« Notre passage à la BCE est favorable à la dynamique d’ICN » : Florence Legros

En quittant cette année le concours Ecricome pour intégrer la BCE, ICN Business School a provoqué fin 2016 un vif débat avec ses deux anciens partenaires, Kedge et NEOMA. Sa directrice, Florence Legros, explique ses motivations et sa stratégie.

Olivier Rollot (@O_Rollot) : ICN Business School a pris la décision de quitter les concours Ecricome à l’automne dernier. Pouvez-vous faire un premier bilan de votre intégration dans la BCE pour les prépas, Passerelle pour les admissions parallèles et Atout+3 pour votre bachelor ?

Florence Legros : C’est encore trop tôt pour les deux premiers et on attend la deuxième session d’Atout+3 pour faire le point sur le troisième. Mais je répète ce que j’ai déjà dit : ce changement est favorable à la dynamique d’ICN BS avec de nouveaux développements, de bons classements dans le « Financial Times » notamment, de nouveaux locaux pour la prochaine rentrée, etc.

O.Lire la suite

« La BCE a un vrai pouvoir d’attraction »

Directeur des admissions et concours de la chambre de commerce et d’industrie Paris Ile-de-France, Philippe Régimbart joue à ce titre un rôle essentiel dans l’organisation du principal concours d’admission des élèves de classes prépas économiques et commerciales, la BCE. Il revient avec nous sur son fonctionnement.

Olivier Rollot : Il y a maintenant trois ans que vous avez pris la direction des admissions et concours (DAC) de la CCI Paris Ile-de-France. A ce titre vous organisez notamment le concours de la Banque commune d’épreuves (BCE) qui réunit 24 grandes écoles de management et trois écoles associées (Saint-Cyr, l’ENS Cachan et l’Ensae). Comment se porte le concours ?

Philippe Régimbart : Bien si j’en crois les nouveaux membres que nous accueillons chaque année : en 2014 l’ISG passe du statut d’école associée à membre, en 2015 c’est au tour de Brest Business School et du Groupe ESC Clermont de faire leur retour dans la BCE et cette année ICN Busines School nous rejoint.… Lire la suite

Sigem 2016 : qui fait le plein, ou pas ?

C’est l’indicateur que regardent avec le plus d’attention  les directeurs d’écoles de commerce chaque année : quelle école ont finalement choisi les élèves de prépas dans le cadre de la procédure d’admission Sigem. Le 19 juillet à 15 h les résultats sont tombés : si l’immense majorité des écoles remplit ses objectifs,  huit écoles ne font le « plein ». « Il faut tenir compte de la démographie du secteur qui est absolument plate. Cette année nous avons huit admissibles de plus qu’en 2015 pour 130 places supplémentaires en tout », commente Jean-Christophe Hauguel, président du Sigem et directeur général adjoint de l’EM Normandie. Comme l’année dernière près de 1000 élèves ont préféré ne pas intégrer une école. « Ils cubent, en espérant intégrer une meilleure école que celle dans laquelle ils ont été reçus, ou sortent su système pour partir dans d’autres établissements ou à l’étranger », analyse Jean-Christophe Hauguel.

Les écoles qui peuvent se réjouir

Les écoles du haut du pannier progressent assez largement : +55 reçus pour l’EMLyon, +40 pour Audencia, +25 pour Grenoble EM, +10 pour Rennes School of Business, etc.… Lire la suite

« Le cursus CPGE-GE constitue une véritable filière » : « Philippe Heudron (APHEC)

L’Association des professeurs des classes préparatoires économiques et commerciales (APHEC) regroupe des enseignants issus de tous les établissements publics ou privés sous contrat ayant des CPGE économiques et commerciales. Son président, Philippe Heudron, nous explique pourquoi les prépas sont, plus que jamais, une formation moderne.

Philippe Heudron

Olivier Rollot : Les classes préparatoires sont constamment critiquées. Que pouvez-vous dire aux élèves qui sont en train de s’inscrire sur APB et hésitent ?

Philippe Heudron : Être en classe préparatoire est une chance et aucun de nos anciens étudiants ne regrette ce choix. Les études y sont exigeantes, mais à 18 ans, doit-on refuser l’exigence ? Nos classes offrent une formation pluridisciplinaire inédite. Très loin du bachotage, l’objectif est de former des acteurs critiques du monde contemporain. Par les approches croisées de nombreuses disciplines, les étudiants apprennent à saisir le sens des problèmes dans toute leur complexité et à les analyser avec méthode et nuance.… Lire la suite

Heureux comme un élève de prépa !

Avec le concours d’Espace Prépas, l’EM Strasbourg vient de sortir la deuxième édition de son enquête Génération prépa réalisée auprès de 1051 élèves de prépas économiques (40%, scientifiques (32,5%), littéraires (16,5%) et technologiques (10%). Alors que plus de 80% « recommanderaient la prépa à un(e) ami(e) ou à un membre de la famille » – en hausse de 6% par rapport à 2014 – ils sont un peu plus de 53% à considérer que « les classe préparatoires sont mal traitées dans la presse et mal vues par la société ».

S’ils souhaitent avant tout obtenir la « meilleure école possible » au concours (50,5%), loin devant « relever un défi personnel » (23,5%), cette priorité ne l’est pas dans les mêmes proportions pour les filles et les garçons : 59% des garçons contre 46,5% des filles veulent « décrocher la meilleure école » et 26% des filles souhaitent « relever un défi personnel » contre 19% des garçons.… Lire la suite

Quels sont les ressentis et les attentes des élèves de prépas économiques et commerciales?

L’EM Strasbourg et Espace Prépas ont réalisé une enquête « Génération prépa » auprès de 1000 élèves de prépas économiques et commerciales. « 75% recommandent cette orientation et contredisent ainsi une vision caricaturale des classes prépa, souvent décrites comme deux années de galère », commente Isabelle Barth, la directrice de l’EM Strasbourg.

Leur vision de la prépa

Près de 76% des élèves de prépas interrogés déclarent être d’abord en prépa pour décrocher la meilleure école possible et 43% pour « relever un défi personnel » (et un peu plus de 5% pour « faire plaisir à mes parents »). Résultat 75% disent travailler beaucoup (48%), passionnément, à la folie et même trop (7,4%) (17% font aussi « juste ce qu’il faut pour ne pas attirer l’attention des professeurs »). Mais voilà ce travail est encore fait (à plus de 71,6%) seul et il leur faudra apprendre à travailler ensemble une fois admis dans une école.… Lire la suite

Qui veut la peau des prépas ?

Aujourd’hui 9 décembre les professeurs de prépas vont sans doute descendre très nombreux dans la rue pour défendre leur pouvoir d’achat face aux menaces que fait peser dessus le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon. Au nom de l’équité et d’une meilleure reconnaissance des enseignants de ZEP, c’est essentiellement la question de la suppression de une à deux heures de décharge hebdomadaire des 7000 à 8000 enseignants de classes préparatoires qui est en cause. Si elle était appliquée cette mesure amènerait en effet selon les syndicats des pertes de rémunérations de 10 à 20% pour les enseignants de prépas. « Je ne vois quel salarié accepterait subitement de voir sa rémunération amputée de 15% qui peut par exemple impliquer une renégociation de prêt », s’insurge Sylvie Bonnet, la présidente de l’Union des professeurs de spéciales qui pense aussi aux « plus jeunes qui ont choisi cette voie plutôt que le privé parce qu’ils savaient qu’ils bénéficieraient de bonnes conditions matérielles ».… Lire la suite

« Henri IV s’est ouvert socialement sans faire baisser ses résultats » Patrice Corre, proviseur du lycée Henri IV

Le proviseur de l’un des plus prestigieux lycées de France, le lycée Henri IVà Paris, a pris le parti, il y a maintenant plusieurs années, de favoriser la diversité sociale dans son établissement. Il fait aujourd’hui le point tout en s’interrogeant sur les évolutions que vont connaître les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) dans les années à venir.

Olivier Rollot : L’objectif que vous vous étiez fixé d’un taux de 30% de boursiers a été atteint en 2ème année comme en 1ère année en 2011-2012. Quelles conclusions pouvez-vous en tirer?

Patrice Corre : D’abord que nous nous sommes ouverts socialement sans faire baisser les résultats. J’attendais d’avoir suffisamment de recul pour pouvoir l’affirmer mais maintenant c’est clair : en 2012 nous avons même établi une performance record avec 404 élèves admis à un concours au moins, soit 71% d’admis (100% en sciences pour 47% en khâgnes) et plus de 60% d’intégrés toutes filières confondues.… Lire la suite

Les grandes écoles s’interrogent sur les communautés d’université et le rapprochement des prépas et de l’université

Au cœur de la loi à venir sur l’enseignement supérieur et la recherche se trouvent les « communautés d’universités » (devenues « scientifiques » dans la dernière mouture en date de l’avant-projet de loi et pouvant prendre le nom de communauté d’universités « si elle comprend parmi ses membres au moins une université »). Geneviève Fioraso entend en effet faire « éclore une trentaine de sites signataires pour leur territoire d’un contrat de site avec le Ministère ». Trente communautés dont les pouvoirs et la gouvernance sont aujourd’hui au centre de toutes les attentions.

« Rien ne PRES » semble dire la CGE

La remise en cause des pôles de recherche et d’enseignement supérieur, ces fameux PRES qui réunissent aujourd’hui l’ensemble des universités et la plupart des grandes écoles dans des structures communes, provoque bien des inquiétudes. « Cela a été un travail gigantesque de nous réunir. Pourquoi faudrait-il déjà casser tout ce qui a été fait pour repartir dans de nouvelles négociations?… Lire la suite

IUT et prépas s’interrogent sur la future loi sur l’enseignement supérieur

Il y a maintenant quelques années que les professeurs de prépas comme les IUT se sentent régulièrement agressés par les réformes gouvernementales. Il n’est donc pas étonnant que la future loi sur l’enseignement supérieur, et notamment son futur Article L.612-3 portant sur « L’orientation des bacheliers technologiques et professionnels et le rapprochement universités CPGE », ne fasse pas exception à la règle.

Qu’est ce qui pourrait changer pour les prépas ?

« Généraliser les conventions entre chaque lycée abritant des classes préparatoires et un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur de son choix », voilà ce que propose aujourd’hui Geneviève Fioraso dans un communiqué qui fait suite aux critiques appuyées sur son projet de loi venues des représentants des prépas (lire « Les prépas dans le viseur du gouvernement » sur Le Figaro Etudiant). Un point qu’on retrouve dans une première version du projet de loi que s’est procuré Educpros.… Lire la suite