POLITIQUE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, UNIVERSITES

Elections présidentielles : ce que propose France Universités

Pour ses cinquante ans la Conférence des présidents d’université (CPU) a organisé un grand colloque à La Sorbonne et est devenue France Universités

Dans le cadre de la campagne présidentielle à venir, France Universités (ex-CPU) « propose l’instauration d’une nouvelle relation de confiance entre l’Etat et son Université, avec un réel investissement dans l’Enseignement supérieur et la recherche ». Dans le document qu’elle publie, France Universités propose par exemple de « faire des universités françaises, à l’instar de leurs homologues étrangères, des opérateurs de la recherche et d’innovation plus compétitifs, en renforçant leurs responsabilités dans ces domaines et en développant leur rôle de charnière entre formation, recherche et innovation ». Dans ce cadre il faudrait « confier aux universités la délégation pleine et entière de gestion de toutes les unités mixtes de recherche pour une réelle simplification et une meilleure efficacité de leur fonctionnement ».

Donnez nous plus d’autonomie ! 27e, c’est le rang de la France en matière d’autonomie RH et d’autonomie pédagogique sur les 29 pays classés par le baromètre 2017 de l’Association européenne des universités. C’est dire si l’accentuation de leur autonomie est une demande récurrente des présidents d’université – mais pas forcément de tous leurs personnels – depuis que Valérie Pécresse, alors ministre de l’Enseignement supérieur, a entrepris de leur donner de l’autonomie au travers de la loi LRU. Aujourd’hui France Université explique que « la dynamique enclenchée par la loi de 2007 est aujourd’hui freinée et de nouveaux leviers doivent être mis en œuvre pour accompagner le passage à l’acte 2 de l’autonomie. Parmi ces leviers figurent notamment la maîtrise du recrutement et de la gestion de la carrière de leurs personnels et une meilleure articulation entre les responsabilités de l’État et celles des universités ».

Plus de moyens. Tout cela demande bien évidemment des moyens et la CPU demande à que soit « engagée dès 2022 une Loi de programmation de l’enseignement supérieur, pendant indispensable de la Loi de programmation de la recherche, avec 1 milliard d’euros supplémentaire par an pendant cinq ans pour l’enseignement supérieur ».

Il s’agit également de « garder les talents et donc rendre attractifs les métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur par la revalorisation des carrières au-delà de ce que prévoit la Loi de programmation de la recherche » et de « garantir l’investissement dans les budgets « socles », étape indispensable à l’autonomie des universités et à la réussite des investissements d’avenir ou plans stratégiques d’innovation et de réindustrialisation du pays. »

 

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend