris-Saclay ou de la fusion entre UPMC et Paris 4, etc.… Lire la suite