Non classé

L’ESC Rennes accréditée Equis : gros plan sur l’école qui monte

Après l’AACSB et l’AMBA, l’ESC Rennes business school vient d’obtenir l’accréditation Equis szl’EFMD (European Fondation for Management Development). Elle rejoint ainsi dix autres écoles françaises « triple couronnées » (Audencia, Edhec, EMLYON, ESCP Europe, Grenoble EM, HEC, Insead, Kedge, Neoma, Toulouse BS et maintenant ESC Rennes School of Business) et 69 Business Schools dans le monde (lire sur Wikipedia)

84% d’enseignants étrangers

Cette réussite l’ESC Rennes la doit beaucoup à la personnalité de son directeur général, Olivier Aptel, qui a redonné du souffle à une école qui commençait à bien en manquer à son arrivée à sa tête en 2006. En huit ans il aura construit un groupe qui devrait compter 5000 étudiants en 2018. « Nous ne sommes pas obsédés par la taille, il ne s’agit pas pour nous de compter le plus d’étudiants en risquant de perdre de vue ce qui fait le succès des écoles de management françaises : la proximité avec leurs étudiants. »

Ce succès, l’ESC Rennes l’a construit sur un modèle d’internationalisation qu’elle est la seule à avoir mené jusqu’à ce point : 84% de ses enseignants sont étrangers. Issus de plus de 30 nationalités, ils enseignent à des étudiants dont 40% sont également étrangers. « Depuis sa création, l’école délivre ses cours entièrement en anglais durant les deux dernières années du programme grande école. C’est sur ce socle que nous avons construit une stratégie qui a donné naissance à une faculté totalement internationale », se félicite encore Olivier Aptel

Dans le top 10, voire plus

Il reste maintenant à l’ESC Rennes à clairement affirmer sa présence dans le « top 10 » français des écoles de management où la classe déjà le Financial Timescette année (et à la 56ème place européenne). Voire plus. « Equis nous donne une légitimité et crédibilise, s’il en était besoin, notre discours, assure Olivier Aptel. Maintenant les écoles auxquelles nous voulons nous comparer sont celles qui ont une vraie différenciation comme la nôtre à l’international. C’est-à-dire les trois parisiennes, pour leur implantation, et l’Edhec parce qu’elle a su créer une identité forte en finance. »

Pour encore se développer l’ESC Rennes compte sur ses MSc – aujourd’hui plus de 500 étudiants à 80% internationaux et le potentiel pour en avoir 500 de plus – et un bachelor sont chaque promotion devrait bientôt passer à 200 étudiants (une peu plus de 110 aujourd’hui) et fait bientôt son entrée sur admission-postbac. Mais l’ESC Rennes est aussi implantée à Rabat – où elle délivre tout son cursus – et a ouvert un programme à Pékin et Rio. « Ces programmes sont contributifs à nos résultats mais la grande école l’est également de plus en plus à mesure que des étudiants étrangers la rejoignent. Même déficitaire, elle est notre vitrine.

Former des « Global Responsible Pioneers »

Bien sur la situation des chambres de commerce et d’industrie, dont les moyens sont rognés par le gouvernement, et la réforme de la taxe d’apprentissage, au profit des formations d’un niveau inférieur au bac, l’interpellent : « La contribution de notre chambre de commerce et d’industrie n’entre qu’à 5% à contribution dans notre budget et nous avons prévu de nous en passer à terme. De la même façon la taxe d’apprentissage ne représente qu’un peu plus de 3% de notre budget ». Un montant qui va grimper puisque l’école vient de se lancer dans l’apprentissage et ainsi avoir accès à des ressources auxquelles elle n’avait jusqu’ici pas droit.

Autant de développement qui doivent lui permettre continuer à former ce qu’elle appelle des « Global Responsible Pioneers », des étudiants capables d’agir dans des environnements culturels variés – celui qu’ils ont vécu pendant leur scolarité -, et d’innover tout en étant responsables. On en attend pas moins des diplômés d’une école de commerce.

Olivier Rollot (@O_Rollot)

  • En tout trois business schools viennent d’obtenir l’accrédition Equis : l’ESC Rennes School of Business, University of Groningen Faculty of Economics and Business (Pays-Bas) et la SWUFE School of Business Administration. Du côté des réaccréditations, Skema a obtenu le renouvellement pour cinq ans. Au total en France le label Equis a été attribué, pour la durée maximum de cinq ans, à Edhec, EM Lyon, ESCP Europe, Grenoble EM, HEC, l’Insead, Skema et Toulouse BS et pour trois ans à Audencia, ESC Rennes, IAE d’Aix, ICN, Iéseg, Kedge, Neoma et Paris Dauphine.
Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend