POLITIQUE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

2,8 millions d’étudiants en 2028

Selon la note du SIES sur la projection des effectifs de 2019 à 2028 les inscriptions à la rentrée 2019 auraient augmenté de 1,3 % sur l’ensemble de l’enseignement supérieur (+ 35 000 étudiants environ). À la rentrée 2020, le nombre d’inscriptions devrait s’accroitre de 24 000 étudiants. Si les tendances en termes d’orientation et de poursuite d’études des bacheliers et des étudiants se prolongent, l’enseignement supérieur pourrait rassembler en 2023, 2,77 millions d’étudiants (hors inscriptions simultanées en licence et en CPGE) et en 2028, 2,81 millions d’étudiants, soit respectivement 91 000 et 133 000 étudiants de plus qu’en 2018.

Une hausse qui ralentit. Les effectifs ont forte­ment progressé au cours des cinq années précédentes, sous l’effet d’une scolarisation accrue des dernières générations dans l’en­seignement supérieur. À cela s’est rajouté à la rentrée 2018, l’impact du boom démo­graphique d’une ampleur inédite, intervenu en l’an 2000. Les effectifs ont ainsi aug­menté de 2,1 % en 2018 (+ 56 000 étudiants). A la rentrée 2019, on devrait finalement recenser une hausse du nombre d’inscriptions dans l’en­seignement supérieur d’environ 35 000 (+ 1,3 %). Une croissance forte, mais bien moindre que l’an passé alors que le nombre de candidats au baccalauréat est en baisse de 8 500 par rapport à l’année précédente.

La hausse des effectifs serait plus modérée dans les filières traditionnelles (universités y compris IUT, les STS et les CPGE) à +1 %), et en progression plus sen­sible dans les principales autres formations (+ 2,9 %), notamment les écoles de com­merce, de gestion et de vente (+ 4,6 %), dans les facultés privées (+3,6%) et les écoles d’ingénieur non universitaires (+ 2,5%). Selon les experts du SIES, « les baisses des taux de poursuite d’études observées dans les filières traditionnelles, que sont les universités, IUT, CPGE et STS, pourraient être liées à des contraintes de capacité ».

Et dans huit ans ? En 2028, le nombre de nouveaux bacheliers entrant à l’université hors IUT serait supé­rieur de 2,6 % à celui de la rentrée 2018 (+ 6 000). Le nombre de nouveaux bacheliers entrant dans les filières sélectives (IUT, CPGE et STS) serait à la baisse entre 2018 et 2028. Les flux d’entrée des bacheliers en CPGE devraient diminuer de 2,4 % sur la période 2018-­2028. De même les taux de pour­suite des bacheliers généraux suivraient une tendance à la baisse en IUT et en STS, de respectivement ­ 0,7 point et ­ 1,5 point sur 10 ans ; les inscriptions des nouveaux bacheliers en 1re année dans ces deux filières courtes enregistreraient une baisse respective de ­ 2% et ­ 1,8% entre 2018 et 2028.

En dix ans l’uni­versité gagnerait au total 69 000 inscrip­tions d’étudiants, soit une augmentation de 4,6%. La progression serait plus forte en cursus licence qu’en cursus master (res­pectivement 5,9% et 3,3%). Tous cursus confondus, sur dix ans, les effectifs universitaires croitraient dans l’ensemble des disciplines : leur progression serait particulièrement dynamique en Staps (+ 12%), en sciences économiques (+ 6,7%) et en sciences (+ 6,3%) et plus modé­rée en droit (+ 5,2%), en lettres ­sciences humaines (+ 4,7 %). Le nombre d’étudiants en médecine, pharmacie, odontologie serait en baisse (­4,4 %). Entre 2018 et 2028, la hausse prévue serait aussi moins dynamique en STS (+ 2,3 %, + 6 000 étudiants). Les effectifs seraient stables en CPGE et diminueraient de 0,% en IUT (­1 000 étudiants) sur cette période.

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend