Non classé

Les grandes écoles peuvent-elles former des entrepreneurs ?

« Les grandes écoles ne forment pas à la prise de risque. Si nous voulons former des entrepreneurs nous devons leur faire comprendre que l’échec peut être positif. » Devant un auditoire venu parler d’entreprenariat à l’occasion du Congrès annuel de la Conférence des grandes écoles qui y consacrait largement ses travaux, Isabelle Barth, directrice de l’EM Strasbourg, a rappelé les fondamentaux de la création d’entreprise dans des grandes écoles où elle progresse certes mais très inégalement. Le premier Baromètre HEC sur l’entrepreneuriat, publié en mars 2015, révélait ainsi qu’un quart des diplômés 2013 de l’école (tous programmes) étaient aujourd’hui des entrepreneurs. Ils étaient 10% il y a dix ans. Avec des résultats très encourageants puisque le taux de survie des entreprises après 3 ans d’existence est de 80%, contre 66% chez les entreprises françaises en général. « L’une de ses caractéristiques de la Génération Y, c’est l’envie d’autonomie, de devenir son propre patron, de s’affranchir de toute structure, de créer son propre emploi. Le numérique répond bien à cette demande. Aujourd’hui, on peut créer très facilement », commente Jean-François Fiorina, le directeur adjoint de Grenoble EM sur son blog.

Un véritable engouement encore très inégalement réparti : en 2011 dans son Panorama national de l’enseignement de l’entrepreneuriat – innovation et de l’entrepreneuriat étudiant, la CGE estimait que si 14% des jeunes managers envisageaient de créer ou reprendre une entreprise c’était seulement le cas de 1,7% des jeunes ingénieurs. Pour monter ces taux, Audencia a justement consacré un Livre blanc à l’entrepreneuriat étudiant cette année. Sous la conduite du professeur Vincent Lefebvre, les étudiants du programme grande école ont travaillé à l’élaboration de propositions se basant sur leurs propres expériences et attentes en ce domaine.

Olivier Rollot (@ORollot)

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend