Non classé

Sa thèse en 180 secondes : le nouveau défi des doctorants

A priori il n’y a rien d’aussi antinomique qu’un doctorant et les trois minutes qu’on lui donne pour présenter Ma thèse en 180 secondes. Et pourtant tous ceux qui ont assisté à cet exercice de style sont restés enthousiasmés par ces doctorants si dynamiques qui savent si bien vendre leur thèse. Bien loin d’Agnès Jaoui dans le film d’Alain Resnais « On connaît la chanson », qui présente sa thèse sur les Chevaliers paysans de l’an 1000 au lac de Paladru comme si elle était sans intérêt, ils font preuve d’enthousiasme et le public se trouve soudain partenaire de leurs recherches. Utilisation des photons, regard sur les écrivains des pays de l’Est qui ont immigré en France ou encore comment ou « L’évaluation agronomique et environnementale des systèmes de culture à base de légumineuses à l’échelle mondiale », on a soudain l’impression d’être partenaire de leurs recherches.

Imaginée d’abord en Australie, l’idée de soutenir sa thèse en 180 secondes a d’abord été importée au Québec puis cette année en France à l’initiative du CNRS et la Conférence des présidents d’université (CPU). Marie-Charlotte Morin, 26 ans, doctorante de l’université de Strasbourg, a remporté la finale nationale avec sa thèse sur… « Le rôle des protéines lin-15A et rétinoblastome dans la programmation cellulaire directe in vitro chez Caenorhabditis elegans » (un ver), relate Sciences et avenir. Son humour décapant a fait la différence autant que son sujet vraiment très prometteur à défaut d’être intelligible pour le grand public. Accompagnée de deux autres doctorantes (dix-sept des vingt finalistes étaient des filles), elle va maintenant participer à la finale francophone qui se tiendra les 25 et 25 septembre à Montréal.

Olivier Rollot (@O_Rollot)

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend