ORIENTATION / CONCOURS

De la seconde au bac : le classement des lycées qui font réussir leurs élèves

Comment choisir un lycée ? Si les contraintes géographiques sont importantes une marge de choix n’en est pas moins possible. Bien sûr il y avait les séries du bac – et maintenant les spécialités du bac général – qui ne sont pas dispensées partout. Bien sûr certaines langues vivantes ne le sont pas non plus. Mais in fine c’est souvent le taux de réussite au bac d’un lycée – voire le taux de ses élèves obtenant une mention – qui attirent le plus l’attention des parents et des élèves. Oui mais sont-ils bien certains que ces taux reflètent aussi la capacité d’un lycée à faire réussir le plus grand nombre d’élèves ? C’est pour répondre à cette question que le ministère de l’Education publie ses indicateurs de la valeur ajoutée des lycées. Et parmi ceux-ci le taux d’accès de la seconde au bac que nous avons décidé de vous présenter comme indicateur privilégié de notre « Classement des lycées qui font réussir leurs élèves ».

Six lycées à 100% en 2020. Ils ne sont que six lycées généraux et technologiques à avoir amené 100% de leurs élèves entrés en seconde en 2017 à obtenir leur bac trois ans plus tard, en 2020, en leur sein (ce qu’on appelle le « taux d’accès seconde-bac ») : le lycée Château-Blanc de Chalette-sur-Loing (académie d’Orléans-Tours), le lycée Guillaume-Tirel (Paris), le lycée Sainte-Chrétienne de Saint-Avold (académie Nancy-Metz), le lycée François-Rabelais d’Ifs (académie de Normandie) et les lycées hôteliers de Biarritz et du Gosier (Guadeloupe). Six lycées de bonne facture puisque cinq d’entre eux cumulent cet excellent taux d’accès de la seconde au bac avec un taux de réussite à ce même bac de 100% en 2020. Mais des taux comparables peuvent-ils être atteints dans de « grands lycées » plus reconnus ? Tout à fait puisque à Paris la célèbre l’Ecole alsacienne présente un taux d’accès de 99% (et 93% de mentions au bac) comme le lycée Hoche à Versailles (95% de mentions).

Si ces lycées conservent tous leurs élèves ou presque de la seconde au bac, d’autres n’en gardent même pas la moitié. Le lycée de Bretagne à Nantes ne conserve ainsi que 37% de ses élèves de seconde jusqu’au bac et le lycée La Salle à Igny 38%, soit pour ce dernier un taux de 44% inférieur à ce qu’il devrait être selon les experts du ministère. Une catégorie de lycées où on trouve des lycées dont les résultats au bac sont bons comme Ort à Montreuil : 100% de réussite au bac, 78% d’élèves obtenant une mention mais seulement 45% d’élèves y suivant leur scolarité de la seconde au bac. Comme le signalent les auteurs de l’étude, de nombreux facteurs propres au lycée peuvent influer sur ce taux d’accès alors que d’autres lui échappent. Les facteurs liés à la politique de l’établissement sont :

  • la politique de réorientation des élèves en difficulté vers d’autres structures ou d’autres séries situées dans d’autres établissements ;
  • la gestion des redoublements ;
  • la politique à l’égard des élèves en situation d’abandon d’études.

Les facteurs subis par l’établissement sont :

  • l’attractivité d’établissements voisins ;
  • l’orientation vers une série, une combinaison de spécialités ou une option non proposée par l’établissement (l’impact de ce dernier facteur est neutralisé par les experts, un changement de lycée pour ce motif étant considéré comme une réussite pour le lycée d’origine).

La méthodologie. Chaque année le ministère de l’Education publie ses indicateurs de la valeur ajoutée des lycées. Au-delà des simples taux de réussite au bac – particulièrement excellents en 2020 en raison de l’épidémie – il s’agit de montrer comment un lycée est capable de faire réussir ses élèves au-delà de ce qui était attendu en prenant en compte les disparités importantes de recrutement entre les lycées en termes de profils scolaires et socio-économiques. Mais les indications que fournit le ministère ne s’arrêtent pas là. Les taux d’accès de la seconde à la terminale sont également calculés. Un indicateur sur lequel nous avons pris le parti de réaliser notre classement. En effet chaque année nombreuses sont les familles à choisir un lycée en fonction du seul taux de réussite au bac, sans prendre la peine de regarder si ce taux n’est pas la résultante d’une équation simple : ne gardons que les meilleurs !

 Si un élève de première suit, dans son lycée de destination, une série technologique ou une spécialité générale non proposée dans son lycée d’origine, sa situation est alors considérée comme un succès pour le lycée d’origine.

Or si dans certains cas les élèves ainsi mis à l’écart le sont pour des raisons objectives, il n’est pas non plus rare qu’il s’agisse également de motiver les autres en montrant la sortie aux plus faibles. Mais qu’arrive-t-il à ceux qui n’entrent pas dans les clous de la réussite ? A un âge où les échecs sont particulièrement difficiles à vivre on imagine leur désarroi alors même qu’ils pensaient rester dans le même lycée de la seconde à la terminale. Toutes ces raisons nous amènent aujourd’hui à constituer ce classement fondé sur la capacité des lycées à amener leurs élèves de la seconde à l’obtention du bac. Un taux particulièrement significatif en 2020 alors qu’on craignait que beaucoup d’étudiants confinés décochent.

Pour donner tous les éléments nécessaires à un choix raisonné nous publions également le nombre de candidats, les taux de réussite réels et attendus ainsi que les taux de mention de chaque lycée général et technologique.

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend