Où en est Hesam ? : entretien avec son président Jean-Luc Delpeuch

Président de la communauté d’universités et d’établissements Hesam depuis février dernier, Jean-Luc Delpeuch a pour tâche de fédérer un ensemble d’établissements complémentaires (Université Paris 1, Arts et Métiers ParisTech, ESCP Europe, Cnam, etc.) qui ont longtemps eu du mal à définir leur projet commun. Jusqu’à maintenant assure-t-il ! 

Olivier Rollot : Qu’est-ce que vous attendez aujiurd’hui de la Comue Hesam que vous présidez ?

Jean-Luc Delpeuch : La question « Qu’est-ce qu’on peut faire de mieux quand on le fait ensemble ou mieux dans l’établissement ? » me passionne. Il se trouve que je me la pose aussi bien au titre de la Comue Hesam qu’en tant de président d’une communauté de communes. La grande différence entre les deux structures étant que les Comue n’ont pas de ressources propres quand les communautés de communes peuvent – sans en abuser ! – récolter l’impôt. Si elles veulent démontrer leur utilité, les Comue doivent obtenir des financements, français ou européens.… Lire la suite

« Je suis plus que jamais certain que le site toulousain mérite d’être représenté parmi les meilleurs » : Philippe Raimbault, directeur de Sciences Po Toulouse et candidat à la présidence de la Comue Université de Toulouse.


Avec ses 1600 étudiants et ses 50 enseignants, Sciences Po Toulouse fait partie des plus importants instituts d’études politiques (IEP) français. Alors qu’il va déménager sur le site de la Manufacture des Tabacs de Toulouse 1 Capitole à la rentrée 2018, son directeur Philippe Raimbault présente tout un programme de nouveautés. Ambitieux pour un site toulousain, qui vient de perdre son Idex (initiative d’excellence), il se présente également à la présidence de la Comue Université de Toulouse.

Olivier Rollot : Sciences Po Toulouse a connu bien des vicissitudes ces dernières années quand le permis de construire de ses nouveaux bâtiments a été annulé en 2014. Aujourd’hui la situation s’est stabilisée et vous êtes certain de pouvoir intégrer le site de la Manufacture des Tabacs de Toulouse 1 Capitole à la rentrée 2018 ?

Philippe Raimbault : Nous avons travaillé un an pour conclure une convention pérenne avec l’université Toulouse 1 Capitole et l’Etat.… Lire la suite

« Nous voulons créer une offre multidisciplinaire de formation et de recherche cohérente » : Lise Dumasy (Université Grenoble Alpes)

Après les fusions des universités de Strasbourg et Aix-Marseille, l’Université Grenoble Alpes fait partie depuis le 1er janvier 2016 des très grandes universités réunifiées et pluridisciplinaires. Après avoir présidé l’université Stendhal, Lise Dumasy en est la première présidente. Elle nous décrit un éco-système grenoblois sûr de son avenir après sa récente sélection par le jury des Idex (initiatives d’excellence).

 

Olivier Rollot : Les trois universités de Grenoble (Joseph-Fourier, Pierre-Mendès-France et Stendhal) viennent de fusionner. Qu’attendez-vous de cette fusion ?

Lise Dumasy : A Grenoble il y a depuis très longtemps une logique de travail en commun entre les universités. Une logique qui s’est encore renforcée ces dernières années avec les dossiers d’Idex et d’accréditation. Ce dossier de la fusion, je le porte même depuis 2008, et ma deuxième élection à la tête de l’université Stendhal, quand les deux autres présidents s’y sont mis en 2012. Ensemble nous voulons créer une offre multidisciplinaire de formation et de recherche cohérente avec une université qui garde une taille maîtrisable avec ses 45 000 étudiants.… Lire la suite

« Bâtir la Comue est un challenge auquel j’ai eu le temps de me préparer » : Khaled Bouabdallah (Université de Lyon)

Avec plus de 135 000 étudiants, la Communauté d’universités et d’établissements (Comue) Université de Lyon  est le premier pôle scientifique français hors Ile de France et compte vingt établissements du site Lyon Saint-Etienne. Son président, Khaled Bouabdallah, ancien président de l’Université Jean-Monnet de Saint-Etienne et vice-président de la Conférence des présidents d’université (CPU), explique son fonctionnement tout en revenant sur les suites de la décision du Conseil d’Etat d’interdire la sélection en master.

Olivier Rollot : La Comue Université de Lyon a officiellement vu le jour le en février 2015. Ce doit être un sacré challenge que de réunir ainsi plus de 135 000 étudiants, 20 établissements d’enseignement supérieur, des organismes de recherche, etc.

Khaled Bouabdallah : J’ai eu la chance de diriger l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne pendant 9 ans puis également le PRES pendant 3 ans. Le tout pendant l’une des périodes les plus riches de toute l’histoire des universités - autonomie, création d’établissements fédérateurs créant des stratégies de site, etc.… Lire la suite

Les écoles d’ingénieurs lyonnaises lancent leur alliance : entretien avec Frank Debouck (Centrale Lyon)


Les seize écoles d’ingénieurs de Lyon-Saint Étienne, habilitées par la commission des titres d’ingénieurs, membres, associées ou non, de l’Université de Lyon (Insa Lyon, Mines de Saint-Etienne, Centrale Lyon, CPE Lyon, Polytech Lyon, etc.) viennent de créer l’« Alliance des Écoles d’Ingénieurs de Lyon Saint-Etienne » (AEILyS). L’instigateur de cette alliance et directeur de Centrale Lyon, Frank Debouck, explique comment elles veulent ainsi coordonner leurs projets au cœur de la nouvelle région Auvergne Rhône-Alpes.

Olivier Rollot (@O_Rollot) : Quel est votre objectif avec cette alliance ?

Frank Debouck : AEILyS sera une alliance placée sous le signe de la fédération et de la collaboration au sein de laquelle chaque établissement gardera ses spécificités et sera considéré à égalité. Les projets seront impulsés par les écoles et seront menés conjointement afin de soutenir l’Université de Lyon et son projet d’Idex dans lesquels a également été créé une Fédération de recherche en ingénierie et technologie.… Lire la suite

« Nous pouvons très bien travailler avec les universités » : Francis Jouanjean (CGE)

Délégué général de la Conférence des grandes écoles depuis 2013 Francis Jouanjean est à ce titre au cœur du « réacteur » d’une des plus importantes mutations qu’ait jamais connu l’enseignement supérieur français. Son bilan des réformes et son regard sur les évolutions encore à venir.

Olivier Rollot : On parle d’explosion des effectifs dans l’enseignement supérieur cette année. Qu’en est-il pour les grandes écoles ?

Francis Jouanjean : Ces chiffres sont à nuancer, notamment parce qu’on compte deux fois beaucoup d’élèves de classes préparatoires qui sont inscrits également dans une université. Néanmoins la croissance est réelle. Entre 2007 et 2014 les grandes écoles ont accueilli plus de 100 000 étudiants supplémentaires, soit une hausse de 36%, Pendant la même période l’université accueillait 96 000 étudiants supplémentaires. Pour ce qui concerne les écoles nous avons piloté cette augmentation en maintenant la qualité de nos formations et l’insertion professionnelle de nos diplômés.… Lire la suite

Ce que va apporter le statut d’EESPIG : les explications de Jean-Michel Nicolle (UGEI)

L’Union des grandes écoles indépendantes (UGEI) regroupe 31 grandes écoles de commerce et d’ingénieurs associatives ou privées membres de la Conférence des Grandes écoles (CGE). Aujourd’hui elles sont particulièrement concernées par la création d’un nouveau label d’« établissement d’enseignement supérieur privé d’intérêt général » (EESPIG). Jean-Michel Nicolle, président de l’UGEI et directeur de l’école d’ingénieurs EPF, nous en fait découvrir les tenants et les aboutissants tout en décrivant un enseignement supérieur contrasté pour les écoles membres de l’UGEI.

Jean-Michel Nicolle
Jean-Michel Nicolle

Olivier Rollot : Où en sont les relations des grandes écoles indépendantes avec le gouvernement ? On sait que les subventions dont bénéficiaient beaucoup de ses membres ont fortement baissé en 2013 (-15%) puis 2014 (-9,5%) avant de se stabiliser semble-t-il cette année.

Jean-Michel Nicolle : Il faut reconnaitre que nous avons eu le sentiment, pendant un temps, que le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ne comprenait pas le modèle des établissements privés et qu’il ne mesurait pas son importance (rappelons que les écoles contractualisées représentent 80 000 étudiants sur un total d’environ 450 000 inscrits dans l’enseignement privé) et son rôle dans notre société.… Lire la suite

Stratégie d’université et d’école : PSL et l’interdisciplinarité

  • Tout l’été nous vous proposons de retrouver des grands entretiens publiés sur ce blog en 2014-2015 et qui présentaient des stratégies d’établissements.

L’Université de recherche (communauté d’universités et d’établissements -Comue – et fondation de coopération scientifique) Paris Sciences et Lettres – PSL Research University regroupe 25 « pépites » de l’enseignement supérieur qui vont de l’ENS Ulm aux Mines de Paris en passant par l’université Paris Dauphine, l’EHESS ou encore les Beaux-Arts de Paris. Un ensemble qui a vocation à s’imposer au niveau mondial et que dirige depuis trois mois Thierry Coulhon, un mathématicien de haut niveau qui a passé les deux dernières années à diriger un département dans une université australienne. En France il a occupé de nombreux postes, dont la présidence de l’université de Cergy-Pontoise, mais est surtout connu pour avoir supervisé l’application de la loi sur l’autonomie des universités en 2008 en tant que conseiller spécial puis directeur adjoint de cabinet auprès de Valérie Pécresse quand elle était ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.… Lire la suite

« Nous sommes aujourd’hui dans une dynamique positive avec Hesam » : Philippe Boutry, président de l’université Paris 1

Principale université française dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS), l’université  Paris 1 Panthéon Sorbonne fait partie de ces quelques établissements d’enseignement supérieur français dont la renommée est mondiale. Rencontre avec Philippe Boutry, son président, pour évoquer ses principaux dossiers du moment : la mise en place de sa Comue, la création du campus Condorcet ou encore la nouvelle identité visuelle de son université.

Philippe Boutry Olivier Rollot : Ces derniers mois ont été marqués par le départ de quatre grandes écoles, dont l’Ehess ou l’Ecole des chartes, vers une autre communauté d’universités et d’établissements (Comue) qu’Hesam dont vous faites partie avec les Arts et Métiers, l’Escp Europe ou encore l’ENA. Peut-on affirmer aujourd’hui qu’Hesam est repartie de l’avant ?

Philippe Boutry : Nous sommes aujourd’hui dans une dynamique positive avec, après une période pendant laquelle nous avions un administrateur provisoire, un nouveau président, Laurent Carraro, le directeur des Arts et Métiers.… Lire la suite

Saclay, Hesam, PSL : quel équilibre dans les Comue ?

Saclay, Hesam, PSL : fin 2014 trois grandes Comue parisiennes ont changé de direction. La première a mis son avenir dans les mains d’un grand chercheur, Gilles Bloch, la deuxième au directeur d’une des plus grandes écoles d’ingénieurs françaises que sont les Arts et Métiers, Laurent Carraro, la troisième à ancien président de l’université Cergy Pontoise et également chercheur, Thierry Coulhon. Trois personnalités, trois Comue, trois cas pratiques qui donnent l’occasion de se pencher sur ce que seront demain les Comue.

Des dirigeants très politiques

De 2006 à 2009, Gilles Bloch a été directeur général de la recherche et de l’innovation au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Après avoir été son conseiller spécial, Thierry Coulhon a été directeur adjoint du cabinet de Valérie Pécresse, de 2009 à 2010, et a ensuite piloté de programme « campus d’excellence » dans le cadre du Grand emprunt.… Lire la suite