ECOLES DE MANAGEMENT, EMPLOI / SOCIETE

«Les écoles de commerce sont une garantie sécurité pour les employeurs»: entretien avec Isabelle Barth, directrice de l’EM Strasbourg

En période de crise les grandes écoles mettent plus que jamais en valeur la « plus value » qu’elles apportent à leurs diplômés en matière d’emploi, tant parce qu’elles constituent une garantie pour les employeurs que dans leur mode de préparation de leurs diplômés. Directrice générale de l’EM Strasbourg, Isabelle Barth revient sur les « plus » des écoles tout en regrettant que les inégalités entre hommes et femmes persistent à la sortie de l’école.

Olivier Rollot : On imagine qu’à la sortie d’une grande école les écarts de salaire entre hommes et femmes possédant le même diplôme sont faibles. L’étude que vous avez menée récemment montre le contraire.

Isabelle Barth : Il y a 12% de différence dès l’entrée dans la vie active et l’écart se creuse tout au long de la vie pour atteindre 17% à 27% à emploi égal en fin de carrière. On pouvait jusqu’ici imaginer que c’est parce que les filles choisissaient des emplois moins bien rémunérés (ressources humaines ou communication) pendant que les garçons optaient pour des carrières mieux payées comme l’audit ou la finance. Or certaines écoles ont fermé leur spécialisation ressources humaines sans que la différence s’estompe. Notre étude nous a permis de mieux comprendre les mécanismes qui conduisent à ce phénomène.

O. R : Comment avez-vous procédé ?

I. B : Par ce qu’on appelle la « méthode des scénarios » nous posons la question « Vous êtes à la sortie de l’école, vous avez deux propositions d’emploi au même salaire. Le premier emploi a un fort potentiel de développement mais exige des horaires très importants et est donc plus impliquant. Le second est beaucoup plus stable et moins impliquant. Lequel choisiriez-vous ? » Comme on s’y attendait, les filles privilégient la conciliation vie privée / vie professionnelle quand les garçons sont plus tournés vers le salaire et le potentiel de développement.

On revalide également avec cette étude que les filles ne veulent pas ou ne savent pas utiliser les « temps informels » comme le font leurs collègues hommes, elles ne sont pas non plus intéressées par le pouvoir pour ce qu’il est mais parce qu’il permet de faire.

Mais ce que nous avons mis au jour dans cette étude, c’est que les entourages (parents, frères, sœurs) vont constamment modérer les ardeurs des femmes. L’éducation est un grand challenge pour l’entreprise quand il faut modifier des comportements qui viennent de l’enfance. Une Business School peut contribuer à cette évolution, c’est le pari de l’EM Strasbourg.

O. R : On dit souvent qu’aujourd’hui les comportements des jeunes hommes et femmes s’homogénéisent. N’y a-t-il pas là un espoir de voir les choses s’améliorer dans les années à venir ?

I. B : Je suis une chercheuse et les chiffres sont têtus et ne démontrent pas que les hommes soient plus investis dans la sphère domestique. Certes il y a une aspiration de tous à une meilleure conciliation vie privée / vie professionnelle mais que met on derrière ? L’aspirateur ou le club de foot ? Ce qui marque plutôt cette génération c’est la perte du travail comme une valeur en soi.

O. R : Les jeunes ne croient plus au travail ?

I. B : Ils en ont souvent une vision très utilisatrice. Leur travail c’est ce qui leur permet de s’épanouir ailleurs. Une relation donnant-donnant.

O. R : La crise est passée par là ?

I. B : Oui, mais une crise de modèle pas une crise économique comme on les imaginait jusque-là. Les jeunes savent que le monde change et qu’ils doivent s’adapter au marché du travail actuel, pas à celui de leurs parents.

O. R : Vous n’êtes donc pas inquiète pour leur insertion professionnelle cette année ?

I. B : Les écoles de management sont une garantie sécurité pour les employeurs tout en possédant un savoir-faire dans la préparation à l’emploi que n’ont pas les universités. Je suis sereine car le label qualité que donnent les écoles est plus que jamais important dans un monde marquée par l’incertitude.

O. R : Qu’est-ce qu’apportent les grandes écoles de plus aujourd’hui ?

I. B : Le diplôme c’est une chose mais il y a toute une construction de compétences derrière. Nous travaillons beaucoup le développement personnel de nos étudiants en leur disant « be distinctive », c’est-à-dire apprenez à vous connaître et à vous différencier. Nous leur demandons ainsi d’analyser leur parcours à leur retour de stage, nous leur proposons des cours d’improvisation théâtrale. Les parcours associatifs sont également pris en compte : monter le gala de l’école ou le week end d’intégration de rentrée, cela vaut bien un stage ou un cours de management de projet.

De par l’appartenance de l’EM Strasbourg à l’Université de Strasbourg, nos étudiants ont également la possibilité de rencontrer d’autre profils, des étudiants de philo comme des ingénieurs avec lesquels ils peuvent suivre de séminaires. En résumé, on veut que nos étudiants soient ouverts aux autres, capables d’aller travailler dans une PME/PMI ou de créer leur propre entreprise.

O. R : Vous êtes également en pointe sur les questions de diversité ?

I. B : Il y a maintenant dix-huit mois que nous sommes le premier établissement public d’enseignement supérieur à avoir reçu le label diversité Afnor. Grâce aux bourses (25% en PGE) nous proposons une grande ouverture sociale. Nous avons également ouvert un chantier sur l’intégration et l’insertion professionnelle des étudiants en situation de handicap. Au-delà, nous pensons à la diversité en tant que compétence pour former des managers qui devront changer la donne lorsqu’ils seront en position de direction.

O. R : La marque des grandes écoles c’est aussi de délivrer beaucoup de stages. Quel est la durée moyenne de stages qu’ont faite vos jeunes diplômés à leur sortie de l’école ?

I. B : Le minimum est 11 mois mais plus de 20% d’entre eux choisissent en outre de passer une année de césure en entreprise. C’est une co-construction entre les étudiants et les entreprises. Ces dernières veulent bien les connaître et voient dans le stage un pré-recrutement quand les étudiants veulent, eux, valider leurs choix professionnels. A l’EM Strasbourg, ils passent également une année complète et obligatoire à l’étranger (186 destinations possibles).

O. R : Les admissions parallèles, après un BTS, un DUT ou une licence, représentent un tiers des étudiants de  1ère année à l’EM Strasbourg. Pouvez-vous leur garantir une insertion professionnelle aussi bonne qu’à ceux qui sont passés par une prépa ?

I. B : Il y a des mises à niveau à faire. Pour les deux profils. Un titulaire d’un DUT GEA (gestion des entreprises et des administrations) sera plus à l’aise en compta pendant que l’élève sorti de prépa sera plus avancé en langues et découvrira complètement le monde de l’entreprise. Ils ont tous à apprendre les uns des autres et, au bout des trois ans d’école, chacun aura ce que nous appelons un « passeport de compétences » comparable sans qu’il s’agisse pour autant de lisser leurs profils. La richesse d’une école passe aussi par la diversité des profils de ses diplômés.

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend