Non classé, POLITIQUE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Bilan 2012 de l’enseignement supérieur: la pédagogie, un sujet qui s’impose

Information disponible, étudiants connectés, nous sommes passés en quelques années de générations d’élèves et d’étudiants plus ou moins motivés – mais trop souvent amorphes – à de nouvelles, pas forcément plus motivées, mais beaucoup moins enclines à s’ennuyer de longues heures en cours sans protester. Incivilités, absentéisme, décrochage, les établissements d’enseignement supérieur ne peuvent que constater les ravages d’un enseignement à l’ancienne – grands amphis, profs récitant leurs cours, élèves prenant plus ou moins des notes – totalement rédhibitoire aux yeux des enfants d’Internet. Jusque dans les meilleures écoles, les plus sélectives.

Échanger, pas asséner

Dans un article du Monde intitulé « La trop sage HEC bousculée par ses deux tiers d’enseignants étrangers », le journaliste spécialistes de l’enseignement supérieur Benoît Floc’h mettait ainsi en exergue comment un corps professoral largement formé aux États-Unis en importait logiquement les méthodes, notamment en mettant l’accent sur l’échange pendant les cours.

De son côté Le Figaro étudiant s’interrogeait sur la disparition annoncée des cours en amphi. « Le cours magistral, qui ne ferait que transmettre un savoir académique, est-il encore pertinent? », avait ainsi lancé Vincent Berger, président de l’université Paris-Diderot, pendant les Assises avant de conclure : «Il faut se préparer à une mutation de l’enseignement supérieur où le rapport direct entre l’enseignant et l’étudiant sera privilégié dans le cadre de petits groupes de projets ou d’expériences».

La présentation des solutions SMART technologies à Grenoble EM

Cap sur la pédagogie !

Constatant que les étudiants qui ne trouvent plus dans les cours ce qu’ils attendent les sèchent tout simplement, l’EM Strasbourg a lancé une étude sur le sujet avec l’objectif de créer un nouveau contrat pédagogique avec les enseignants (lire sur le blog Le grand amphi). Président de l’université Versailles Saint-Quentin, Jean-Luc Vayssière (photo) tient un blog sur lequel il constate que c’est un « domaine trop souvent passé sous silence à l’université » alors que « l’accompagnement des étudiants est aussi un véritable enjeu pédagogique » dont il veut voir le poids renforcé dans l’évolution des enseignants.

Pendant ce temps, Grenoble École de Management investit dans les nouvelles technologies en devenant le premier Point Relais de l’entreprise SMART Technologies pour l’enseignement supérieur en France (photo). Au programme tableaux interactifs et travail à distance. Autant de technologies, de méthodes nouvelles qu’il va bien falloir apprendre aux enseignants. L’Essca a donc décidé de créer un Institut de pédagogie et de soutien à l’enseignement (IPSE) ouvert à tous ceux qui veulent améliorer leur pédagogie. Nul doute, l’évolution de la pédagogie sera au cœur des débats de l’année 2013 !

Olivier Rollot (@O_Rollot)

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend