ECOLE D’INGÉNIEURS, POLITIQUE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, PROGRAMMES

« Nous voulons renforcer l’ouverture sociale de l’Espci »

Avec ses 85 étudiants par promotion ESPCI Paris – PSL est l’école d’ingénieurs d’excellence la plus exclusive. Et c’est son modèle car tous ses étudiants sont aussi des chercheurs. A l’heure où elle publie son nouveau plan stratégique, elle entend se développer tout en restant très exclusive mais plus ouverte à la diversité sociale. Une nouvelle école pourrait également voir le jour à Marseille nous confie son directeur, Vincent Croquette.

Olivier Rollot : L’ESPCI Paris – PSL est une école très particulière. Très renommée dans le monde entier. Alors que vous venez de présenter votre nouveau plan stratégique, pouvez-vous nous en rappeler les fondamentaux ?

Vincent Croquette :  Lorsqu’elle a été fondée en 1882 par des Alsaciens qui avaient quitté l’Alsace suite à son annexion par l’Allemagne, ce devait être uniquement une école de chimie. Finalement elle s’est également consacrée à la physique, consacrant ainsi un dimension interdisciplinaire qu’elle a conservée jusqu’à nos jours. Cette conception a fait son succès en permettant par exemple à Marie Curie de réaliser sa thèse avec ces deux dimensions. Ensuite Pierre Gilles de Gennes, qui fut directeur de l’école de 1976 à 2002, y a jouté une dimension biologie.

La formation devait être également très pratique au point que Pierre Curie, recruté pour animer des travaux pratiques, avait dû s’engager à ne pas faire de recherche dans son contrat ! Cela a vite évolué, mais cette mise en avant des travaux pratiques a longtemps été unique dans le paysage universitaire français.

En produisant un nouveau plan stratégique il nous fallait nous adapter tout en conservant notre ADN.

O. R : Quels sont les grands éléments de votre plan stratégique « PC 2025 » ?

V. C : Nous voulons d’abord renforcer notre ouverture sociale. Nous allons pour cela notamment créer une nouvelle voie d’accès reposant sur des critères de sélection innovants pour favoriser des étudiants motivés ayant développé un projet de recherche personnel. Nous allons rechercher des candidats ayant une fibre expérimentale. Ce serait une ouverture vers des esprits pratiques venant de nouvelles filières, plus techniques, qui viendraient s’épanouir dans notre école.

L’ESPCI s’impliquera également davantage dans le cycle pluridisciplinaire d’études supérieures (CPES) de PSL, dont nous faisons partie, et qui s’est affirmé depuis sa création comme une alternative aux CPGE favorisant la diversité avec plus de 40% de boursiers.

L’ESPCI accueille en moyenne 26,2% d’étudiants boursiers depuis 2015. Mais c’est une proportion qui a eu tendance à baisser ces dernières années, du fait notamment d’un recrutement de plus en plus centré sur les classes préparatoires parisiennes. Nous sommes remontés à un niveau plus élevé en 2021 grâce à une mise en avant de nos Bourses Joliot, attribuées sur critères sociaux. Nous souhaitons aussi élargir la possibilité pour les boursiers d’être logés tout au long de leur scolarité à l’ESPCI dans des conditions financières favorables.

Nous allons également favoriser le recrutement de femmes dans notre corps professoral.

O. R : Les tailles des promotions de l’ESPCI sont inversement proportionnelles à sa notoriété ! Vous allez recruter beaucoup plus d’étudiants ?

V. C : Si nos promotions en première année ne comprennent que 85 étudiants c’est d’une part à cause des travaux et d’autre part parce qu’ils sont également des « apprentis-chercheurs » réalisant des travaux pratiques dans nos laboratoires, dont les surfaces ne sont malheureusement pas extensibles ! Aujourd’hui notre ambition reste donc forcément limitée. L’idéal serait pour nous de monter à 100 étudiants par promotion.

O. R : Comme l’ENS Paris, allez-vous faire évoluer votre concours pour favoriser les candidats boursiers ?

V. C : L’ESPCI participe avec ses partenaires de PSL aux réflexions en cours sur l’évolution des concours et des barèmes comme des épreuves orales.

O. R : Le développement de la dimension internationale de l’ESPCI est-il également au programme ?

V. C : L’ESPCI va renforcer son ouverture internationale dans le contexte de notre Université PSL, maintenant bien établie dans le paysage des meilleures universités mondiales. Il nous faut à ce titre développer à la fois la mobilité entrante et sortante de nos formations. Nous donnerons dans un premier temps la possibilité à nos élèves-ingénieurs d’effectuer un semestre d’échange complet à l’étranger. Nos élèves ont une très bonne réputation à l’international. Quand ils partent à Stanford ou au MIT (Massachusetts Institute of Technology) ils s’y font remarquer !

Pour augmenter notre flux entrant d’étudiants internationaux en double diplôme nous renforcerons notre collaboration avec des universités européennes et les institutions ayant une formation complémentaire à la nôtre.

O. R : La recherche est le point fort de l’ESPCI. Comment allez-vous encore la renforcer ?

V. C : Nous sommes partisans d’une recherche libre. Nous pouvons guider, pas imposer. Pour maintenir et renforcer notre position dans la compétition internationale, nous devons toutefois évoluer vers une politique de soutien à la recherche plus volontariste. Nous devons encore plus aider nos chercheurs à identifier et obtenir les sources de financement appropriées pour le développement de leurs projets de recherche, en particulier lors de grands appels d’offres nationaux et européens, et à améliorer notre visibilité en tant qu’école de recherche au niveau international pour pouvoir attirer d’excellents doctorants au-delà du réservoir de nos propres élèves ingénieurs.

O. R : Le développement durable est au cœur de votre projet stratégique. Quels grands axes de développement faut-il privilégier ?

V. C : L’hydrogène est une façon de stocker l’énergie très intéressante, mais peut-il convenir à l’alimentation d’avions dont la consommation d’énergie est absolument énorme ou à la voiture particulière ? Nous pensons que la recherche doit apporter encore plus de solutions. En chimie nous pouvons aujourd’hui largement privilégier le recyclage. Ce qui est difficile pour les plastiques. S’ils sont peu recyclés, c’est qu’il existe quatre types de plastiques qui ne sont pas compatibles entre eux. On travaille donc soit à de nouveaux types de polymères compatibles, soit à une solution où on les dépolymérise pour les séparer efficacement.

O. R : L’ESPCI est également renommée pour sa capacité à transformer des recherches théoriques en applications pratiques, voire en start up. Comment cela se favorise-t-il ?

V. C : Si Marie Curie a pu trouver quel atome était le plus radioactif, c’est déjà parce que Pierre Curie avait conçu des instruments de mesure très précis. Ce processus de développement instrumental est caractéristique de l’ESPCI.

Nos chercheurs peuvent concevoir de nouveaux instruments et en faire des start up. Certains d’entre eux ont créé trois ou quatre entreprises. Tout ce processus nous le favorisons au travers d’un service de valorisation que nous avons maintenant transféré au sein de PSL.

O. R : On entend souvent que les chercheurs français ont du mal à aller chercher des financements européens. Que faut-il faire pour que ça change ?

V. C .: Lorsque les Français vont à la recherche de financements auprès de l’European Research Council leurs financements sont ridicules. L’Agence nationale de la recherche (ANR) finance les projets à hauteur de 200 ou 300 000€ quand les Allemands ou les Britanniques présentent des projets déjà financés en millions d’euros. Avoir aussi pu obtenu en France pour son projet pose un vrai problème de crédibilité. Nous proposons de mieux encourager et aider nos chercheurs à répondre à ces AAP et à monter leurs projets, à travers un service d’appui à la recherche intégré et réactif au sein de l’université PSL

O. R : C’est l’un des plus grands chantiers entrepris en ce moment à Paris. Cet été on a beaucoup parlé de dérapages financiers. Comment se déroule le chantier de reconstruction des bâtiments de l’ESPCI ?

V. C :  L’école est à un tournant et en pleine rénovation. La première phase de nos travaux s’achèvera fin 2022 et la seconde fin 2024, début 2025.

Mais notre décision de renouveler totalement nos locaux a été perturbée par la montée en puissance du Grand Paris. Les prix de la construction ont en effet été entrainés à la hausse par la multiplication des chantiers en Île-de-France. Aujourd’hui nous construisons quasiment tout un pâté de maisons au cœur de Paris avec entre autres un tout nouveau bâtiment destiné à la recherche.

Nous planifions maintenant la phase 2 de la construction en accord avec la Mairie de Paris, qui est tutelle de l’école, avec une ambition un peu moindre (mais une surface qui reste augmentée) pour réduire les coûts. Au final, nous aurons réalisé un chantier emblématique avec des retards qu’on peut finalement entièrement imputer au Covid. Et cela alors que nous respectons des normes très strictes – notamment de nuisances sonores – de par notre situation dans le 5ème arrondissement de Paris, de l’autre de la nécessité de ne faire que très peu de vibrations pour que les chercheurs puissent valider leurs travaux.

O. R : Est-il possible de voir l’ESPCI sortir de ses frontières parisiennes ?

V. C : A Paris nous garderons une taille relativement constante. Pour nous développer, en lien avec notre université PSL bien sûr, nous réfléchissons à dupliquer le modèle ESPCI et c’est ce que nous pourrions faire à Marseille. Pour ce faire nous avons identifié un partenariat avec Aix-Marseille Université, mais tout reste à faire .

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend