UNIVERSITES

Universités : 65% de réussite en master

En 2018, près des deux tiers des étudiants inscrits pour la première fois en première année de master en 2015 ont obtenu leur diplôme en deux ou trois ans, 53 % l’ont eu en deux ans selon la note de la DEPP Parcours et réussite en master à l’université : les résultats de la session 2018. Le taux de réussite en master en deux ou trois ans s’élève ainsi à 65%. Une fois admis en M2, 90% des étudiants obtiennent leur diplôme de master en fin d’année.

Le taux de réussite varie avec l’âge à l’entrée en première année. Les trois quarts des étudiants âgés de 22 ans ou moins à l’entrée en M1 (52% des étudiants) obtiennent ainsi leur diplôme après deux ou trois ans, contre moins de la moitié des étudiants de plus de 23 ans (un tiers des étudiants).

De la même façon les bacheliers généraux (près de trois quarts des entrants en M1) sont 56% à obtenir leur diplôme en deux ans et 68% en trois ans. Des taux de réussite plus élevés de 5 à 13 points que ceux des étudiants titulaires d’un baccalauréat technologique, professionnel ou non bacheliers.

La réussite varie selon la discipline. Elle est élevée dans les disciplines scientifiques ou en santé, où deux tiers des primo-inscrits en M1 obtiennent leur diplôme en deux ans, et trois quarts en deux ou trois ans. Ces taux de réussite sont presque aussi élevés en « sciences économiques-gestion ». En revanche, ils sont bien plus faibles en « arts lettres, langues, SHS » (42% en deux ans, 56% en deux ou trois ans) et en STAPS (41% en deux ans, 51% en deux ou trois ans). Et il faut aussi compter avec ceux qui quittent leur filière universitaire. Nombreux sont ainsi les étudiants de gestion à choisir d’intégrer une école de management en admissions parallèles.

 

Une poursuite en master plus ou moins forte. À la rentrée 2018, deux tiers des étudiants diplômés en licence générale de l’année se sont inscrits en master à l’université. La poursuite en master reste forte en droit (85 %) et en sciences-santé (74%). Elle est moins élevée en « sciences économiques, gestion, AES » (61%), en « arts, lettres, langues, SHS » (58%) et en STAPS (55%). Le taux de passage de la licence au M1 avait baissé de 5 points entre les rentrées 2016 et 2017 avant de se stabiliser à 66% en 2018. En revanche, le taux de passage de M1 à M2 a progressé de 6 points en 2018, pour atteindre presque 69% pour les primo-inscrits en M1 en 2017.

 

 

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend