« A Sciences Po, nous avons la conviction profonde depuis toujours que la pédagogie est au cœur de notre métier »

Sciences Po veut affirmer sa volonté de développer de nouvelles pédagogies et vient de créer à cet effet un laboratoire de « pédagogie active ». Cornelia Woll, directrice des études et de la scolarité et Delphine Grouès, directrice exécutive des études et de l’innovation pédagogique et responsable du laboratoire, expliquent comment.

Olivier Rollot (@O_Rollot): Quand on pense Sciences Po on pense excellence, international, intervenants prestigieux, filière ZEP… mais pas forcément innovation pédagogique. C’est aussi une dimension importante aujourd’hui à Sciences Po ?

Cornelia Woll : A mon avis c’est un tort ! Les études de cas ont commencé à être enseignées à Sciences Po dès les années 1920-1930. Les « conférences de méthode », qui sont à la base de notre enseignement, sont une forme de pédagogie active sous la forme d’exposé. Nous avons la conviction profonde depuis toujours que la pédagogie est au cœur de notre métier.… Lire la suite

François Germinet parle digital et pédagogie

Président de l’université Cergy-Pontoise (UCP), François Germinet préside le Comité numérique de la Conférence des présidents d’université et a, à ce titre, largement participé à l’organisation en 2015 de son colloque intitulé <a href= »http://www.cpu.fr/wp-content/uploads/2015/11/acte-2015-web.pdf »>Université 3.0 : nouveaux enjeux, nouvelles échelles à l’ère du numérique</a>. Le cabinet de conseils spécialisé dans l’enseignement supérieur <a href= »http://www.headway-advisory.com »>HEADway</a> et <a href= »http://www.learnassembly.com/ »>Learn Assembly</a>, l’« université des entrepreneurs et des professionnels du web », sont allés à sa rencontre. Il répond d’abord à nos questions sur le digital et la pédagogie, l’arrivée de nouvelles technologies, la classe inversée.

Puis sur les MOOCs, ces fameux cours en ligne gratuits et ouverts à tous, et comment ils peuvent plus particulièrement être utiles aux entreprises.

Lire la suite

« Nous avons fait un vrai choix stratégique qui a été d’affirmer que le modèle le plus pertinent était la salle de classe » : Stéphan Bourcieu (Groupe ESC Dijon Bourgogne)

L’ESC Dijon vient de réaliser une très belle rentrée avec de plus en plus d’étudiants inscrits dans son programme grande école comme dans ses bachelors. Stéphan Bourcieu, directeur général du groupe ESC Dijon-Bourgogne, nous trace le portrait d’une école qu’il veut avant tout proche de ses étudiants.

Olivier Rollot : Les nouvelles pédagogies sont aujourd’hui au cœur de la réflexion des établissements d’enseignement supérieur. Quelle forme de pédagogie vous paraît aujourd’hui la meilleure ?

Stéphan Bourcieu : Nous avons fait un vrai choix stratégique qui a été d’affirmer que le modèle le plus pertinent était la salle de classe. A l’ESC Dijon il n’y a pas de cours en amphi, ou alors seulement quand nous invitons par exemple un professeur de géopolitique de Sciences Po qui s’y sent plus à l’aise. Notre modèle c’est un professeur devant 20 élèves. Une sorte de contre modèle aujourd’hui, quand on parle de plus en plus d’enseignement à distance, mais auquel nous tenons absolument dans le cadre de la montée en gamme de notre école.… Lire la suite

Etre prof au XXIème siècle

Demander à un étudiant d’écouter passivement des heures de cours en amphi est-ce encore possible ? Oui bien sur dans certaines circonstances mais, pour enseigner efficacement aujourd’hui, il est indispensable d’inventer de nouvelles méthodes. Elles s’appellent “classe inversée” (on demande de aux étudiants de lire leurs cours avant de venir, le temps avec l’enseignant étant alors consacré à leur approfondissement en groupes), “travail en projet ou problème” (les étudiants doivent mobiliser les ressources nécessaires pour résoudre le défi qui leur est donné) et toutes sortes de nouvelles méthodes, qui passent notamment par le jeu, et visent à mieux d’abord à mieux impliquer l’étudiant dans sa formation. Regards sur un univers académique en plein bouleversement.

Expérimenter

C’est une salle pas comme les autres au sein d’Audencia Group à Nantes, une salle modulable, équipée de nombreux écrans dans laquelle il s’agit d’être le plus interactif possible. « Nous mettons à disposition la salle et ce sont les professeurs qui inventent les usages qu’ils en font », explique Valérie Claude-Gaudillat, la responsable innovation de l’école quand Frank Vidal, le directeur général de l’école, confie qu’il s’agit de « tester tout ce qu’on peut faire dans les nouvelles pédagogies ».… Lire la suite

De nouveaux espaces pour de nouvelles pédagogies

« Mais ils m’ont construit des amphis mon modulables ! » On se souvient de la réaction de ce directeur d’établissement en découvrant que ses nouveaux – très beaux bâtiments – dont la construction avait été décidée avant son arrivée à la tête de l’établissement dataient d’une ancienne ère pédagogique. Dans sa nouvelle implantation parisienne inaugurée la semaine dernière, le groupe Studialis (ESG, Web School Factory, etc.) a justement préféré des salles modulables et largement remplacé les bonnes vieilles chaises par des chaises à roulette avec repose cahier. Ainsi la salle peut se moduler au gré des besoins des profs : cours puis petits groupes de travail peuvent se succéder. Des matériels comme celui-là on peut en voir beaucoup sur le salon Educatec-Educatice cette semaine à Paris. Plus que jamais la modulation de l’espace est au cœur des nouvelles pédagogies.

Des campus « nouvelle génération »

Face à ceux qui prédisent la disparition des campus avec l’apparition des MOOCs, la communauté universitaire entend répondre par une nouvelle utilisation d’un espace qui reste indispensable pour les étudiants.… Lire la suite

L’Epitech ouvre son « Hub d’innovation » : retour sur une pédagogie différente

« La première chose que nous disons à nos tuteurs comme aux entreprises c’est d’éviter de passer par des procédures trop contraignantes. Sinon à quoi cela leur servirait de faire confiance à nos étudiants ? Les entreprises savent innover et ce qu’elles doivent chercher chez nous c’est une autre forme d’innovation. » Vice-président exécutif du groupe Ionis plus spécialement en charge des écoles scientifiques (Esme Sudria, Epita, Epitech, etc.) Fabrice Bardèche est fier de pouvoir présenter le premier « Hub d’innovation » dans son école du Kremlin Bicêtre. Un laboratoire dont l’idée revient au directeur général de l’Epitech, Emmanuel Carli, et qui sera destiné à faire un « pont » entre l’initiative et l’innovation étudiantes d’un côté et les entreprises de l’autre. Dans le même esprit, un étage réservé au groupe Bouygues pour mettre en contact les responsables innovation du groupe et les étudiants de l’Epitech.

Les étudiants de l'Epotech qui ont créé les Google Glass modèle chantier pour Bouygues.

Et le premier résultat a de quoi convaincre les dirigeants de Bouygues de la pertinence de leur investissement : une application sur Google Glass qui permet aux responsables de chantier de vérifier si les personnes présentes sur les chantiers y sont bien autorisées.… Lire la suite

Quand les nouvelles pédagogies s’imposent

Observatoire des jeunes générations à l’Edhec, chaire KPMG Génération Talents à l’Essca, étude Millenial Survey (« Ce que la génération Y attend de l’entreprise ») chez Deloitte, les entreprises comme les grandes écoles s’emparent chaque jour un peu plus de ce sujet que sont les jeunes générations, ces jeunes nés après 1981 qu’on appelle les Y et maintenant les Z. « Les étudiants de la génération Y souhaitent engager un réel dialogue avec leurs professeurs, échanger plus librement et spontanément », assure Carole Blaringhem, qui préside le Conseil académique et pédagogique de la Faculté libre de droit de Lille. « Des sondages montrent que 72% des jeunes ont l’intention de quitter leur entreprise dans les trois ans. Des départs qui représentent un coût très élevé pour les entreprises qui ont besoin de comprendre leurs plus jeunes salariés pour les retenir », explique de son côté Anne Zuccarelli, directrice entreprises et carrières de l’Edhec.… Lire la suite

Une nouvelle pédagogie pour rendre les étudiants plus actifs à la Faculté libre de droit de Lille

C’est une véritable révolution pédagogique que la Faculté libre de droit de Lille (FLD) s’apprête à effectuer : dès l’année prochaine les cours magistraux ne seront plus cette pesante expression d’un savoir tombé du ciel mais un espace d’expression et de dialogue pour quelque 500 étudiants de première année qui auront eu auparavant dix jours pour assimiler les cours.Engager un réel dialogue

Le constat de Carole Blaringhem, qui préside le Conseil académique et pédagogique de la Faculté, est clair: «Les étudiants de la génération Y souhaitent engager un réel dialogue avec leurs professeurs, échanger plus librement et spontanément. En amphithéâtre, la prise de note et le format des cours rend difficile ces échanges». A la FLD on ne viendra donc plus pour apprendre ce qu’on trouve partout sur Internet mais pour approfondir les questions les plus complexes. «Nous le constatons déjà, les étudiants viennent tous en cours avec leur ordinateur et nous font parfois remarquer que notre cours est obsolète en sortant un tout nouvel article de loi.… Lire la suite

Grenoble INP: toujours à la pointe des innovations pédagogiques: entretien avec Florence Michau, responsable de l’équipe Perform

Florence Michau

L’innovation pédagogique a toujours été une priorité à Grenoble INP. Responsable de l’équipe chargée d’aider les enseignants à perfectionner leurs formations, Perform, Florence Michau conduit également aujourd’hui la réalisation d’un MOOC (cours en ligne gratuit ouvert à tous). Deux sujets au cœur de l’actualité de l’enseignement supérieur.

Olivier Rollot : Vous êtes en train de créer le premier massive open online courses (MOOC) de Grenoble INP qui sera consacré à « l’aménagement des rivières ». Comment se déroule cette première expérience ?

Florence Michau : Ce MOOC intitulé «des rivières et des hommes» est une co-construction menée dans trois pays avec l’Ens Lyon, l’université catholique de Louvain (UCL),  l’Institut polytechnique de l’Ho Chi Minh University of Technology au Vietnam et l’Institut de Recherche et Développement (IRD) dans le cadre du réseau d’universités francophones Rescif. Ce cours d’hydrologie appliquée, co-construit par sept experts, introduit les concepts disciplinaires en s’appuyant sur des cas d’études authentiques dans des pays du Sud et du Nord.… Lire la suite

Estaca : gros plan sur une école d’ingénieurs qui forme des passionnés avec sa directrice, Pascale Ribon

Les passionnés des transports, qu’ils soient aéronautique, automobile, ferroviaire et même spatial, ont leur école d’ingénieurs : l’Estaca. Présente à Paris et Laval, elle forme en cinq ans après le bac des spécialistes des transports depuis 1925. Sa directrice depuis 2010, Pascale Ribon, revient sur les grands enjeux des élèves ingénieurs et de leurs écoles aujourd’hui.

Olivier Rollot : Tout en gardant vos locaux à Laval, vous allez déménager de Lavallois à Saint-Quentin en Yvelines en 2015. Pourquoi ?

Pascale Ribon : Nos activités de recherche demandent de plus en plus de place, avec par exemple une soufflerie, et nous sommes à l’étroit dans nos locaux de Levallois. A Saint-Quentin, nous allons plus que doubler la superficie de nos locaux en passant de 5000 à 12 000 m2. Nous y retrouverons l’université de Versailles-Saint-Quentin avec laquelle nous entretenons d’excellents rapports depuis longtemps : une partie de nos étudiants y est même inscrite pour y passer des doubles diplômes.… Lire la suite