EMPLOI / SOCIETE

Enquête emploi de la CGE : le grand beau avant la tempête ?

« Si nous nous reportons à l’expérience de la crise financière de 2008, nous pouvons penser que les tensions sur le marché de l’emploi s’intensifieront dans les prochains mois, mais que dans la durée, les diplômés de nos Grandes écoles continueront sans doute de se placer dans de bonnes conditions, avec cependant un effet retard », espère Peter Todd, président de la commission Aval de la CGE et directeur général de HEC Paris, jetant un regard nostalgique sur l’enquête Insertion des diplômés de Grande écoles de la promotion 2019. Ses heureux représentants ont en effet, pour 85,7% d’entre eux, été embauchés dans les 2 mois suivant l’obtention de leur diplôme. Résultat : un taux net d’emploi à 6 mois de 88,1% et une progression des salaires moyenne sur un an de 2,3%. Mais aussi un premier ralentissements fin 2019 qui avait conduit le nombre de nouveaux diplômés en recherche d’emploi à passer de 9 à 10,2% en comparaison de l’enquête précédente. En 2021 vivra-t-on le même choc qu’en 2010 ?

Les salaires poursuivent leur progression. Le salaire brut annuel moyen d’embauche, hors primes en France, est en progression, tant pour les ingénieurs (+1,7 %) que pour les managers (+ 2,4%). Pour l’ensemble des nouveaux diplômés, il s’établit à 35 714 € (+ 2,3%). Pour les diplômés des écoles de management, les perspectives de salaires à 2 ans sont très favorables avec une hausse moyenne de 10% sur les deux premières années.

L’apprentissage voie royale. Le taux net d’emploi à 6 mois des diplômés par voie de l’apprentissage est de 90,7 %. Plus d’un tiers des apprentis interrogés (36,3 %) est embauché dans son entreprise d’accueil. Leur salaire à l’embauche s’établit en moyenne à 35 738 €.

De de plus en plus de CDI. 82,2 % des diplômés sont embauché en CDI dès leur sortie de l’école. Pour les femmes, il est moins facile de décrocher un CDI : 75,9% pour les femmes contre 86,5 % pour les hommes.

Les inégalités salariales femmes-hommes persistent. Le salaire moyen des hommes est supérieur de 5,9 % au salaire moyen des femmes ; l’an dernier cet écart était de 6,1%. Les jeunes femmes sont sur-représentées dans les secteurs d’activité moins rémunérateurs.

Régions et Ile-de-France quasi à égalité. En moyenne 55% des jeunes diplômés sont embauchés en Ile-de-France. Mais les ingénieurs s’implantent se préférence en province – à 58% – là où se situent le plus souvent les entreprises de production.

L’international se stabilise. Plus de 13% des diplômés interrogés exercent un emploi à l’étranger, dont 40% en Europe. La part des emplois à l’étranger reste plus forte chez les managers et les diplômés des écoles d’autres spécialités (respectivement 17,9% et 20,1%), plus enclins à occuper un emploi à l’étranger que les ingénieurs (10,6%).

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend