NOUVELLES TECHNOLOGIES

L’enseignement supérieur à l’heure digitale

L’ensemble des entreprises est engagé dans une transition digitale qui emporte tous les process, certitudes, habitudes. Mais où en est l’enseignement supérieur ? Sait-il utiliser toutes ces ressources nouvelles qui lui permettent de mieux recruter, mieux gérer ses campus, ses alumni, etc. ? Et les établissements d’enseignement supérieur sont-ils vraiment conscients de la disruption du système que provoquent peu à peu les nouveaux acteurs digitaux de la formation ? Dans la continuité de sa réflexion sur la marque le Club Adetem des décideurs marketing, communication et digital de l’enseignement supérieur créé par HEADway et l’Adetem vous propose de traiter de ces questions le 22 mai à 8 h 30 dans les salons de la Maison des polytechniciens. Alors que le gouvernement lance un plan pour le développement de campus connectés c’est aussi l’occasion de revenir sur un sujet de plus en plus essentiel pour un enseignement supérieur dans lequel le développement des EdTech est en plein essor.

Le plan du gouvernement pour développer des « Campus connectés » dans des zones spécifiques. Les étudiants sont peu mobiles et certains clairement désavantagés par la faiblesse de l’offre d’enseignement supérieur près de chez eux ; connectons-les aux formations sur tout le territoire propose le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en dévoilant son plan pour le développement des campus connectés. A la rentrée prochaine, 12 campus ouvriront ainsi leurs portes dans des villes éloignées des campus universitaires. D’ici à̀ 2022, 100 campus connectés devraient voir le jour. Chacun proposera des diplômes nationaux, comme des licences ou des BTS, avec un accompagnement par des « coachs ».

Le programme « Campus connectés » propose déjà plusieurs dizaines de formations allant du BTS à la licence. Une soixantaine de diplômes sont disponibles et les principaux champs disciplinaires sont accessibles (droit, STAPS, sciences humaines et sociales, etc.). Chacune de ces formations peut être suivie intégralement à distance. Elles sont toutes complètes (L1, L2, L3) et diplômantes. Comme c’est déjà le cas à la Digitale Académie de Montereau chaque étudiant suit exactement la même formation qu’un étudiant en présentiel, et passe les mêmes examens. Il est également inscrit dans l’établissement qui propose la formation.

  • Les douze premiers lieux d’implantation des campus connectés sont : Autin, Bar-le-Duc, Cahors, Chaumont, Le Vigan, Lons-Le-Saunier, Montereau Fault-Yonne, Nevers, Privas, Redon, Saint-Brieuc, Saint-Raphaël

Des applications au service des étudiants. Aujourd’hui les EdTech françaises sont nombreuses et visibles (voir leur Observatoire des EdTech) comme en atteste la création de l’association EdTech France ou du fonds d’investissement dédié qu’est Educapital. Sa fondatrice, Marie-Christine Levet, analyse ainsi le marché : « La dimension digitale va aujourd’hui de 3 à 99 ans, du jouet connecté à la formation tout au long de la vie (FTLV) et formation professionnelle. C’est d’ailleurs dans ce dernier segment que la digitalisation avance le plus vite dans des entreprises « apprenantes » qui veulent fidéliser et attirer pour garder les meilleurs. Elle va beaucoup moins vite dans l’enseignement primaire ou secondaire où l’accès au marché est plus complique, à la différence de l’enseignement supérieur pour lequel rentrer dans l’ère de la digitalisation est une question de survie. Ce n’est pas par hasard si notre premier investissement s’est fait dans l’enseignement supérieur avec l’application Appscho qui relie les étudiants à leur école sur leur mobile ».

Le « campus mobile » d’Appscho a déjà séduit plus de 75 établissements de HEC à l’université d’Evry en passant par Neoma ou l’Essec. « De leur accueil dans l’établissement à leur diplomation nous accompagnons avec nos applications 300 000 étudiants en renforçant le lien entre eux et leur établissement », explique le co-fondateur d’Appscho, Victor Wacrenier. Une réflexion qui a pris un sens tout particulier à l’Edhec avec la création d’une direction dédiée à l’expérience éducative que dirige Anne Zuccarelli : « De la place de parking qui peut manquer, de la salle de classe qu’il faut trouver, du restaurant aux espaces de vie, des associations à la bibliothèque en passant par l’intégration et l’international nous avons tout mis à plat avec les étudiants. Ce que nous voulons c’est proposer à nos étudiants une expérience fluide qui leur permet de se concentrer sur l’essentiel, du début de leur cursus à leur premier emploi ». Résultat la création à la rentrée 2018 de « My Edhec », le « Campus Digital by Edhec », qui permet aux étudiants d’avoir accès à tous ces services sur une même plateforme en ligne, avec Appscho.

Former autrement. La réussite spectaculaire du site de cours en ligne Open Classrooms aiguise les appétits de ceux qui entendent disrupter les grands acteurs de la formation. Mais force est de constater que c’est essentiellement en formation continue que le nouveau marché de la formation se développe aujourd’hui. « L’enjeu du digital learning est aujourd’hui de démocratiser les connaissances alors qu’effectivement ce sont aujourd’hui principalement des cadres et des personnes déjà bien formées qui y ont accès. C’est aussi de la responsabilité des entreprises de mettre à disposition de leurs salariés des espaces de formation, jusque dans les usines ou de donner du temps pour se former », constate Antoine Amiel, co-fondateur de Learn Assembly et de la French Touch de l’Education.

En formation continue et dans le numérique comme en atteste le succès de nouveaux acteurs de la formation aux métiers de l’Internet. Et au premier chef Le Wagon : sa formation intensive « FullStack » de 9 semaines au codage – RNCP niveau 2 – a connu un succès fulgurant ces cinq dernière années. Et dans le monde entier ! Aujourd’hui Le Wagon compte 34 implantations dans le monde de Paris à Sao Paulo, d’Amsterdam à Shanghai. « Nous n’avons fait appel à aucun investisseur extérieur en privilégiant la voie de la franchise avec des opérateurs locaux auxquels nous livrons un produit parfaitement structuré pour pouvoir en contrôler la qualité », confie Romain Paillard, co-fondateur avec son frère d’une entreprise qui compte aujourd’hui 4700 alumni et en a formé plus de 2000 en 2018 (dont 700 en France, dont 40% de femmes).

Son secret : une plateforme maison qui corrige automatiquement les exercices que font les étudiants et qui permet à leurs professeurs de suivre très finement les progrès de chaque binôme. « Nous formons des développeurs web autonomes, ce qu’on peut apprendre en un laps de temps raisonnable et que le marché réclame, mais pas de la « chair à canon » pour résoudre les carences du marché chez des intégrateurs web ou des sociétés de service », insiste Romain Paillard. Et parce que ce n’est pas facile de dégager neuf semaines pour apprendre à coder quand on a en moyenne 29 ans, Le Wagon lance aujourd’hui la même formation mais sur 6 mois les soirées et week-ends. Et compte bien aller plus loin : « Nous venons de lancer un bootcamp avec l’IAE de Buenos Aires, l’une des meilleures business schools d’Amérique latine, qui marque les prémices de la création d’un MBA d’un nouveau style, mi management, mi numérique ». Le Wagon recherche maintenant des écoles dont le MBA est accrédité par l’Amba pour aller plus loin. Quelle école de management française va franchir le pas ?

 

HEADWAY ET L’ADETEM ETUDIENT « LA TRANSITION DIGITALE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR »

L’ensemble des entreprises est engagé dans une transition digitale qui emporte tous les process, certitudes, habitudes. Mais où en est l’enseignement supérieur ? Volontiers donneur de leçons les applique-t-il toujours à ses propres procédures ? Sait-il utiliser toutes ces ressources nouvelles qui lui permettent de mieux recruter, mieux gérer ses campus, ses alumni, etc. ? Et les établissements d’enseignement supérieur sont-ils vraiment conscients de la disruption du système que provoquent peu à peu les nouveaux acteurs digitaux de la formation ? Dans la continuité de sa réflexion sur la marque le Club Adetem des décideurs marketing, communication et digital de l’enseignement supérieur créé par HEADway et l’Adetem vous propose de traiter de ces questions le 22 mai à 8 h 30 dans les salons de la Maison des polytechniciens.

Les invités :

  • Rémy Challe, directeur général de EdTech France
  • Sophie Hirat et Gregor Maciak (Econocom)

Inscription auprès d’Anaïs Salaün

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend