Réforme de la formation continue : nouveaux rôles, nouveaux acteurs

Avec la nouvelle loi les entreprises de plus de 10 salariés sont tenues de dépenser 1% de leur masse salariale dans le cadre du plan de formation mais les entreprises de plus de 300 salariés n’ont plus à dépenser 0,9 % de leur masse salariale en plus comme c’était jusqu’ici le cas. « Nous sommes passés d’un régime où les entreprises dépensaient parfois n’importe comment leur budget formation pour se conformer à leurs obligations légales à un régime où elles doivent se focaliser sur des objectifs », confie Christian Janin, le président du Copanef.

Résultat, le rôle du responsable de formation évolue rapidement dans les entreprises. « Longtemps les responsables de formation ont été cantonnés dans un cadre purement administratif, aujourd’hui il leur faut comprendre les nouveaux marchés et les besoins de compétences de leur entreprise pour lui proposer les formations adaptées et ne surtout pas se contenter d’envoyer un catalogue dans les services », explique Sylvain Humeau, coordinateur de l’ensemble des achats de formation d’Engie et secrétaire général du GARF, le réseau des responsables de formation.… Lire la suite

Etre prof au XXIème siècle

Demander à un étudiant d’écouter passivement des heures de cours en amphi est-ce encore possible ? Oui bien sur dans certaines circonstances mais, pour enseigner efficacement aujourd’hui, il est indispensable d’inventer de nouvelles méthodes. Elles s’appellent “classe inversée” (on demande de aux étudiants de lire leurs cours avant de venir, le temps avec l’enseignant étant alors consacré à leur approfondissement en groupes), “travail en projet ou problème” (les étudiants doivent mobiliser les ressources nécessaires pour résoudre le défi qui leur est donné) et toutes sortes de nouvelles méthodes, qui passent notamment par le jeu, et visent à mieux d’abord à mieux impliquer l’étudiant dans sa formation. Regards sur un univers académique en plein bouleversement.

Expérimenter

C’est une salle pas comme les autres au sein d’Audencia Group à Nantes, une salle modulable, équipée de nombreux écrans dans laquelle il s’agit d’être le plus interactif possible. « Nous mettons à disposition la salle et ce sont les professeurs qui inventent les usages qu’ils en font », explique Valérie Claude-Gaudillat, la responsable innovation de l’école quand Frank Vidal, le directeur général de l’école, confie qu’il s’agit de « tester tout ce qu’on peut faire dans les nouvelles pédagogies ».… Lire la suite

« Maîtriser la diffusion des MOOCs est crucial » : Catherine Mongenet (France Université Numérique)

Juillet 2013, un défi qui paraît fou est lancé par Geneviève Fioraso, alors ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : créer une plateforme de MOOCs (massive open online courses) dès début 2014 pour ne pas laisser le champ libre aux acteurs américains. Avec les équipes de l’Inria, du Cines er de Renater, Catherine Mongenet relève le défi et crée la plateforme FUN. Deux ans après le lancement du projet, elle fait le point.

Catherine Mongenet

Olivier Rollot : Au début cela semblait une vue de l’esprit d’imaginer que nous étions capables, en France, de concevoir et de lancer une plateforme de MOOCs capable de se mesurer aux Américains de Coursera. Et pourtant vous l’avez fait !

Catherine Mongenet : Nous avons lancé officiellement le projet le 12 juillet 2013, il y a donc presque exactement deux ans. Ça a été un travail colossal pendant six mois avec les équipes de l’Inria, du Cines et de Renater pour, d’abord mettre au point l’architecture du site, et ensuite le finaliser tout en travaillant avec les premiers producteurs de MOOCs qu’étaient le Cnam, l’institut Mines Télécom, Paris 2 Panthéon-Assas Sciences Po, les universités de Montpellier 2, Bordeaux 3,Paris Ouest Nanterre, l’École polytechnique ou encore l’université de Paris 5.… Lire la suite

« Le digital est un outil formidable de transfert de notre savoir-faire » : Bernard Belletante, directeur de l’EMLYON

Il y a maintenant sept mois que Bernard Belletante (@belletante) a pris la direction de l’EMLYON. Le temps de faire le point et de lancer un plan stratégique qui doit faire de son école un acteur majeur d’une économie de la connaissance qui se mondialise à grand pas. Entretien avec un homme qui sait ce qu’il veut.

Bernard Belletante (photo L. Cerino)

Olivier Rollot : Vous voilà de retour dans une maison que vous aviez quittée il y a douze ans. Comment analysez-vous la situation d’une école qui a été en panne de direction pendant pratiquement trois ans ?

Bernard Belletante : L’école a vécu trois ans d’inertie et il était temps de lui donner une nouvelle impulsion pour qu’elle ne se contente pas de vivre sur sa lancée. Il y avait de nombreux choix à faire pour se remettre dans la course et rattraper les écoles qui les ont déjà faits. L’école est encore trop centrée sur un modèle français où on réfléchit en termes de barre d’admissibilité, de stocks d’étudiants, de très bons classements selon les normes françaises…

Avant de venir j’ai tenu un langage clair aux dirigeants : je veux que l’EMLYON fasse partie des trois ou quatre écoles françaises qui vont jouer un rôle dans la compétition mondiale face aux business schools chinoises, indiennes, etc.… Lire la suite

Avant de créer son MOOC : les dix questions à se poser

En cette rentrée, le rythme de création de MOOCs s’accélère en France avec, par exemple, le premier MOOC de l’Essec. Nous sommes ainsi sans doute aujourd’hui le deuxième pays le plus actifs après les États-Unis et la plupart des grands acteurs de l’enseignement supérieur se sont lancés (Paris Panthéon-Sorbonne, l’Ecole polytechnique, HEC, Paris Ouest Nanterre, etc.). Pour autant la plupart s’interrogent encore sur la stratégie à suivre. « Les MOOCs sont la seule solution viable pour absorber le flux d’étudiants à venir dans le monde mais aussi en France. On ne peut pas toujours construire de nouveaux campus et recruter des enseignants », constate Christine Vaufrey, la rédactrice en chef du site Thot Cursus, sans aucun doute aujourd’hui le plus pertinent si on veut suivre l’actualité des formations et de la culture numérique.

MOOCbetterwordbubble« L’enseignement était un des derniers secteurs « épargnés » par la révolution numérique mais aujourd’hui les MOOCs sont porteurs de cette révolution qui a tant bousculé le monde de la musique ou de la presse », assure Fabrice Mauléon, le créateur du MOOC Pensée design de FBS.… Lire la suite

Les MOOCs ou l’université 2.0

Ces dernières semaines le rythme de création de MOOCs s’accélère en France avec notamment la création des premiers MOOCs de Paris Panthéon-Sorbonne, Audencia, Grenoble EM, Centrale Lyon et, le 5 mai, de France Business School. Même si seulement 10% à 15% des inscrits vont jusqu’au bout de ces cours gratuits en ligne (massive open online courses), jamais les universités n’auront enseigné à autant d’étudiants à la fois. Car c’est bien le « M» de MOOC, ce fameux « massif » qui fait la différence avec tout le e-learning développé depuis trente ans. Aujourd’hui tout le monde peut suivre en ligne les meilleurs cours des meilleurs professeurs des meilleures institutions d’enseignement supérieur.

D’abord pour des cadres

Les chiffres sont là : la plupart des MOOCs sont à 70% suivis par des salariés avec un fort intérêt pour tout ce qui concerne le management. Le MOOC « leader » en France s’appelle Du manager au leader du Cnam avec ses 36 000 inscrits.… Lire la suite

Les MOOCs ce n’est pas que du e-learning : c’est une toute nouvelle façon d’apprendre !

36 000 inscrits au MOOC du Cnam Du manager au leader, 10 000 pour les MOOCs Effectuation : l’entreprenariat pour tous de l’EM Lyon, Gestion de projet de Centrale Lille ou Philosophie et modes de vie de l’université Paris Ouest. Même si seulement 10% des inscrits vont jusqu’au bout de leurs cours gratuits en ligne, jamais ces universités et grandes écoles n’auront enseigné à autant d’étudiants à la fois. Car c’est bien le « M» de MOOC, ce fameux « massif » qui fait la différence avec tout le e-learning développé depuis trente ans. Aujourd’hui tout le monde peut suivre en ligne les meilleurs cours des meilleurs professeurs des meilleures institutions d’enseignement supérieur. Pour autant beaucoup s’interrogent sur leur modèle économique.

DAY-OF-THE-MOOC
Une vision apocalyptique des MOOCs (cliquer sur l’image pour l’animer)

Une nouvelle façon d’apprendre

La montée en puissance des MOOCs semble d’autant plus inexorable qu’ils sont beaucoup plus que les simples cours filmés.… Lire la suite

Grenoble INP: toujours à la pointe des innovations pédagogiques: entretien avec Florence Michau, responsable de l’équipe Perform

Florence Michau

L’innovation pédagogique a toujours été une priorité à Grenoble INP. Responsable de l’équipe chargée d’aider les enseignants à perfectionner leurs formations, Perform, Florence Michau conduit également aujourd’hui la réalisation d’un MOOC (cours en ligne gratuit ouvert à tous). Deux sujets au cœur de l’actualité de l’enseignement supérieur.

Olivier Rollot : Vous êtes en train de créer le premier massive open online courses (MOOC) de Grenoble INP qui sera consacré à « l’aménagement des rivières ». Comment se déroule cette première expérience ?

Florence Michau : Ce MOOC intitulé «des rivières et des hommes» est une co-construction menée dans trois pays avec l’Ens Lyon, l’université catholique de Louvain (UCL),  l’Institut polytechnique de l’Ho Chi Minh University of Technology au Vietnam et l’Institut de Recherche et Développement (IRD) dans le cadre du réseau d’universités francophones Rescif. Ce cours d’hydrologie appliquée, co-construit par sept experts, introduit les concepts disciplinaires en s’appuyant sur des cas d’études authentiques dans des pays du Sud et du Nord.… Lire la suite

Comment l’École polytechnique a réalisé ses MOOCs : entretien avec Frank Pacard, directeur de l’enseignement et de la recherche

Directeur de l’enseignement et de la recherche de l’École polytechnique depuis l’été 2013, Frank Pacard s’est beaucoup investi dans la création des premiers MOOC (massive open online courses) de l’X, des cours en ligne accessibles à tous et gratuits. Alors qu’un premier cours s’est achevé fin 2013 sur la plateforme Coursera, il revient sur une expérience aussi passionnante que complexe.

Olivier Rollot : Alors qu’un deuxième MOOC de l’X est encore en ligne, votre premier MOOC, consacré à la Conception et mise en œuvre d’algorithmes, s’est maintenant achevé. Quel bilan tirez-vous de cette première session de cours complète?

Frank Pacard : D’abord une grande satisfaction de voir que les deux enseignants de ce premier MOOC, Dominique Rossin et Benjamin Werner, ont beaucoup apprécié cette expérience ainsi que les échanges avec des étudiants de tous les âges, des lycéens comme des retraités, qui ont suivi ce cours et qui ont posé énormément de questions.… Lire la suite

HEC lance ses MOOCs: entretien avec Bernard Ramanantsoa

La plus prestigieuse des écoles de commerce françaises sera aussi la première à lancer ses cours en ligne gratuits, les fameux MOOCs, sur le site Coursera dès février 2014. Elle sera également présente sur le site français FUN. Bernard Ramanantsoa, son directeur général, revient avec nous sur ses motivations sans éluder les questions qui se posent encore sur le modèle économique des massive open online courses (MOOC).

Olivier Rollot : Vous lancez deux MOOCs sur le site américain Coursera. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer dans l’aventure des MOOCs?

Bernard Ramanantsoa : Il s’agit d’abord pour nous de comprendre ce qui se passe avec les MOOCs et d’apprendre en quoi c’est différent d’enseigner dans un environnement totalement ou partiellement (ce qu’on appelle le « blended learning ») numérique. Il y a de nouveaux savoirs faire à acquérir et une question à se poser : la gestion peut-elle s’apprendre à distance comme par exemple la chimie ?… Lire la suite