« Il est possible d’avoir des relations sereines entre les IUT et les universités »: Guillaume Bordry, président de l’Association des directeurs d’IUT

Directeur de l’IUT Paris-Descartes, Guillaume Bordry a été élu président de l’Association des directeurs d’IUT (Adiut) en 2013. Après quelques années de tension avec les universités, il se félicite aujourd’hui que les relations avec leurs IUT se sont apaisées mais reste vigilant sur la défense du modèle IUT.

Olivier Rollot (@O_Rollot) : Les relations entre les IUT et leurs universités de tutelle ont parfois été tendues ces dernières années. Aujourd’hui les IUT se sentent bien dans leur université ?

Guillaume Bordry : Nous avons multiplié les travaux en commun avec la Conférence des présidents d’université ces dernières années, notamment sur la nouvelle nomenclature des licences professionnelles, et les points de vue se sont bien rapprochés. Nous partions de positions hostiles et nous avons peu à peu trouvé un terrain d’entente. Il faut rappeler qu’avant l’autonomie accordée aux universités nous avions nos propres moyens et que, depuis, chaque IUT doit négocier ses moyens avec son université de rattachement.… Lire la suite

« Les IUT sont tout sauf vides » : Jean-François Mazoin, président de l’Association des directeurs d’IUT

Président de l’Association des directeurs d’IUT (Adiut) depuis 2008, directeur d’un IUT à Toulouse, Jean-François Mazoin entend rétablir quelques vérités sur des IUT très critiqués depuis un an. Alors que se profile la fin de la première partie de la procédure admission-postbac retour sur un modèle qui fonctionne encore très bien.

Olivier Rollot : Ces derniers mois on a surtout parlé des IUT pour dire qu’il y restait de la place et qu’il fallait donc les ouvrir plus largement aux bacheliers technologiques pour les remplir. Qu’en est-il vraiment ?

Jean-François Mazoin : Les IUT sont tout sauf vides même si certaines filières industrielles (génie mécanique ou maintenance par exemple) manquent parfois d’effectifs. Cela à l’exception de certaines régions (Midi Pyrénées et Ile de France au premier chef) dans lesquelles les industries, l’aéronautique par exemple, sont encore très porteuses. Ces places vacantes sont navrantes car il y a des emplois nombreux et bien rémunérés pour les diplômés de ces IUT.… Lire la suite

IUT et prépas s’interrogent sur la future loi sur l’enseignement supérieur

Il y a maintenant quelques années que les professeurs de prépas comme les IUT se sentent régulièrement agressés par les réformes gouvernementales. Il n’est donc pas étonnant que la future loi sur l’enseignement supérieur, et notamment son futur Article L.612-3 portant sur « L’orientation des bacheliers technologiques et professionnels et le rapprochement universités CPGE », ne fasse pas exception à la règle.

Qu’est ce qui pourrait changer pour les prépas ?

« Généraliser les conventions entre chaque lycée abritant des classes préparatoires et un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur de son choix », voilà ce que propose aujourd’hui Geneviève Fioraso dans un communiqué qui fait suite aux critiques appuyées sur son projet de loi venues des représentants des prépas (lire « Les prépas dans le viseur du gouvernement » sur Le Figaro Etudiant). Un point qu’on retrouve dans une première version du projet de loi que s’est procuré Educpros.… Lire la suite