INTERNATIONAL

Droits de scolarité : et ailleurs ?

 

Dans son rapport, la Cour des comptes s’intéresse également aux autres systèmes de financement qu’elle divise en trois catégories :

  • le « régime libéral », qui rassemble notamment l’Angleterre, le Canada, l’Australie, les États-Unis, le Chili, le Japon et la Nouvelle-Zélande, le financement privé de l’enseignement supérieur l’emporte largement sur le financement public. La détention d’un diplôme de l’enseignement supérieur y est vue comme un « investissement privé à fort rendement » ;
  • le régime « social-démocrate » qui prévaut particulièrement dans les pays scandinaves (Suède, Norvège, Finlande, Danemark), le financement repose très majoritairement sur des fonds publics ;
  • entre ces deux modèles, une diversité de systèmes emprunte certains éléments à ces deux régimes en France, Espagne, Italie et Allemagne.

Ainsi, en Angleterre, le Haut Conseil pour le financement de l’enseignement

supérieur a baissé les financements publics accordés aux établissement, passés de 6,7 milliards de livres en 2011-2012 à 3,6 Mds£ en 2017-2018. Ce sont les étudiants qui financent la différence avec un système de prêts remboursables après leurs études et à partir d’un certain niveau de revenus. Les universités publiques fixent librement leurs droits sans dépasser un plafond de 9 000£ aux alentours de 10 100€).

En Italie, les droits d’inscription sont fixés par les établissements d’enseignement supérieur, mais leur produit ne peut dépasser 20% du montant des fonds publics reçus par l’établissement.

En Allemagne, les étudiants ne paient plus aucun droit d’inscription en Allemagne depuis 2014, ils doivent seulement s’acquitter de droits administratifs modérés dans dix Länder.

En Australie, le niveau des droits est élevé mais modulés selon le domaine d’enseignement, en tenant compte non seulement des coûts de formation mais aussi des besoins du marché du travail et donc fixés à des niveaux faibles pour les secteurs de l’économie dans lesquels un besoin est identifié.

Cinq types de modalités de fixation des droits d’inscription peuvent être esquissées :

– des droits fixés par les universités, sans limite imposée par l’État. C’est le cas en Suisse, en Lettonie et en Lituanie pour les étudiants qui ne bénéficient pas de places subventionnées par l’État, ainsi qu’au Portugal et au Royaume-Uni pour les formations de niveau master et au Luxembourg ;

– des droits fixés conjointement par des autorités publiques et les universités. Des seuils sont alors fixés par l’État, comme en Grande-Bretagne et au Portugal pour le niveau licence, en Hongrie ou en Italie ;

– des droits d’inscription fixés par l’État, comme en France, en Belgique, aux Pays-Bas ;

– des droits fixés par les régions, comme en Espagne ;

– des universités ne pouvant pas faire payer de droits d’inscription, l’enseignement supérieur étant gratuit, comme en Suède, en Finlande, en Norvège, au Danemark, en Allemagne, en Autriche, en Pologne ou en République tchèque.

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend