POLITIQUE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, UNIVERSITES

Universités, ça bloque !

Mais jusqu’où cela peut-il aller ? La question est dans toutes les têtes dans les ministères de l’Education comme de l’Enseignement supérieur. Alors que les lycéens commencent à se mêler aux étudiants, de plus en plus d’universités sont bloquées sur tout le territoire. Certes ce sont d’abord les « bastions » historiques – Toulouse Jean-Jaurès, Montpellier 3, Tolbiac, etc. – qui s’enflamment mais partout des blocages se font jour. Pas forcément le fait de beaucoup d’étudiants mais suffisamment pour bloquer les campus. Avec surtout toujours le risque – comme à la faculté de droit de Montpellier – de dérapages violents qui peuvent tout faire éclater. Comme un petit air de commémoration de Mai 68 ?

Blocages un peu partout. Douze universités sur 73 étaient bloquées ou partiellement occupées mercredi 4 avril selon Le Monde. Frédérique Vidal a beau répéter qu’il n’est pas plus question de supprimer la compensation des notes que le redoublement dans le cadre de sa loi ORE, le mouvement de protestation contre Parcoursup n’en gagne pas moins toujours plus d’universités. Et sa remarque le 4 avril à l’Assemblée nationale sur ceux qui refuseront de répondre « oui si » et qui devront ensuite regarder « leurs étudiants en face et leur expliquer comment ils ont pu refuser de mettre en place des parcours pour les aider alors que le gouvernement investit 1Md€ dans la refonte du 1er cycle » risque de ne pas apaiser les choses. Dans la plupart des universités, ces périodes de remédiation semblent en effet encore s’apparenter à de douces illusions tant elles ne sont tout simplement pas appareillées pour les organiser en temps et en heure cette année (à supposer qu’elles l’acceptent idéologiquement). Quant au milliard qu’elle évoque il n’est pas en rapport avec Parcoursup pour lequel on parle plutôt de 25 millions d’euros…

Pourquoi ces blocages ? On reste un peu pantois en écoutant le représentant des étudiants de Paris 1 Tolbiac justifier, sur Europe 1 le 5 avril, le blocage de son université par la « sélection » et les « exclusions sociales » que générerait la loi ORE. Mais qu’est-ce qui, dans la loi, le laisse accroire ? La sélection ? Mais les universités ne peuvent répondre que « oui » et « oui si ». La sélection sociale ? Au contraire, les périodes de remédiation – le jour où elles se mettront en place – donneront plus de chances de réussite aux plus faibles. De plus 20 000 places supplémentaires ont été ouvertes dans l’enseignement supérieur cette année.

10/20 pour tous ! Ces blocages rendent difficiles la tenue des partiels sur de nombreux site. A Nancy le président de l’université réfléchit à les repousser. Mais beaucoup d’étudiants demandent aussi qu’on accorde à tous la note de 10/20. « Pas question de « donner » les partiels. Nous allons simplement devoir réduire le programme car un certain nombre de cours ont été annulés. Mais les examens auront bel et bien lieu, et ils seront bien aux standards et à la hauteur de la réputation de l’université Paris 1. On ne bradera pas nos diplômes », leur répond le président de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Georges Haddad, dans Challenges.

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend