Pour ses 15 ans, Sciences Po renforce son dispositif « égalité des chances »

A l’occasion de la célébration des 15 ans de son programme d’égalité des chances Sciences Po et des Conventions éducation prioritaire (CEP), Sciences Po renforce son dispositif et crée ses « premiers campus » qui accueilleront les lycéens boursiers lors des vacances scolaires pour les préparer à une intégration réussie dans l’enseignement supérieur. Des « Cordées de la réussite » à la mode Sciences Po ?

Les effets des « conventions ZEP »

En 15 ans, Sciences Po a admis 1611 élèves par la procédure CEP. Parmi eux, déjà 642 diplômés issus de 10 promotions ont rejoint la communauté des alumni. Près de 11 000 élèves ont participé aux ateliers Sciences Po au sein des lycées.  En 2016, les aides directes versées représentent environ 10 millions d’euros. Elles ont bénéficié à 37% des étudiants, qu’ils soient boursiers ou aidés.

Il y a 15 ans, la première promotion comptait 17 étudiants admis à travers des conventions avec 7 lycées. En 2016, ils représentent 163 admis provenant de 106 lycées partenaires. Si la majorité des lycées est implantée en Île-de-France, presque toutes les académies sont désormais concernées (19), incluant les territoires désindustrialisés, ruraux ou d’Outre-Mer (Nouvelle Calédonie et Guyane par exemple).

La création des écoles d’été « premiers campus »

A l’été 2017, Sciences Po lance son programme les « premiers campus » destiné aux lycéens boursiers de l’enseignement secondaire. Il permettra d’accompagner non seulement un grand nombre de lycéens issus de ZEP, mais aussi des élèves défavorisés vivant dans les zones périphériques que sont les territoires ruraux et périurbains à faible densité.

Dès l’été prochain, 60 élèves de seconde seront ainsi accueillis au sein du campus de Reims de Sciences Po : les années suivantes, le programme sera progressivement ouvert aux élèves de première et terminale et s’étendra sur plusieurs des six campus en région. Ces « premiers campus » se dérouleront sur une session d’été de sept jours complétée par une session à la Toussaint. Les lycéens se verront proposer un renforcement intensif de leurs compétences en matière de maîtrise de la langue. Le préalable de la maîtrise de la langue française (session d’été) sera nécessaire au renforcement des langues étrangères, notamment l’anglais (session de la Toussaint). Le programme interviendra aussi sur l’acquisition des compétences suivantes : travail de la distinction (attention portée à la nuance), capacité à conceptualiser, précision, concision et argumentation.

Ces « premiers campus » n’ont pas vocation à constituer une « prépa Sciences Po » mais à préparer les élèves à leur intégration dans l’enseignement supérieur et leur donner quelques clefs de succès : goût des études supérieures, exigences méthodologiques et confiance nécessaires à la réussite. Comme l’explique Frédéric Mion, directeur de Sciences Po : « Nous souhaitons aujourd’hui poursuivre notre engagement auprès des lycéens les moins favorisés et élargir doublement le champ de notre action : toucher des zones géographiques et des populations nouvelles, et proposer à ces jeunes un horizon qui dépasse Sciences Po. »

Print Friendly