Pierre Tapie : « Nos étudiants se sentent de plus en plus responsables »

Directeur général de l’Essec depuis 2001, Pierre Tapie a créé en 2011 le Council on Business & Society avec quatre autres grandes business schools internationales en 2011. Également à la tête de la Conférence des Grandes écoles (CGE) depuis 2009, il veut ainsi plus que jamais démontrer la place qu’il entend voir occuper par les institutions d’enseignement supérieur dans les débats de société.

Olivier Rollot : Vous venez d’effectuer un sondage auprès des étudiants des MBA de vos écoles sur la gouvernance des entreprises et comment ils comptaient exercer leur rôle de futur manager. Quelles conclusions en tirez-vous ?

Pierre Tapie : D’abord qu’ils se sentent de plus en plus concernés par les questions de société. Ils ont de plus en plus conscience du poids de leurs décisions. Un nombre croissant exige des postes en cohérence avec leurs valeurs et ils sont prêts à refuser des postes, même très bien payés, si ce n’est pas le cas.… Lire la suite

Bonnes vacances… en pensant aux défis de la rentrée

Comme vous nous partons quelques semaines en vacances. Comme vous nous allons décompresser et, comme vous, avoir quelque part en tête les défis qui attendent le monde de l’enseignement supérieur à la rentrée.

1. Que va-t-il sortir des Assises ?

Pilotées par Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine, les Assises territoriales puis nationales de l’enseignement supérieur et de la recherche qui vont se dérouler de la mi-octobre à la fin novembre doivent déboucher sur une nouvelle loi cadre début 2013. Elles risquent surtout d’être un terrain d’affrontement privilégié entre les opposants farouches à la LRU (Bertrand Monthubert, Isabelle This Saint-Jean, Anne Fraisse, etc.) et ceux qui y ont participé en tant que présidents d’université à la tête de la CPU et sont maintenant aux commandes du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Lionel Collet, Simone Bonnafous, Daniel Filâtre). Les premiers ont l’avantage d’être proches ou membres du PS, les seconds d’être aux manettes.… Lire la suite

Sigem 2012 : les affectations des élèves

Force est de constater que, comme 2011, le cru 2012 des affectations Sigem n’est pas bon pour beaucoup d’écoles. Si la plupart des « grandes » font toujours le plein (Essec, Audencia, Euromed, Grenoble etc.), il manque 24 élèves à Toulouse pour que ce soit le cas et 42 au campus niçois de Skema. HEC préfère elle ne recruter que selon ses stricts besoins en ne recrutant que 380 élèves et il lui manque en définitive quatre élèves pour affecter toutes ces places après les désistements. L’ESC Rennes School of Business augmente elle son quota de préparationnaires (+30) et profite d’une bonne dynamique pour faire le plein.

Cette année, deux « gadins » sont particulièrement remarquable : celui de l’ESC Saint-Etienne, qui n’attire que deux préparationnaires pour 60 places (iles étaient encore 16 en 2011), et surtout de l’Inseec (222 reçus pour 300 places après des années d’expansion et 280 reçus en 2011).… Lire la suite

Quotas de bacheliers dans les prépas : les données à connaître

En proposant le 27 mars que 5 à 6% des élèves de toutes les classes de terminale se voient réserver des places en prépas, François Hollande a provoqué un beau tumulte dans le petit monde de l’enseignement supérieur. En moyenne, un peu plus de 9% des élèves de terminale générales et technologiques s’orientent aujourd’hui dans des prépas. En moyenne car beaucoup de lycées n’en envoient aucun quand c’est la norme dans les meilleurs. D’où l’idée de quotas.

De grandes disparités

Au total les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) comptaient un peu moins de 85 000 élèves pendant l’année scolaire 2010-2011. En 30 ans les effectifs ont quasiment doublé, suivant ainsi la courbe générale de l’enseignement supérieur. Le chiffre global de 9% de terminales s’orientant en prépas masque de grandes différences selon les séries et les établissements. Parmi les quelques 39 300 élèves intégrant une prépa en 2010, 94,1% avaient obtenu un bac général et… 5% un bac technologique.… Lire la suite