Université : quelles conclusions tirer de l’enquête annuelle d’insertion des diplômés?

Alors qu’elle avait provoqué beaucoup de remous lorsqu’elle était sortie pour la première fois il y a deux ans, l’enquête annuelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sur l’insertion professionnelle des diplômés de l’université (de 2009) n’a guère provoqué de remous cette année. Il est vrai qu’en travaillant sur des indicateurs à trente mois elle ne peut guère montrer de grandes différences entre les filières. De plus, plusieurs universités, dont Paris 2 Panthéon-Assas ou Dauphine, n’ont pas répondu et beaucoup d’autres donné des indicateurs incomplets, notamment sur… leurs taux d’insertion. Pour autant, on peut en tirer quelques enseignements.

Des licences pros qui s’intègrent très bien

80% des diplômés de licence professionnelle (LP) ont en emploi stable contre 73% et 71% en master et en DUT. De la même façon, 96% des LP un emploi à temps plein contre 94% et 92% en master et en DUT.

Des diplômés qui s’insèrent plus ou moins bien selon leur domaine

Les diplômés des domaines droit-économie-gestion et technologies-sciences-santé sont pour 92% d’entre eux en emploi 30 mois après leur entrée dans la vie active contre 88% en sciences humaines et sociales et 85% en lettres-langues-arts.… Lire la suite

Heureux comme un ingénieur en France

Chaque année l’association Ingénieurs et Scientifiques de France présente son étude sur le monde des ingénieurs (1). Avec d’excellents chiffres en 2011 puisque le nombre d’ingénieurs français recrutés dans le monde a cru de 25% pour atteindre les 91 600 (en 2010 ils étaient 73 320) dont 74 000 en France. Résultat, avec seulement 3,5% des effectifs en recherche d’emploi (contre 5,5% en 2009 et 4,4% en 2010), les ingénieurs vivent une situation de quasi plein emploi. Le taux de est le plus élevé chez les moins de 30 ans (5,7 %) et les 55-59 ans (5,8 %). Il est le plus bas chez les 30-34 ans (1,6 %).

Parmi tous les ingénieurs, les informaticiens (ici une photo de la plus prestigieuse école d’informatique, l’Inpg-Ensimag) ont été les moins touché par les licenciements en 2011 (1,3 % seulement ont perdu leur emploi),

Combien sont-ils ?

Fin 2011, le nombre d’ingénieurs diplômés de moins de 65 ans était estimé à 749 700 (ils étaient 722 500 fin 2011).… Lire la suite

L’entreprise idéale de la Génération Y: une organisation sans hiérarchie

Grand du conseil, grand recruteur de jeunes diplômés, Deloitte mène depuis plusieurs années des enquêtes auprès des jeunes pour connaître leurs sentiments vis-à-vis du monde de l’entreprise. Sa dernière enquête[1] auprès des étudiants de grandes écoles et d’universités porter sur « l’entreprise idéale de demain ».

Travailler à l’international dans une entreprise à taille humaine

Premier enseignement : ils sont 67% à souhaiter travailler dans une entreprise internationale. On ne le dira jamais assez : si tous les Y ne partent pas à l’étranger, tous souhaitent pouvoir ou le faire ou, tout du moins, travailler avec d’autres nationalités. Ils sont bien conscients que si l’Europe peut décrocher, le reste du monde pourra lui bien se porter et leur offrir des possibilités de carrière. D’autant qu’ils adorent voyager. Ils sont d’ailleurs 58% à espérer un poste de travail nomade plutôt que sédentaire.

Par ailleurs, 43% souhaitent travailler dans une entreprise de taille « moyenne » (entre 250 et 5 000 personnes) située dans une grande métropole (60%), en centre-ville (50%) et à moins de 30 minutes du lieu de domicile (48%).… Lire la suite