Non classé

APB 2013: les STS désertées par les bacheliers généraux et technos

On doit sûrement y voir un des premiers effets de la loi à venir sur l’enseignement supérieur et la recherche et de la volonté du gouvernement de favoriser les bacheliers professionnels en STS : selon les premiers résultats d’APB divulgués par les ministères de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, les bacheliers généraux et technologiques se détournent de STS. Le taux d’inscription en STS baisse ainsi de 5% pour les bacheliers technologiques (55% contre 60% en 2012) alors que les L ne sont ainsi plus que 11% à vouloir aller en STS (18% en 2012), les ES 14% (contre 19%) et les S 7% (10% l’année dernière).

Autre enseignement remarquable : les S s’orientent bien plus largement en PACES avec un taux qui passe de 16 à 20% et qui devrait poser d’insolubles problèmes logistiques aux universités ! Les prépas profitent également de la désaffection pour les STS : les bacheliers L sont 9% à souhaiter intégrer une CPGE cette année contre 7% en 2012. Au total, les 280 lycées offrant des prépas voient se stabiliser le nombre de leurs candidats (48 912 premiers vœux contre 48 737 en 2012) pour environ 40 000 places.

Dans les grandes lignes, les licences générales seraient cette année plus demandées (+5% après +7% en 2012). Comme l’explique Le Monde, il faudrait y voir les effets de la règle introduite en 2011 qui veut qu’une priorité soit accordée aux candidats lorsqu’ils ont placé en premier vœu les licences en tension. 34 % de bacheliers ont opté en premier vœu pour une licence universitaire, 33,29% pour une STS, 14,56% un IUT, 8,27% une CPGE, 4% une école (ingénieur, commerce, architecture…) et 5% une autre formation. Quant aux bacheliers généraux, 47% souhaitent se diriger vers l’université, 15% en IUT, 10% en STS et 14% en CPGE.

Olivier Rollot (@O_Rollot)

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend