POLITIQUE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, PROGRAMMES

Covid-19, comment l’enseignement supérieur s’est réinventé : « Passer à un accompagnement sur mesure »

Les écoles sont différentes, mais les problématiques rencontrées sont similaires. À l’heure du covid, comment accompagner au mieux les étudiants sur le plan de la scolarité et de la santé, physique ou mentale, telle est la question. Marie-Noëlle Koebel, Directrice des études à l’Essec, et Claude Lombard, Directrice des études et des admissions à Audencia, y répondent.

Anne Dhoquois : Est-ce que votre fonction a changé entre janvier 2020 et janvier 2021 ?

Marie-Noëlle Koebel : La fonction repose sur deux piliers : le travail sur le contenu de la formation en lien avec nos objectifs pédagogiques et, avec les équipes dédiées, l’accompagnement des étudiants dans leur cursus et leur projet. Aujourd’hui, nos missions restent fondamentalement les mêmes, mais nous veillons particulièrement au respect des objectifs de la formation incluant la mise en place de nouveaux outils pédagogiques et à un accompagnement renforcé des étudiants. A chaque étape, ils doivent choisir entre différentes options. Notre rôle, c’est de continuer à leur fournir, et ceci dans le contexte d’incertitude actuel, les bonnes informations pour qu’ils construisent au mieux leur projet.

Claude Lombard : Nous axons nos actions sur l’organisation de la scolarité des étudiants et leur accompagnement dans les choix qu’ils ont à faire afin que ceux-ci soient compatibles avec leur projet professionnel. Ce qui a changé en un an, c’est la dimension internationale des parcours, un passage obligé pour être diplômé. Ce fut le premier secteur impacté par la crise sanitaire. Il nous a fallu être très réactif et trouvé des solutions lorsque les universités concernées par les échanges n’étaient pas en mesure de proposer des cours à distance ou que le décalage horaire ne permettait pas de les suivre. Nous avons développé des solutions alternatives en proposant aux étudiants de choisir des cours en distanciel dispensés par des intervenants internationaux organisés par Audencia ou les universités partenaires.

M-N.K. : L’international a en effet été le plus impacté par la crise. Les étudiants sélectionnés pour partir à l’étranger dans le cadre d’un échange ou d’un double diplôme ont eu le choix entre la réintégration d’un cursus au sein de l’Essec – nous avons étoffé notre offre de cours et les places disponibles pour pouvoir les accueillir à la rentrée -, le suivi des cours du partenaire en ligne ou le report de leur départ. Rares sont ceux qui ont pu partir comme prévu. Dans tous les cas, les étudiants ont souhaité avancer dans leur parcours. Autre dimension impactée : les expériences professionnelles. Là encore, ils ont eu le choix entre effectuer leur stage (en présentiel ou en télétravail) ou réintégrer un parcours académique. L’important, c’est que les étudiants ne prennent pas de retard, cela demande de notre part de l’anticipation et de la réactivité.

A. D : Quelles ont été vos priorités et vos points de vigilance ?

C.L. : Ce qui a caractérisé 2020, c’est notre capacité à réagir et à réagir vite. Dans nos écoles, nous sommes habitués à certains process, nous accompagnons les étudiants de manière à leur laisser le temps de la réflexion afin d’optimiser leur parcours… Nous avons dû rapidement revoir ces process et faire preuve de réactivité et d’adaptation. Ce qui fut aussi le cas de nos enseignants et de beaucoup d’étudiants, même si certains ont eu plus de mal à s’adapter. A ce propos, je ferais une distinction entre les premières années 2019-2020 et celles de 2020-2021. Dans le premier cas, les étudiants ont eu le temps d’intégrer l’école, de s’imprégner de son état d’esprit, de créer une cohésion au sein de la promotion. Dans le second, ce fut beaucoup plus compliqué car ils ne se sont vus que trois semaines en septembre et n’ont pas eu le temps de faire connaissance.

M-N.K. : En 2019-2020, notre priorité a porté sur les étudiants en fin de parcours. Ils étaient inquiets par rapport aux exigences de l’école – comprenant une expérience à l’international – pour l’obtention de leur diplôme. Nous avons fait en sorte, avec l’aide du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, que ni la diplomation des étudiants ni leur intégration professionnelle ne soient impactées. En 2020-2021, notre première priorité s’est concentrée sur les nouveaux arrivants, qui ont eu peu de contacts avec le campus. D’une façon générale, notre accompagnement s’est intensifié afin de maintenir le lien avec chacun : contacts directs avec les étudiants, rôle des professeurs, s’assurant que les étudiants restent actifs durant les cours, proposition d’une aide psychologique, possibilité de rendez-vous à tout moment avec l’infirmière ou des conseillers carrière. Nous les encourageons également à maintenir le lien entre eux via le BDE ou les associations. L’important, c’est d’identifier le plus rapidement possible les étudiants en difficulté et de les prendre en charge au mieux.

C.L. : Démarche similaire à Audencia. Les étudiants – français et étrangers, que nous surveillons également de près – ont la possibilité d’interagir avec nous quand ils le souhaitent pour satisfaire un besoin d’accompagnement. Nos classes sont composées de groupes de 40 élèves, chacun désigne un délégué. Nos échanges avec eux se sont accentués depuis la crise. Ils nous font remonter les besoins et nous aident à repérer les étudiants en difficulté. Ceci dit, je n’ai pas du tout le sentiment d’être confrontés à une hausse de décrochage ou d’abandon. En revanche, pour certains étudiants, l’enseignement à distance est plus compliqué que pour d’autres. Et, en novembre, au moment de l’annonce du report des cours en présentiel à février, beaucoup ont eu un coup au moral. Il a fallu remotiver les troupes.

A. D : Qu’est-ce que cette crise a révélé ?

M-N.K. : En temps normal, nous nous interrogeons sur les évolutions de nos enseignements compte tenu des changements économiques, environnementaux et sociétaux. Cette crise a encore plus mis en valeur la nécessité de s’interroger sur la formation de nos étudiants. Par ailleurs, nous avons fait preuve d’un formidable travail collectif entre les équipes de l’école et les professeurs. Tout le monde s’est mobilisé et ce fut très porteur. Les étudiants nous ont fait confiance. Cela a donné du sens à notre travail.

C.L. : Tout un chacun a conscience des difficultés des autres dans un tel contexte. C’est vrai pour les professeurs vis-à-vis de l’administration, des étudiants vis-à-vis de leurs professeurs, etc. Une compréhension mutuelle s’est instaurée au sein de l’école, qui a renforcé nos relations ; je suis convaincue qu’après la crise nous garderons cet esprit collectif. La situation nous a par ailleurs obligés à utiliser de nouveaux outils digitaux qui ont montré leur pertinence en termes d’efficacité. Cette crise aura provoqué des changements qui impacteront durablement nos écoles.

A. D : Comment vous projetez-vous dans les mois à venir ?

C.L. : Nous nous projetons dans une vie d’école et de campus avec nos étudiants. Sans eux, c’est vide. Et puis, les accompagner en face à face, c’est tout ce qu’on aime faire.

M-N.K. : Oui, nous espérons retrouver cette vie de campus, car elle manque à tout le monde, tout en utilisant l’opportunité qui nous est donnée de réfléchir à de nouvelles méthodes pédagogiques, à la mise en place de nouveaux outils, mais aussi à notre façon de travailler, à gérer notre temps… Nous allons tirer les enseignements de cette expérience à tous les niveaux.

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend