Enquête IESF 2013 : les ingénieurs ne connaissent pas la crise

Après l’enquête de la Conférence des Grandes écoles la semaine dernière, c’est au tour d’Ingénieurs et scientifiques de France (IESF) de le confirmer: même si leur situation se dégrade quelque peu, les jeunes ingénieurs se placent toujours bien sur le marché du travail. Six mois après sa sortie de l’école, la promotion 2012 compte ainsi 64% de jeunes en activité contre 67% pour la promotion 2011 à la même date. Les autres sont 12% à poursuivre leurs études (proportion analogue à celles des deux années précédentes) alors que la proportion à effectuer un doctorat fait plus que doubler: 9% contre 4% l’an dernier.

Toujours proche du plein emploi

Au total selon IESF ce ne sont que 4% des ingénieurs qui sont au chômage soit une légère augmentation de 0,5% par rapport à l’enquête 2012. «Pour l’instant les ingénieurs traversent la crise sans grand dommage et ne sont pas particulièrement inquiets pour leur avenir (8%), à l’exception des ingénieurs des télécoms chez qui le taux de ceux qui craignent de perdre leur emploi monte à 20%», commente Gérard Duwat, le président de l’Observatoire en charge de l’enquête qui a interrogé cette année plus de 40 000 ingénieurs en activité.… Lire la suite

Insertion des jeunes diplômés des grandes écoles: ce qu’il faut retenir de l’enquête 2013 de la CGE

Comme chaque année la Conférence des Grandes écoles vient de publier son enquête sur l’insertion des jeunes diplômés. «Si le taux d’emploi net est en baisse (81,5% sur l’ensemble des diplômés contre 84,9% sur l’année 2012) on est loin de l’effondrement que certains annonçaient», se félicite Bernard Ramanantsoa, directeur général d’HEC et responsable à la CGE de ce qu’on appelle la commission «aval» en charge de l’insertion des jeunes diplômés.

Les ingénieurs s’en sortent mieux que les managers

Pas d’effondrement mais une nette différence entre managers et ingénieurs puisque le taux net d’emploi de ces derniers se maintient à 83,5% contre 78,4% chez les managers. Au total, un peu plus de 19% des managers diplômés en 2012 étaient ainsi encore en recherche d’emploi lorsque l’enquête a été effectuée (de janvier à mars 2013) pour 13,3% des ingénieurs. Il y a un an l’écart était bien plus faible : 14,6% et 11,5%.… Lire la suite

« Nos étudiants n’ont pas eu de difficulté particulière pour trouver un emploi cette année »: entretien avec Catherine Leblanc, directrice générale de l’Essca

L’Essca fait partie des toutes meilleures d’écoles de commerce postbac. Alors que le marché de l’emploi se fait morose, sa directrice, Catherine Leblanc, rappelle les atouts qu’ont les écoles de commerce, et singulièrement la sienne, quand il s’agit de trouver un emploi à leurs diplômés.

Olivier Rollot: Quels sont les chiffres dont vous disposez sur l’emploi de votre dernière promotion?

Catherine Leblanc: Les premiers chiffres que nous avons reçus, et qui ne sont pas encore définitifs, indiquent que la promotion 2012 s’est placée à 90% en quatre mois après son diplôme pour un salaire moyen à l’embauche de 33680 euros. Donc pas de difficulté particulière pour trouver un emploi mais des premiers salaires peut-être en légère baisse et un taux d’expatriation qui reste stable (20%). En termes de choix de métiers nous voyons une importante hausse des embauches dans le conseil. Les métiers de la finance attirent 39% des jeunes diplômés, le marketing et les fonctions commerciales 48%.… Lire la suite

«Les écoles de commerce sont une garantie sécurité pour les employeurs»: entretien avec Isabelle Barth, directrice de l’EM Strasbourg

En période de crise les grandes écoles mettent plus que jamais en valeur la « plus value » qu’elles apportent à leurs diplômés en matière d’emploi, tant parce qu’elles constituent une garantie pour les employeurs que dans leur mode de préparation de leurs diplômés. Directrice générale de l’EM Strasbourg, Isabelle Barth revient sur les « plus » des écoles tout en regrettant que les inégalités entre hommes et femmes persistent à la sortie de l’école.

Olivier Rollot : On imagine qu’à la sortie d’une grande école les écarts de salaire entre hommes et femmes possédant le même diplôme sont faibles. L’étude que vous avez menée récemment montre le contraire.

Isabelle Barth : Il y a 12% de différence dès l’entrée dans la vie active et l’écart se creuse tout au long de la vie pour atteindre 17% à 27% à emploi égal en fin de carrière. On pouvait jusqu’ici imaginer que c’est parce que les filles choisissaient des emplois moins bien rémunérés (ressources humaines ou communication) pendant que les garçons optaient pour des carrières mieux payées comme l’audit ou la finance.… Lire la suite

Deloitte veut élargir son recrutement: entretien avec Jean-Marc Mickeler, associé responsable de la marque employeur

Acteur majeur de laudit et du  conseil en France, Deloitte est un recruteur de premier plan pour les jeunes diplômés avec 800 à 1000 postes à pourvoir. Le cabinet a publié cette année son deuxième « Baromètre de lhumeur des jeunes diplômés ». Loccasion de revenir avec Jean-Marc Mickeler, Associé Responsable de la Marque Employeur chez Deloitte, sur lactualité de lemploi des jeunes comme sur celle dune entreprise qui fait aujourdhui près de 30 milliards deuros de chiffre daffaires dans le monde.

Olivier Rollot : On a essentiellement retenu de votre étude que 27% des jeunes diplômés songeaient à faire carrière à l’étranger. Quels autres grands enseignements en tirez-vous ?Lire la suite

Les recruteurs jugent les formations en management

Pour la sixième fois le concours d’admission sur titre de les écoles de commerce Passerelles est allé à la rencontre des recruteurs (sondage Ifop réalisé auprès de 405 d’entre eux). Et bien pas moins de 59% d’entre eux jugent la formation en école de commerce pas adaptée aux besoins de l’entreprise (39% la trouvent adaptée). Leurs reproches ? Des cours pas adaptés (66%).

Les attentes des recruteurs

À 80% les recruteurs attendent d’abord des jeunes recrutés qu’ils aient une « spécialisation dans un métier ou dans un secteur en lien avec l’activité de leur entreprise » et qu’ils bénéficient de plusieurs expériences professionnelles.

Universités vs. grandes écoles

Comparés aux diplômés de l’université les étudiants issus des écoles sont plus internationaux (pour 80% des réponses) et plus d’expériences professionnelles (69%). Les deux profils font jeu égal en termes de connaissances académiques (68% des recruteurs interviewés pensent qu’ils en ont autant pour 19% qui pensent que les diplômés des écoles de commerce en ont plus) ou de culture générale (54% les voient à égalité, 31% donnent l’avantage aux écoles et 15% aux universités).… Lire la suite

Université : quelles conclusions tirer de l’enquête annuelle d’insertion des diplômés?

Alors qu’elle avait provoqué beaucoup de remous lorsqu’elle était sortie pour la première fois il y a deux ans, l’enquête annuelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sur l’insertion professionnelle des diplômés de l’université (de 2009) n’a guère provoqué de remous cette année. Il est vrai qu’en travaillant sur des indicateurs à trente mois elle ne peut guère montrer de grandes différences entre les filières. De plus, plusieurs universités, dont Paris 2 Panthéon-Assas ou Dauphine, n’ont pas répondu et beaucoup d’autres donné des indicateurs incomplets, notamment sur… leurs taux d’insertion. Pour autant, on peut en tirer quelques enseignements.

Des licences pros qui s’intègrent très bien

80% des diplômés de licence professionnelle (LP) ont en emploi stable contre 73% et 71% en master et en DUT. De la même façon, 96% des LP un emploi à temps plein contre 94% et 92% en master et en DUT.

Des diplômés qui s’insèrent plus ou moins bien selon leur domaine

Les diplômés des domaines droit-économie-gestion et technologies-sciences-santé sont pour 92% d’entre eux en emploi 30 mois après leur entrée dans la vie active contre 88% en sciences humaines et sociales et 85% en lettres-langues-arts.… Lire la suite

Classement Universum suite : dans quelles entreprises rêvent de travailler les étudiants français ?

Spécialisé dans la communication entre les étudiants et les employeurs, le cabinet Universum publie chaque année son « Global Top 50 », le classement mondial des employeurs préférés des étudiants des plus grandes économies de la planète 12 (USA, Japon, Chine, France, Allemagne, Angleterre, etc.). En France, plus de 31 000 étudiants des grandes écoles & universités françaises ont élu leurs employeurs idéaux. Le classement Universum y distingue quatre grandes catégories d’étudiant : en ingénierie et en commerce/management en grandes écoles et à l’université.

Les futurs managers choisissent…

Les managers ont classé en 2012 LVMH premier pour…. la septième année consécutive. Viennent ensuite sur le podium, tout comme en 2011, L’Oréal et Apple. Derrière Google conserve sa 4ème place et Canal + la 5ème. Chez les universitaires issus de la filière commerce/management, le top 3 des employeurs les plus attractifs réalise le même tiercé, mais dans le désordre, que leurs homologues des grandes écoles.… Lire la suite

Classement Universum : dans quelles entreprises les étudiants rêvent de travailler

Spécialisé dans la communication entre les étudiants et les employeurs, le cabinet Universum publie chaque année son « Global Top 50 », le classement mondial des employeurs préférés des étudiants des plus grandes économies de la planète 12 (USA, Japon, Chine, France, Allemagne, Angleterre, etc.).

Google gagne pour la 4ème année consécutive

Le classement Universum distingue deux grandes catégories d’étudiant : en ingénierie et en commerce/management. Dans ces deux catégories c’est pour la quatrième année consécutive Google qui se classe en tête des entreprises dans lesquelles les étudiants veulent travailler. Un plébiscite unanime d’autant plus remarquable que derrière l’invincible Google ingénieurs et managers ont des visions très différentes de ce qu’est pour eux l’entreprise idéale.

Les ingénieurs rêvent de travailler chez…

Tout comme en 2011, IBM et Microsoft se classent 2ème et 3ème au niveau mondial. « Les géants de l’industrie du logiciel sont considérés comme d’excellentes entreprises pour débuter une carrière d’ingénieur ou en informatique.… Lire la suite

Jeunes actifs diplômés des grandes écoles : dans quels secteurs s’épanouissent-ils le plus ?

Faut-il mieux bien gagner sa vie dans un secteur peu épanouissant ou moins bien gagner sa vie mais dans un secteur plus ouvert ? Y a-t-il une corrélation évidente entre niveau salaire et satisfaction dans le travail ? Autant de questions que s’est posée la Conférence des Grandes écoles (CGE) dans sa dernière enquête d’insertion portant sur la promotion diplômée en 2011.

L’argent fait-il le bonheur ?

Sur le graphique ci-dessous la satisfaction dans l’emploi est notée sur une échelle allant de 1 à 5 du « très insatisfait » à « très satisfait ». Les axes centraux représentent les moyennes de rémunérations (brutes, annuelles, tous lieux, et toutes primes) en valeur arrondie à 37 000 € et les moyennes de satisfaction à 4, 06. Chaque cercle est représenté en fonction du revenu moyen des diplômés travaillant dans le secteur et de leur note moyenne de satisfaction. Le rayon du cercle est proportionnel aux effectifs du secteur.… Lire la suite