Enseignement supérieur : qui a la plus forte #TwitterInfluence ? Le classement 2016

Pour la troisième année consécutive nous vous présentons notre « Observatoire de l’influence des comptes Twitter des universités et grandes écoles françaises » (pour comparer avec les résultats 2015, cliquez ici). Un indicateur particulièrement précieux tant Twitter est devenu un élément central de communication pour les établissements : pas seulement à destination des étudiants comme Facebook mais de communautés beaucoup plus larges (alumni, entreprises, enseignants) qui savent qui il faut suivre pour se tenir au courant de l’actualité.

Une stratégie gagnante : Paris 1 Panthéon-Sorbonne

S’il est un grand gagnant cette année, c’est bien l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, première toutes catégories confondues dans les établissements d’enseignement supérieur grâce notamment à un excellent taux de retweet. « Lorsque j’ai pris mes fonctions, au printemps 2012, Paris 1 Panthéon-Sorbonne était déjà présente sur trois réseaux sociaux (FB, Twitter et YouTube) mais il était indispensable de définir une stratégie digitale. Pourquoi? Précisément pour mieux communiquer avec notre communauté mais également avec notre écosystème.… Lire la suite

« Pourquoi je vais quitter la direction de Sciences Po Lille »: Pierre Mathiot

Directeur de l’institut d’études politiques (IEP) de Lille depuis 2007, Pierre Mathiot a annoncé qu’il renonçait à poursuivre son mandat au-delà de la fin de l’année universitaire 2014-2015, soit 18 mois avant son terme. Il revient sur les raisons d’un départ prématuré qui doit beaucoup à la lassitude d’un homme confronté à un manque criant de moyens.

Pierre Mathiot (photo Emmanuel Cagnart)Pierre Mathiot (photo Emmanuel Cagnart)

Olivier Rollot (@O_Rollot) : Pourquoi avez-vous décidé de quitter prématurément la direction de Sciences Po Lille. Lassitude, raisons personnelles ?

Pierre Mathiot : J’ai l’honneur de diriger une école reconnue et attractive mais je crois que l’on n’a pas idée de ce que cela implique au quotidien de diriger un établissement de taille intermédiaire comme Sciences Po Lille. La gestion quotidienne occupe 80% de mon temps. Aujourd’hui la petite lassitude que je ressens vient aussi du rythme de développement que nous avons impulsé depuis 2007. J’ai de plus en plus de mal à tenir le rythme auquel je veux diriger l’école.… Lire la suite

Sciences Po Paris se réforme

Frédéric Mion, le directeur de Sciences Po Paris (lire son portrait en bas de cet article), a présenté un ambitieux plan d’orientation stratégique pour son école intitulé Sciences Po 2022. Nouvelle gouvernance, réforme du premier cycle, achat de nouveaux bâtiments, réorientation des campus, celui a pris la tête de l’IEP de Paris il y a un peu plus d’un an après une longue crise, veut ainsi imprimer sa marque et répondre aux recommandations de la Cour des Comptes ou, plus récemment, de l’Aeres. Le tout en se réinvestissant dans la Comue Sorbonne Paris Cité où la « place de Sciences Po a été quelque peu obérée par les vacances de direction ». Frédéric Mion se donne huit ans jusqu’en 2022, date du 150ème anniversaire d’un institut créé après la défaite de 1870 contre les Prussiens, pour que le « nouveau » Sciences Po voit le jour.

Sciences Po Paris

Répondre aux critiques

En 2008 l’Aeres demandait que Sciences Po passe de de « la grande école à l’université spécialisée et sélective ».… Lire la suite

Sciences Po : l’Etat reprend la main

Après la publication, le 22 novembre, d’un rapport de la Cour des Comptes sur Sciences Po Paris très critique intitulé « Sciences Po : une forte ambition, une gestion défaillante » et la saisine par cette même cour de la Cour de discipline budgétaire et financière, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, a décidé de nommer un administrateur provisoire pour l’IEP (lire son entretien et un article sur lemonde.fr). En substance, dans son communiqué, la ministre indique que « les conditions ne sont pas réunies, dans un tel contexte, pour donner suite aux délibérations des deux conseils dirigeants de Sciences Po et pour procéder à la nomination d’un directeur ». Au « Monde », la ministre déclare ne « pas vouloir mettre Sciences Po sous tutelle » et qu’elle imagine qu’une nouvelle nomination « prendra deux ou trois mois ».

Qui pour succéder à Richard Descoings ?Lire la suite

Hervé Crès a été élu directeur de Sciences Po : portrait d’un « pure player »

Lui-même diplômé de l’institut de la rue Saint-Guillaume, ancien directeur du programme grande école d’HEC, Hervé Crès, 45 ans, était depuis 2008 le directeur adjoint de Sciences-Po Paris avant, hier, d’être élu à sa tête. En attendant la confirmation de sa nomination par le gouvernement, qui ne devrait pas survenir avant la publication à la fin du mois du rapport de la Cour des Comptes sur l’IEP de Paris, le voilà dans les pas de son mentor, Richard Descoings, dont il assurait déjà l’intérim depuis son décès au printemps dernier.

 

Hervé Crès, je l’ai rencontré à plusieurs reprises ces dernières années. La première fois c’était à un colloque international organisé à Oxford par des étudiants de grands établissements français et britanniques (Cambridge, LSE, HEC, Sciences Po, l’École Polytechnique et, bien sûr, Oxford). Il y représentait à l’époque HEC et je l’avais trouvé à l’époque drôle, extrêmement sympathique, en un mot très différent de l’Hervé Crès austère que je retrouvais, quelques années plus tard, à Sciences Po.… Lire la suite