ECOLE D’INGÉNIEURS

La Cdefi se retrouve enfin à Poitiers

Jacques Fayolle ouvre le congrès de la Cdefi.

Enfin après deux années de Covid les écoles d’ingénieurs de la Cdefi (Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs) se sont retrouvées les 2 et 3 juin au sein de l’Ensi Poitiers puis de l’Isae-Ensma. « Le dernier colloque en présentiel avait eu lieu en 2019 à Toulouse. Nous avons besoin de rencontres plus informelles et de moments de convivialité et nos colloques sont aussi là pour cela », rappelle le président de la Cdefi et directeur des Mines Saint-Etienne, Jacques Fayolle, tout en regrettant encore une fois que la « nation n’investisse pas assez dans l’enseignement supérieur et la recherche » et en demandant qu’une « loi de programmation de l’enseignement supérieur soit promulguée » alors qu’on « manque au moins de 5 000 ingénieurs par an mais aussi de chercheurs et de docteurs ».

De grands enjeux. Jacques Fayolle tient également à « rappeler le rôle essentiel des écoles d’ingénieurs dans la recherche où elles ne sont pas des appendices d’organismes ou d’autres établissements ». Autre point de vigilance pour la Cdefi : le niveau auquel France Compétences va bientôt proposer de prendre en charge les contrats d’apprentissage. Le tout alors que la question environnementale est au cœur de l’évolution de l’enseignement dans les écoles d’ingénieurs. « Comment concrètement former les enseignants, nos étudiants, utiliser les labels et surtout ne pas faire du greenwashing », s’interroge encore Jacques Fayolle en introduction d’un colloque où le secrétaire général pour l’investissement, Bruno Bonnel, est venu expliquer comme les écoles d’ingénieurs doivent être « des forces de proposition pour gérer avec nous la transition environnementale et digitale » et « encourager les écoles à postuler aux financements – 310 millions d’euros – qui leur sont ouverts dans tous les secteurs ».

Innover dans un monde incertain. Les vidéos des étudiants d’Agro ParisTech dénonçant leur enseignement ont provoqué une onde de choc dans les écoles d’ingénieurs où de nombreux discours proches ont pu être présentés ces derniers temps par les élèves. « Comment réenchanter le métier d’ingénieur alors que le progrès est remis en cause ? », s’interroge Alexis Michel, directeur de l’Enib et président de la commission international et développement de la Cdefi. « Il faut mettre en avant tout ce que le progrès scientifique a permis ces cent dernières années », lui répond Yves Bamberger, vice-président de l’Académie des technologies.

Ingénieuses : le palmarès 2022. Créée en 2011 par la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (Cdefi), l’opération Ingénieuses a pour ambition de « lutter contre les stéréotypes de genre, de promouvoir l’égalité femmes-hommes à l’école et dans la sphère professionnelle, et de favoriser l’orientation des jeunes filles vers les formations scientifiques et technologiques et les carrières d’ingénieurs ».  Lancée le 10 janvier dernier, l’opération Ingénieuses 2022 s’est achevée ce jeudi 19 mai 2022 avec la cérémonie de remise des prix du concours dans les locaux de l’EPF.

Comme l’année précédente, cinq prix ont été remis aux écoles :

Quatre prix ont été remis aux élèves et femmes ingénieures :

  • Louise BAEHR, lauréate du prix de l’élève-ingénieure France 2022, remis en partenariat avec l’AUF Europe Ouest ;
  • Widad YESFI, lauréate du prix de l’élève-ingénieure Maghreb 2022, remis en partenariat avec l’AUF Maghreb ;
  • Sylvie PIERUNEK, lauréate du prix de la femme ingénieure 2022 ;
  • Yulia AKISHEVA, lauréate du prix de la femme ingénieure junior 2022.
Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend