ECOLES DE MANAGEMENT

L’Institut français de la mode change de dimension

Classé cette année à la troisième place mondiale des meilleurs établissements d’art dans le Monde par le site Business Fashion, l’Institut français de la mode (IFM) forme des managers de la mode, du luxe et du design. Son rapprochement programmé avec l’Ecole de la Chambre syndicale de la couture parisienne (ECSCP) va en faire un acteur global apte à s’imposer au niveau mondial.

Le rapprochement avec l’ECSCP. En se rapprochant de l’Ecole de la Chambre syndicale de la couture parisienne – on ne parle pas encore de fusion -, l’IFM passerait de 200 à 700 étudiants  tout en acquérant des compétences de tout premier ordre dans les créations et techniques. Créée en 1927 pour former des couturières, l’ECSCP s’est en effet depuis imposé comme un passage essentiel pour les créateurs (Yves Saint-Laurent ou Karl Lagerfeld y sont passés) au point d’acquérir une renommée mondiale. « Ensemble nous pourrons proposer les trois piliers de la mode, le savoir-faire, la création et le management, ce qui n’existe nulle part ailleurs », commente Sylvie Ebel. A la rentrée 2018 une première illustration de cette complémentarité sera matérialisée par la création d’un bachelor et d’un master en création de mode issu des deux écoles.

Sylvie Ebel, directrice de l’Institut français de la mode

Les programmes existants. Créé en 1986 à l’initiative de Pierre Bergé, fondateur de la maison Yves Saint-Laurent qui en est toujours le président, l’IFM forme ces professionnels de la mode venus du monde entier dans son immeuble aux allures de « paquebot vert » situé sur les rives de la Seine entre les gares de Lyon et d’Austerlitz. « Aujourd’hui l’IFM délivre cinq programmes qui lui permettent de former des managers au sens large c’est à dire au croisement de la culture, de la création et du management. Sans parler des 2000 cadres formés chaque année en formation continue », explique Sylvie Ebel, la directrice générale adjointe de l’IFM. Dans le cadre de son E-MBA, des groupes du monde entier envoient leurs cadres se former au management tout en acquérant une culture française qui continue à irriguer le secteur. Titulaires au moins d’une licence, des dizaines d’étudiants, autant français qu’étranger, viennent y suivre son programme « management » de 16 mois. Egalement en 16 mois, le programme « création » forme quant à lui des managers qui veulent s’ouvrir aux métiers de la création et à ses contraintes. Entièrement dispensé en anglais le MSC International Luxury Management est destiné à des étudiants internationaux. Enfin vient d’être créée une formation destinée aux futurs entrepreneurs du secteur : « IFM entrepreneurs ».

Former des entrepreneurs. Né en septembre 2015, le programme « IFM entrepreneurs » reçoit cette année dix étudiants de niveau bac+4 et plus qui suivent un an de cours pour acquérir le socle de compétences indispensable à la réussite de leur projet. A son issue ils pourront entrer dans un incubateur comme celui de Paris-Dauphine. « Nous les sélectionnons en fonction de leur envie d’entreprendre – il faut qu’ils soient prêts à se lancer avec ou sans nous ! – même si leur projet n’est pas encore ficelé », confie Sylvie Ebel. Agés de 25/26 ans, les étudiants « IFM entrepreneurs » apprennent aussi bien à monter le business plan de leur projet qu’à développer ses aspects digitaux. « Avec des étudiants en codes de l’école #42 ils travaillent dès le départ sur comment mettre le digital au service de leur projet plutôt qu’attendre la toute fin pour s’y mettre comme on le fait généralement », commente Sylvie Ebel, enthousiasmée par « la grande solidarité » qui règne entre ses étudiants.

Un E-MBA pour des cadres du monde entier. « L’executive MBA de l’IFM forme de plus en plus des entrepreneurs qui ont lancé leur marque, connaissent un certain succès et veulent se former », détaille Véronique Delignette-Schilling, la directrice du programme, tout en rappelant que la plupart de ses étudiants « vont devenir les interlocuteurs de leur direction générale » après leur MBA. Dispensé essentiellement à distance en partenariat avec le Fashion Institute of Technology de New York et la Hong Kong Polytechnic University, ce programme permet en effet à des professionnels de se former tout en poursuivant leur activité. Ils ne s’en retrouvent pas moins lors de trois séminaires de huit jours (à Paris, New York et Hong Kong) mais aussi deux semaines à Shanghai et Tokyo.

  • Les frais de scolarité des programme « management » et « création » s’élèvent à 13 200 €. L’executive MBA de l’IFM est facturé 26 500 €, le MSC Luxury 20 400 € et le programme « IFM entrepreneurs » 12 000€.
Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend