Accréditations internationales des écoles de management : le mode d’emploi de la CGE

« Au sein de la Conférence des Grandes écoles nous avons trois catégories d’écoles : celles déjà accréditées depuis longtemps, celles qui viennent de l’être ou sont en passe et celles qui n’y pensent pas forcément. Avec ce Livre blanc, nous avons voulu expliquer à toutes les processus», explique Jean-François Fiorina (photo), le directeur adjoint de Grenoble EM qui a animé le groupe auquel on doit la publication du Livre blanc « Accréditations internationales des business schools ».

Si les noms AACSB, Equis, Epas ou Amba sont entrés dans le vocabulaire commun des écoles de management, toutes ne savent en effet pas à quoi s’attendre si elles se lancent dans des processus qui peuvent prendre de 3 à 7 ans. « C’est un travail gigantesque, un véritable projet d’entreprise qui impacte tous les personnels et auquel les écoles doivent leur niveau actuel », reprend Jean-François Fiorina.

Se lancer ou pas ?Lire la suite

Les grandes écoles s’interrogent sur les communautés d’université et le rapprochement des prépas et de l’université

Au cœur de la loi à venir sur l’enseignement supérieur et la recherche se trouvent les « communautés d’universités » (devenues « scientifiques » dans la dernière mouture en date de l’avant-projet de loi et pouvant prendre le nom de communauté d’universités « si elle comprend parmi ses membres au moins une université »). Geneviève Fioraso entend en effet faire « éclore une trentaine de sites signataires pour leur territoire d’un contrat de site avec le Ministère ». Trente communautés dont les pouvoirs et la gouvernance sont aujourd’hui au centre de toutes les attentions.

« Rien ne PRES » semble dire la CGE

La remise en cause des pôles de recherche et d’enseignement supérieur, ces fameux PRES qui réunissent aujourd’hui l’ensemble des universités et la plupart des grandes écoles dans des structures communes, provoque bien des inquiétudes. « Cela a été un travail gigantesque de nous réunir. Pourquoi faudrait-il déjà casser tout ce qui a été fait pour repartir dans de nouvelles négociations?… Lire la suite

Bilan 2012 de l’enseignement supérieur: quel modèle pour les écoles d’ingénieurs ?

S’il reste très porteur le modèle français des écoles d’ingénieurs n’en subit pas moins de nombreuses critiques : taille des promotions trop faibles, internationalisation encore insuffisante, recherche pas assez prioritaire, etc. Le tout dans un environnement qui les amène à se rapprocher de plus en plus de l’université dans le cadre des PRES ou, demain, des « grandes universités ».

Des rapprochements, des fusions

Sans donner lieu à des mouvements aussi importants que dans les écoles de management, de nombreux rapprochements entre écoles d’ingénieurs se sont décidés cette année. Réunissant dix écoles Mines et Télécom (d’Albi à Paris) et autant d’associées (Enseeiht Toulouse, Esigelec Rouen, etc.) l’institut Mines-Télécom a ainsi vu le jour cette année. Jusqu’alors constitué de l’Isae-Ensma et l’Isae-Supareo et l’Ensma Poitiers, le groupe Isae a accueilli lui cette année l’Estaca et l’école d’officiers de l’armée de l’air. Trois écoles lilloises, HEI, l’Isa et l’Isen Lille, ont elles créé le groupe groupe HEI-ISA-ISEN (photo, lire sur le blog d’HEADway).… Lire la suite

Bilan 2012 : de nouveaux responsables aux commandes

2012 a été une année présidentielle a bien des égards puisque les universités ont quasiment toutes élus cette année leurs nouveaux présidents. Mais, des changements de direction, il y en a eu pratiquement partout dans l’enseignement supérieur français. À Sciences Po bien sûr mais aussi dans des grandes écoles de management qui voient peu à peu toute une génération de dirigeants passer la main. Sans parler bien sûr du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (les liens sur les noms des responsables mènent à leurs fiches sur Educpros).

MESR : la génération LRU prend la main

En nommant Lionel Collet à la direction de son cabinet et Simone Bonnafous directrice générale pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle (DGESIP), la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso (lire son portrait sur le blog d’HEAdway), a semblé jouer la carte de la continuité. Tous deux ont en effet été membres du bureau de la Conférence des présidents d’université (CPU) qui a orchestré la mise en œuvre de la loi LRU entre 2008 et 2010.… Lire la suite

Bilan 2012 de l’enseignement supérieur: quelle loi après les Assises ?

2012 aura été une année riche en débats et en événements dans le monde de l’enseignement supérieur. Si la préparation des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche a occupé les esprits une bonne partie de l’année, les esprits ont aussi souvent été occupés par les élections universitaires, les fusions des écoles de management, la succession sans fin de Richard Descoings à Sciences Po ou encore les controverses sur les nouvelles pédagogies.

135 propositions

Devenues 135 dans le rapport final de Vincent Berger, président de l’université Paris Diderot et rapporteur du comité de pilotage des assises de l’enseignement supérieur et de la recherche, les 121 propositions issues des Assises de l’enseignement supérieur et de la Recherche vont être au cœur du projet de loi sur l’enseignement supérieur et la recherche.« Soumis à consultation dès la fin janvier dans la perspective d’une présentation en conseil des ministres au mois de mars 2013 » selon un communiqué de la présidence de la République, cette loi devra répondre aux attentes, fortes, de la communauté universitaire sans réduire pour autant à la portion congrue les pouvoirs des présidents d’université.… Lire la suite

Pierre Tapie : « Nos étudiants se sentent de plus en plus responsables »

Directeur général de l’Essec depuis 2001, Pierre Tapie a créé en 2011 le Council on Business & Society avec quatre autres grandes business schools internationales en 2011. Également à la tête de la Conférence des Grandes écoles (CGE) depuis 2009, il veut ainsi plus que jamais démontrer la place qu’il entend voir occuper par les institutions d’enseignement supérieur dans les débats de société.

Olivier Rollot : Vous venez d’effectuer un sondage auprès des étudiants des MBA de vos écoles sur la gouvernance des entreprises et comment ils comptaient exercer leur rôle de futur manager. Quelles conclusions en tirez-vous ?

Pierre Tapie : D’abord qu’ils se sentent de plus en plus concernés par les questions de société. Ils ont de plus en plus conscience du poids de leurs décisions. Un nombre croissant exige des postes en cohérence avec leurs valeurs et ils sont prêts à refuser des postes, même très bien payés, si ce n’est pas le cas.… Lire la suite

Les grandes écoles à la rescousse des décrocheurs

Ce sont chaque année 130 000 jeunes qui quittent chaque année le système éducatif sans aucune qualification selon le Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications). Devant ce qui s’apparente pour beaucoup à un « désastre national », les initiatives se multiplient, comme celle cette année de la Conférence des Grandes écoles (CGE) alors qu’une une ministre déléguée chargée de la Réussite éducative, George Pau-Langevin, a même été nommée.

Les Instituts Horizon Métiers de la CGE

Pour « raccrocher » au système éducatif ceux qui en sont prématurément sortis, la Conférence des Grandes écoles (CGE) propose la création d’Instituts Horizon Métiers. Les jeunes décrocheurs y passeraient les deux tiers de leur temps de formation en entreprise, pour apprendre une compétence et un métier, et le tiers restant à la « reconstitution du socle fondamental de lecture, de l’écriture et du calcul, associé à une certaine culture historique, artistique et littéraire ».… Lire la suite

Bonnes vacances… en pensant aux défis de la rentrée

Comme vous nous partons quelques semaines en vacances. Comme vous nous allons décompresser et, comme vous, avoir quelque part en tête les défis qui attendent le monde de l’enseignement supérieur à la rentrée.

1. Que va-t-il sortir des Assises ?

Pilotées par Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine, les Assises territoriales puis nationales de l’enseignement supérieur et de la recherche qui vont se dérouler de la mi-octobre à la fin novembre doivent déboucher sur une nouvelle loi cadre début 2013. Elles risquent surtout d’être un terrain d’affrontement privilégié entre les opposants farouches à la LRU (Bertrand Monthubert, Isabelle This Saint-Jean, Anne Fraisse, etc.) et ceux qui y ont participé en tant que présidents d’université à la tête de la CPU et sont maintenant aux commandes du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Lionel Collet, Simone Bonnafous, Daniel Filâtre). Les premiers ont l’avantage d’être proches ou membres du PS, les seconds d’être aux manettes.… Lire la suite

Diplômé d’une grande école : pourquoi poursuivre ses études ?

Longtemps les diplômés d’une grande école ne se sont pas posés de question : leur diplôme en poche les entreprises leur ouvraient grandes les bras. Puis, petit à petit depuis 2002, notamment dans les écoles d’ingénieurs, ils se sont rendu compte qu’ils avaient peut-être intérêt à poursuivre leur cursus. Parce que, ingénieurs hauts gradés en France, ils se retrouvaient en bout de table en Allemagne n’ayant pas effectué un doctorat. Parce qu’une double compétence en management était un plus appréciable. Parce qu’à 23 ou 24 ans ils n’ont pas forcément envie de travailler tout de suite ou souhaitent valider leur projet par une formation complémentaire. Parce que le marché du travail était peu porteur tout simplement…

Ils sont aujourd’hui 16% à poursuivre leurs études après leur diplôme d’ingénieur (et 4% après une école de management) selon la dernière enquête d’insertion de la Conférence des Grandes écoles (CGE) portant sur la promotion diplômés en 2011.… Lire la suite

Grandes écoles : des jeunes diplômés qui se placent de mieux en mieux

Au milieu de la sinistrose ambiante, il est toujours plaisant d’entendre des dirigeants d’entreprise optimistes. S’ils ont pour certains d’entre eux des problèmes pour assurer le financement de leur établissement, les directeurs de grandes écoles peuvent au moins se réjouir de savoir que leur « produit fini », leurs diplômés, reste très apprécié par les entreprises. « A 85%, le taux net d’emploi de nos jeunes diplômés de l’année dernière est un des meilleurs que nous ayons jamais connus », se réjouit Bernard Ramanantsoa, directeur général d’HEC, en présentant l’enquête « Insertion des jeunes diplômés » 2012 de la Conférence des Grandes écoles.

Autres chiffres réjouissant : 82,5 % des jeunes diplômés 2011 des écoles d’ingénieurs et de management membres de la CGE ont trouvé leur premier emploi en moins de deux mois. Parmi les autres, 12 % sont en poursuite d’études, majoritairement des élèves issus d’écoles ingénieurs. Nous vous présentons aujourd’hui les indicateurs les plus importants avant, la semaine prochaine, d’entrer dans le détail sur plusieurs thématiques comme « Les différences hommes-femmes », « Où se placent les diplômés » et enfin « Heureux dans son poste, pourquoi? ».… Lire la suite