EMPLOI / SOCIETE

Comment développer sa marque employeur

Les délais entre l’expression du besoin de nouveaux collaborateurs et le temps pour le combler sont importants. À qui la faute ? Aux responsables des ressources humaines évidemment !  Mais tout un processus à mettre en place est nécessaire pour trouver la bonne personne. Donc que faut-il faire pour passer d’un processus de recrutement classique à du sourcing ? Agence conseil en marketing et communication, le Groupe Quatre Vents a abordé les sujets du  développement de la marque employeur et des moyens de recrutement lors d’un débat.

Faire vivre la marque Disneyland Paris

Daniel Dreux, vice-président RH de Disneyland Paris, s’est exprimé sur le sujet en présentant sa nouvelle marque employeur (« Faire rêver, c’est un métier ») qui a pour but de faire de Disneyland Paris un employeur de référence tant pour ses cibles externes, qu’internes. Préalablement à la campagne, une enquête a été menée sur la notoriété de la marque employeur et sur  les critères des candidats pour Eurodisney. La promesse employeur n’est pas forcément présente dans l’esprit des postulants. L’enquête a permis de caractériser les futurs collaborateurs de Disney. « C’est important d’inscrire la marque employeur Disneyland Paris, pour qu’il n’y ait pas de confusion quand les gens postulent chez nous : vous venez postuler pour Disneyland Paris et pas pour la Walt Disney company », affirme Daniel Dreux.

Un plan média a donc été déployé dans lequel es réseaux sociaux ont eu un rôle clé grâce à leur capacité de « démultiplication » par rapport aux cibles de recrutement. Résultat : la marque employeur a connu une visibilité exceptionnelle, et énormément de candidatures ont été générées. « Nous n’étions pas préparés à avoir un tel succès et à gérer autant de sollicitations », s’étonne encore Daniel Dreux, qui revient sur ce succès « pas désagréable mais c’est important de ne pas décevoir lorsqu’on lance une marque employeur. Il faut être respectueux de tous ceux qui attendent des réponses et ça ne se fait pas en un jour ». Pour avoir une continuité en communication interne, un casting a été mis en place pour apparaître dans la campagne dédiée à l’évènement. « Il est important que les collaborateurs soient associés à cette réalité de la marque employeur », conclut Daniel Dreux. La prochaine étape pour Eurodisney est de décliner de manière forte la marque au niveau de l’Europe.

Créer un lien avec les étudiants pour Total

Chez Total, la marque employeur étant plus ancienne, la problématique est différente. Total est une entreprise connue en France, mais l’industrie elle-même n’est pas attrayante pour de nouvelles recrues, surtout lorsque la concurrence s’intensifie avec les entreprises comme Google, etc. Les jeunes d’aujourd’hui  ne croient plus en l’industrie pétrolière. « Il faut donc faire un vrai effort pour faire bien connaitre ce qu’est Total et l’industrie et y attirer les jeunes », soutient Monique Simon, responsable des relations universitaires de l’entreprise.

Un moyen d’y parvenir, a été de mettre en binôme un étudiant et un salarié de Total de la même école ou université qui organise des évènements dans l’année pour que les étudiants aient une meilleure compréhension du métier chez Total. « Qui mieux de parler du métier que ceux qui le font eux-mêmes ? », relève Monique Simon. Total s’est engagé par ailleurs avec les jeunes sur les réseaux sociaux Youtube Facebook, Instagram, Tumblr. Avec là aussi un succès immédiat dont se félicite Monique Simon : « Le public qu’on peut avoir croît de manière exponentielle, on peut digitaliser tout ce qui est physique en communication et ça va très vite ».

Liora Zerbib

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend