Licences, masters, simplifier mais jusqu’où ?

C’était l’une des priorités de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : réduire le nombre de diplômes et notamment de masters dont certains intitulés pouvaient tenir sur quatre lignes… Le Cneser a adopté récemment une nouvelle nomenclature des licences professionnelles qui fait passer le nombre des intitulés de 1 844 à 173 pour la rentrée 2015. Nous sommes déjà passés de 1800 diplômes et 320 intitulés de diplômes à 45 mentions de licences, depuis janvier 2014, et on passera de 5 900 spécialités de masters à 246 intitulés à la rentrée 2015 (dès 2014 pour les universités qui le souhaitent).

Des entrées par métier pour les licences pros

« Acoustique et vibrations », « Activités juridiques: assistant juridique », « Aménagement paysager: conception, gestion, entretien »…  les nouveaux intitulés de licences professionnelles vont s’appuyer d’abord sur des entrées par métier, et se déclinent ensuite, pour certains, par secteurs d’activité, tout dépend du domaine explique Educpros.… Lire la suite

Vers une disparition de la mention «gestion» en licence ?

La Commission de suivi licence travaille aujourd’hui à la simplification de la nomenclature des licences qui devrait intervenir en 2015. Dans ce cadre, il était préconisé la création d’un d’une nouvelle nomenclature du domaine droit-économie-gestion avec la création d’une licence «gestion» indépendante et dissociée de la licence «économie». La possibilité d’utiliser une mention «gestion» en licence avait d’ailleurs été ouverte il y a quelques années, parallèlement à l’existence d’une mention «économie – gestion» et d’une mention «économie».

Mais, la semaine dernière, la commission a finalement proposé qu’une seule mention en économie-gestion soit proposée au vote au Cneser. «Si cette mesure entre en vigueur, les étudiants ne se verront proposer qu’une licence unique en économie-gestion qui conduirait à un affaiblissement majeur de nos programmes de master en gestion, par destruction de nos sources principales de recrutement», redoute Jérôme Rive, président du Réseau des IAE (photo) et, à ce titre, très important recruteur d’étudiants issus de licence : «Alors que les écoles de commerce sont de plus en plus présentes après le bac avec leurs bachelors et que les conditions d’accès dans les IAE pour les bacheliers généraux vont être durcies, cela nous paraît dommageable pour l’université de ne pas proposer une filière complète en gestion».… Lire la suite