ACCRÉDITATIONS / LABELS, ECOLES DE MANAGEMENT

Comment rapprocher la recherche des écoles de management des entreprises?

Chaque année la Fnege publie une grande étude. En 2014, elle est consacrée à « Comment construire une relation féconde entre écoles de management et entreprises? ». Une étude en fait exclusivement consacrée à l’importance de la recherche dans les écoles de management et comment elle peut servir aux entreprises. « Le paradoxe est que les entreprises connaissent très peu ce que font les écoles de management en recherche alors même que c’est pour cette recherche qu’elles veulent travailler avec elles », relève Xavier Lecocq, professeur à Lille 1 et co-auteur de l’étude avec Frédérique Alexandre-Bailly, professeur à ESCP Europe et doyenne de son corps professoral.

Vous avez dit déconnectée ?

En 80 pages les deux chercheurs se sont attachés à dresser le tableau d’une recherche souvent déconnectée des besoins des entreprises – « Un chercheur grand publiant est un expert pointu d’un domaine précis sur lequel il peut théoriser mais pour lequel il ne peut plus discuter qu’avec une petite dizaine de chercheurs formant une communauté mondiale sur la question » – tout en recommandant que la recherche ne soit pas pour autant livrée aux seuls besoins immédiats des entreprises : « La capacité des écoles de management à créer de nouvelles connaissances est plus que jamais essentielle à un moment où les managers ne croient plus aux modèles et aux théories traditionnels de gestion ». « Si on privilégiait une recherche commanditée par les entreprises, il n’y aurait plus d’innovation et plus de possibilités d’être critiques vis-à-vis des entreprises », assure Xavier Lecocq.

Parler à l’oreille des entreprises

Maintenant comment rapprocher des enseignants-chercheurs, dont la progression de carrière est essentiellement due à leur capacité à publier dans les grandes revues, et des entreprises aux besoins souvent immédiats ? « Ce qui nous a frappé dans notre étude c’est l’attente très importante qu’ont les entreprises, les grandes comme les PME, envers la recherche en management », reprend Xavier Lecocq.

Le tout dans un environnement dans lequel les entreprises sont de plus en plus sollicitées pour participer au financement des business school au travers de chaires ou de missions de recherche. « Les écoles ont besoin d’enseignants-chercheurs capables de parler aux entreprises, des sortes de « triathlètes » à la fois bons enseignants, bons chercheurs et capables d’endosser des responsabilités managériales », analyse le chercheur, qui analyse encore que « les écoles de management les plus performantes dans leurs relations entreprise sont celles qui bénéficient à la fois d’un bon réseau d’anciens, d’un bassin académique suffisant et des compétences nécessaires ».

Le contact nécessaire avec les enseignants-chercheurs

Les dirigeants interrogés pour l’étude sont unanimes à demander à être le plus rapidement possible en contact avec les enseignants-chercheurs. « Une volonté antinomique avec la volonté des écoles de se professionnaliser avec des équipes qui font barrage », remarque Xavier Lecocq, qui constate encore que les entreprises veulent renouer avec la relation non commerciale qu’elles ont connue et ne comprennent pas bien en quoi consiste la recherche : « Les écoles de management n’ont pas su communiquer sur l’importance que revêtait pour elles la recherche et comment elle était nécessaire pour se mettre aux normes internationales ».

Olivier Rollot (@O_Rollot)

  • L’étude « Comment construire une relation féconde entre écoles de management et entreprises? » est vendue au prix de 80€ sur le site de la Fnege.
Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend