POLITIQUE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Présidentielle : la Conférence des Grandes écoles se positionne

Après France Université, la Cdefm, la Cdefi, la Fesic ou encore la FCU, la Conférence des Grandes écoles (CGE) a fait la semaine dernière ses propres propositions aux candidats pour l’élection présidentielle 2022. « Cette campagne doit prendre en compte les transitions socio-écologiques, le numérique, les dynamiques territoriales et l’accompagnement de la jeunesse. Les Grandes écoles se tiendront à disposition pour fonder un enseignement supérieur à la hauteur des enjeux écologiques et sociétaux », promet le président de la CGE Laurent Champaney.

Lutter contre la marchandisation. Incisif comme toujours le secrétaire général de la CGE et directeur de Sciences Po Lille, Pierre Mathiot, insiste sur le rôle de la conférence dans la « lutte contre la marchandisation excessive de l’enseignement supérieur ». Et d’insister – « La CGE peut aider les étudiants à faire de bons choix face à des officines privées lucratives » – avant que Laurent Champaney abonde dans son sens : « Les fonds de la formation professionnelle ne sont pas assez régulés alors que les Grandes écoles répondent de leur côté à des contraintes drastiques d’accréditations ».

Encore aujourd’hui France Compétences n’a laissé qu’un siège pour deux – l’un pour le ministère de l’Education, l’autre pour le MESRI – aux représentants du système éducatif dans son conseil d’administration…

Dégager des moyens complémentaires. La sortie du président Emmanuel Macron sur la question du montant des droits de scolarité est encore dans tous les esprits. « La limitation du montant des droits de scolarité est un frein à la qualité de nos prestations. Il faut s’ouvrir l’esprit à une modulation de ces droits dès lors que nous pouvons accompagner tous les jeunes par un système de bourse et que l’Etat ne se désengage pas pour autant », demande Laurent Champaney.

La CGE propose donc de « donner une plus grande marge de manœuvré dans la recherche de fonds des établissements » tout en « facilitant le développement du mécénat en  levant le taux de de fiscalisation des dons  à 60% » tout en « permettant aux établissements de moduler les droits de scolarité  en fonction des revenus ». Autre proposition : « Créer une contribution partenariale scientifique, sur le même modèle de la taxe d’apprentissage, pour donner davantage de moyens  à la recherche ».

Mieux accompagner les transitions. Les organismes d’accréditation y sont certes de de plus en plus attentifs mais on est encore loin de donner aux objectifs de développement durable de l’Onu une place déterminante dans les évaluations. La CGE demande donc à la fois d’« aligner les critères d’évaluation concernant le développement durable et la responsabilité sociétale dans les référentiels du HCERES, de la CTI et de la CEFDG », qu’un travail soit « conduit avec les branches professionnelles et les OPCO pour que les compétences liées au DD&RS soient reconnues par France Compétences » et que la transition écologique, à l’instar du handicap, soit « inscrite comme un critère d’évaluation de la qualité  des référentiels inscrits au RNCP ». « Après deux années difficiles pour nos étudiants liées à la pandémie, nous proposons le lancement des premières assises de l’enseignement supérieur inclusif », lance Frédérique Pain, vice-présidente écoles de la CGE et directrice de l’Ensci.

  • La CGE propose également de mettre en place un système universel de gestion de la data dans l’ESRI.
Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend