Pour ses 15 ans, Sciences Po renforce son dispositif « égalité des chances »

A l’occasion de la célébration des 15 ans de son programme d’égalité des chances Sciences Po et des Conventions éducation prioritaire (CEP), Sciences Po renforce son dispositif et crée ses « premiers campus » qui accueilleront les lycéens boursiers lors des vacances scolaires pour les préparer à une intégration réussie dans l’enseignement supérieur. Des « Cordées de la réussite » à la mode Sciences Po ?

Les effets des « conventions ZEP »

En 15 ans, Sciences Po a admis 1611 élèves par la procédure CEP. Parmi eux, déjà 642 diplômés issus de 10 promotions ont rejoint la communauté des alumni. Près de 11 000 élèves ont participé aux ateliers Sciences Po au sein des lycées.  En 2016, les aides directes versées représentent environ 10 millions d’euros. Elles ont bénéficié à 37% des étudiants, qu’ils soient boursiers ou aidés.

Il y a 15 ans, la première promotion comptait 17 étudiants admis à travers des conventions avec 7 lycées.… Lire la suite

« A Sciences Po, nous avons la conviction profonde depuis toujours que la pédagogie est au cœur de notre métier »

Sciences Po veut affirmer sa volonté de développer de nouvelles pédagogies et vient de créer à cet effet un laboratoire de « pédagogie active ». Cornelia Woll, directrice des études et de la scolarité et Delphine Grouès, directrice exécutive des études et de l’innovation pédagogique et responsable du laboratoire, expliquent comment.

Olivier Rollot (@O_Rollot): Quand on pense Sciences Po on pense excellence, international, intervenants prestigieux, filière ZEP… mais pas forcément innovation pédagogique. C’est aussi une dimension importante aujourd’hui à Sciences Po ?

Cornelia Woll : A mon avis c’est un tort ! Les études de cas ont commencé à être enseignées à Sciences Po dès les années 1920-1930. Les « conférences de méthode », qui sont à la base de notre enseignement, sont une forme de pédagogie active sous la forme d’exposé. Nous avons la conviction profonde depuis toujours que la pédagogie est au cœur de notre métier.… Lire la suite

« Je suis plus que jamais certain que le site toulousain mérite d’être représenté parmi les meilleurs » : Philippe Raimbault, directeur de Sciences Po Toulouse et candidat à la présidence de la Comue Université de Toulouse.


Avec ses 1600 étudiants et ses 50 enseignants, Sciences Po Toulouse fait partie des plus importants instituts d’études politiques (IEP) français. Alors qu’il va déménager sur le site de la Manufacture des Tabacs de Toulouse 1 Capitole à la rentrée 2018, son directeur Philippe Raimbault présente tout un programme de nouveautés. Ambitieux pour un site toulousain, qui vient de perdre son Idex (initiative d’excellence), il se présente également à la présidence de la Comue Université de Toulouse.

Olivier Rollot : Sciences Po Toulouse a connu bien des vicissitudes ces dernières années quand le permis de construire de ses nouveaux bâtiments a été annulé en 2014. Aujourd’hui la situation s’est stabilisée et vous êtes certain de pouvoir intégrer le site de la Manufacture des Tabacs de Toulouse 1 Capitole à la rentrée 2018 ?

Philippe Raimbault : Nous avons travaillé un an pour conclure une convention pérenne avec l’université Toulouse 1 Capitole et l’Etat.… Lire la suite

Enseignement supérieur : qui a la plus forte #TwitterInfluence ? Le classement 2016

Pour la troisième année consécutive nous vous présentons notre « Observatoire de l’influence des comptes Twitter des universités et grandes écoles françaises » (pour comparer avec les résultats 2015, cliquez ici). Un indicateur particulièrement précieux tant Twitter est devenu un élément central de communication pour les établissements : pas seulement à destination des étudiants comme Facebook mais de communautés beaucoup plus larges (alumni, entreprises, enseignants) qui savent qui il faut suivre pour se tenir au courant de l’actualité.

Une stratégie gagnante : Paris 1 Panthéon-Sorbonne

S’il est un grand gagnant cette année, c’est bien l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, première toutes catégories confondues dans les établissements d’enseignement supérieur grâce notamment à un excellent taux de retweet. « Lorsque j’ai pris mes fonctions, au printemps 2012, Paris 1 Panthéon-Sorbonne était déjà présente sur trois réseaux sociaux (FB, Twitter et YouTube) mais il était indispensable de définir une stratégie digitale. Pourquoi? Précisément pour mieux communiquer avec notre communauté mais également avec notre écosystème.… Lire la suite

« Twitter influence » des universités et grandes écoles : le classement 2015

La communication des établissements de l’enseignement supérieur se digitalise toujours plus chaque année, numérisant peu à peu la relation entre les institutions et leurs publics. Aujourd’hui, la quasi-totalité des acteurs de l’enseignement supérieur est présente sur les principaux réseaux sociaux. Facebook et Twitter restant les deux plateformes les plus plébiscitées. L’enjeu pour les institutions étant désormais de gagner en efficacité.

Nous vous proposons pour la seconde année notre palmarès de l’influence des comptes Twitter des universités et grandes écoles françaises (pour voir le palmarès 2014, cliquez ici). Le classement a été réalisé à partir du logiciel Followerwonk qui a mis au point un algorithme représentant l’influence d’un compte Twitter. Ce score d’influence est établi grâce à de nombreuses  variables : le taux de retweet (composante principale du score), le nombre de tweets en fonction du temps, le nombre de followers, le nombre d’abonnements, etc.

Toutes catégories confondues

Tout comme l’année dernière, c’est HEC (@HECParis) qui domine la tête du classement des comptes Twitter des universités et grandes écoles.… Lire la suite

« Pourquoi je vais quitter la direction de Sciences Po Lille »: Pierre Mathiot

Directeur de l’institut d’études politiques (IEP) de Lille depuis 2007, Pierre Mathiot a annoncé qu’il renonçait à poursuivre son mandat au-delà de la fin de l’année universitaire 2014-2015, soit 18 mois avant son terme. Il revient sur les raisons d’un départ prématuré qui doit beaucoup à la lassitude d’un homme confronté à un manque criant de moyens.

Pierre Mathiot (photo Emmanuel Cagnart)Pierre Mathiot (photo Emmanuel Cagnart)

Olivier Rollot (@O_Rollot) : Pourquoi avez-vous décidé de quitter prématurément la direction de Sciences Po Lille. Lassitude, raisons personnelles ?

Pierre Mathiot : J’ai l’honneur de diriger une école reconnue et attractive mais je crois que l’on n’a pas idée de ce que cela implique au quotidien de diriger un établissement de taille intermédiaire comme Sciences Po Lille. La gestion quotidienne occupe 80% de mon temps. Aujourd’hui la petite lassitude que je ressens vient aussi du rythme de développement que nous avons impulsé depuis 2007. J’ai de plus en plus de mal à tenir le rythme auquel je veux diriger l’école.… Lire la suite

Sciences Po Paris se réforme

Frédéric Mion, le directeur de Sciences Po Paris (lire son portrait en bas de cet article), a présenté un ambitieux plan d’orientation stratégique pour son école intitulé Sciences Po 2022. Nouvelle gouvernance, réforme du premier cycle, achat de nouveaux bâtiments, réorientation des campus, celui a pris la tête de l’IEP de Paris il y a un peu plus d’un an après une longue crise, veut ainsi imprimer sa marque et répondre aux recommandations de la Cour des Comptes ou, plus récemment, de l’Aeres. Le tout en se réinvestissant dans la Comue Sorbonne Paris Cité où la « place de Sciences Po a été quelque peu obérée par les vacances de direction ». Frédéric Mion se donne huit ans jusqu’en 2022, date du 150ème anniversaire d’un institut créé après la défaite de 1870 contre les Prussiens, pour que le « nouveau » Sciences Po voit le jour.

Sciences Po Paris

Répondre aux critiques

En 2008 l’Aeres demandait que Sciences Po passe de de « la grande école à l’université spécialisée et sélective ».… Lire la suite

Quand les universités fusionnent

On les avait découpé après 1968, elles se réunissent aujourd’hui dans un grand mouvement de fusion qui va de Paris à Clermont-Ferrand en passant par Bordeaux ou encore Montpellier, sur le modèle de qui a déjà été fait à Aix-Marseille et Strasbourg les fusions d’université n’ont pas fini d’occuper le devant de la scène.

Paris : une fusion à quatre

Dans le cadre de la reconfiguration en «communauté d’université et d’établissement» voulue par la nouvelle loi sur l’enseignement supérieur et la recherche du pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) Sorbonne Paris Cité, les universités Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Paris Descartes, Paris Diderot et Paris 13 envisagent aujourd’hui de fusionner. D’ici 2016 une nouvelle université unifiée pourrait voir le jour qui pourrait même inclure d’autres membres comme Sciences Po paris ou l’Inalco qui sont également membres du PRES.

Une grande université à Rennes

Du coté de Rennes une grande université de 48 000 étudiants, 5 000 agents, 54 unités de recherche, 1 560 doctorants et 391 M€ de budget va voir le jour si Rennes et Rennes 2 fusionnent en 2016.… Lire la suite

Sciences Po : le feuilleton continue

Louis Vogel a provoqué une certaine stupéfaction en annonçant par tweet et sur son blog le retrait de sa candidature à la direction de Sciences Po. Il laisse ainsi la porte grande ouverte au favori de l’équipe de direction, Frédéric Mion, actuel secrétaire général de Canal+.

Hauts fonctionnaires contre universitaires ?

L’ancien président d’Assas et de la CPU exprime sur son blog son regret de constater qu’au vu du choix exprimé par le comité de recherche « l’objectif poursuivi par Sciences Po et les gouvernements successifs de rapprocher le monde des grandes écoles et des universités pour que la formation des élites françaises s’ouvre aux grands enjeux internationaux n’est pas confirmé ». Et de conclure : « Ne souhaitant pas cautionner une orientation contraire aux convictions pour lesquelles j’ai œuvré toutes ces dernières années, je retire ma candidature ».

Dans un article du Monde Louis Vogel a déclaré ensuite «  Je n’ai rien à voir dans un processus pareil.… Lire la suite

Nouvelle direction de Sciences Po : les règles de la compétition

Sur le site de Sciences Po, le comité de recherche constitué pour préparer la décision des conseils relative au choix du futur directeur/administrateur de Sciences-Po a précisé les conditions dans lesquelles devait se dérouler la compétition. Il était temps puisque le dépôt des candidatures s’achève le jeudi 31 à minuit.

Le comité précise que « les dossiers seront examinés dans la première quinzaine de février » et que « dans la deuxième quinzaine le comité procèdera à l’audition des candidats qu’il aura retenus ». Il choisira ensuite parmi eux les candidats qu’il présentera aux conseils, dans l’ordre de préférence qu’il aura arrêté. Les conseils se réuniront « dès que possible » pour délibérer sur ces propositions.

Pour ce qui est du nom des candidats le comité dit avoir « estimé que ses membres devaient être tenus à la plus stricte confidentialité (en gras) sur l’identité des personnes ayant déposé leur candidature » et qu’il « appartient à ces personnes seulement de prendre l’initiative, le cas échéant, de faire connaître leur candidature ».… Lire la suite