HEC lance un master 100% en ligne

« Coursera a la volonté de créer maintenant des programmes diplômants avec des institutions de tout premier plan et nous avons tout de suite été intéressés », explique Peter Todd venu présenter le tout premier programme diplômant 100% en ligne d’HEC Paris et qui entend maintenant « faire d’HEC un leader dans le digital comme il l’est dans les autres domaines ».

Un « master’s » d’un nouveau type

Le Master’s in Innovation and Entrepreneurship (ainsi appelé parce que l’appellation « MSc » ne parle pas à tous dans le monde avec néanmoins l’objectif d’être labellisé par la CGE) s’adresse aux managers qui veulent développer et piloter l’innovation au sein de leurs organisations ainsi qu’à celles et ceux qui souhaitent créer leur entreprise. « Nous voulons toucher de nouveaux profils, pas forcément académiques, pas forcément Français, qui ne pourraient pas nous rejoindre autrement », confie Marc Vanhuele, le directeur digital d’HEC.

Les participants bénéficieront d’un enseignement flexible avec une offre de cours à la carte: ils pourront choisir de suivre ou un seul cours, ou une spécialisation, ou bien tous les enseignements du diplôme de master.… Lire la suite

«La recherche pilote notre recrutement»: Christophe Baujault et Lamia Rouai (ECE Paris)

Considérée comme l’une des meilleures écoles d’ingénieur postbac, l’ECE Paris, école d’ingénieurs a intégré récemment le groupe Inseec. Christophe Baujault et Lamia Rouai, directeur général et directrice générale déléguée, expliquent comment évolue le positionnement de leur école.

Olivier Rollot : Ces dernières semaine on a beaucoup parlé de la baisse de niveau des lycéens en sciences. Est-ce quelque chose que vous ressentez et comment faites-vous pour y remédier ?

Christophe Baujault : Nos étudiants n’ont clairement pas les mêmes comportements qu’il y a seulement cinq ans : ils sont à la fois hyper-connectés et créatifs tout en manquant de capacités de concentration. Ils pensent qu’on peut tout faire à la fois et on les voit prendre des photos des corrections au lieu de prendre des notes. Mais comment retenir sans noter ? Ils ont subi une réforme du lycée qui les conduit à dupliquer plutôt qu’à raisonner. Pour autant leur cerveau est bien câblé.… Lire la suite

Un double diplôme pour Grenoble EM et Ferrières

Avec l’ambition de devenir « l’école préférée des professionnels de l’hôtellerie, de la gastronomie et du luxe », l’école Ferrières propose des formations dans ces domaines à des étudiants du monde entier dans le cadre d’un superbe château situé à quelques kilomètres de Paris. Les étudiants du programme Grandes école de Grenoble EM (GEM) peuvent aujourd’hui dans un premier temps y passer un « Certificat Management de l’hospitalité et de la Gastronomie (CMG) » qui s’effectue durant l’été se situant entre leurs deux premières années de formation et est composé de 6 semaines de Master Class assorties de 6 semaines de stage.

A partir de la 2ème année de leur cursus, ils peuvent passer un semestre entier au sein de l’Ecole Ferrières quand, réciproquement, les étudiants en mastère 1 de l’Ecole Ferrières effectuent le 1er semestre de leur M1 à GEM. Enfin, tous ces étudiants en double cursus passeront l’intégralité de leur année de césure à être formés dans l’école partenaire.… Lire la suite

« L’écrit est avant tout numérique aujourd’hui » : Michelle Bubenicek (Ecole des Chartes)

 

Fondée en 1821 pour former des conservateurs du patrimoine, l’École des chartes fait partie des plus anciennes grandes écoles françaises. En 2014, elle a déménagé de son site historique de la Sorbonne pour s’installer rue de Richelieu, en face du bâtiment de la Bibliothèque nationale de France (Bnf) qui accueille nombre de ses diplômés archivistes paléographes. Sa directrice, Michelle Bubenicek, nous explique les enjeux particuliers d’une école d’excellence.

Olivier Rollot (@O_Rollot) : L’École des chartes a un prestige inversement proportionnel à la taille de ses promotions : seulement 20 diplômés par an !

Michelle Bubenicek : Nous ne pouvons former plus d’élèves qu’il y a de postes à pourvoir – certaines années nous en avons formé le double. À l’origine, l’École a été créée pour conserver les « trésors de l’écrit » suite aux confiscations révolutionnaires. Aujourd’hui, les itinéraires des « chartistes » sont très divers. Ils deviennent conservateurs des bibliothèques, du patrimoine ou encore enseignants-chercheurs.… Lire la suite

« L’apport des intervenants extérieurs est déterminant »: Frank Debouck (Centrale Lyon)

« La première année est parfois un peu difficile pour nos étudiants » : Frank Debouck (Centrale Lyon)

Reconduit en novembre dernier pour cinq ans à la direction de Centrale Lyon, Frank Debouck est enthousiasmé par la qualité de ses étudiants et de ses enseignants. Il nous explique comment il voit l’évolution de leur cursus.a

Olivier Rollot : Comment jugez-vous après votre premier mandat de cinq ans la gouvernance d’une école d’ingénieurs, vous qui avez auparavant longtemps travaillé dans l’entreprise, et notamment chez Air France où vous avez même été responsable de l’exploitation du Concorde ?

Frank Debouck : La concertation avec les personnels est un outil extraordinaire que je ne connaissais pas avant mon arrivée à Centrale Lyon. C’est peut-être un processus un peu long pour prendre des décisions mais cela avance vite une fois qu’elles sont acceptées. Les pouvoirs et contre-pouvoirs fonctionnent très bien dans un modèle qui pourrait inspirer bien des entreprises qui vont trop souvent dans le mur.… Lire la suite

Idex-Isite : (presque) tous gagnants !

« Mieux que rien ! » se disent les responsables du projet projet d’Université Lille Nord-Europe (ULNE), encore rembarrés par le jury de leur projet d’Idex mais qui reçoivent un Isite (« Initiatives Sciences, Innovation, Territoires, Economie ») finalement assez logique tant leur projet semblait réduit (un peu plus d’un tiers des composantes concerné) pour espérer mieux. « Ensemble, nous avons appris des précédentes candidatures : appris à mieux identifier et unir nos forces, à affirmer et afficher plus fermement notre excellence académique, à jouer davantage sur les synergies entre les différents acteurs du territoire, à capitaliser sur la volonté collaborative de construire et de porter ce projet », insiste Fabienne Blaise, présidente de l’Université de Lille, sciences humaines et sociales et coordinatrice du projet.

Satisfécits. Du côté de Lyon on aurait forcément moins bien pris un échec aux Idex et le soulagement est visible après la décision positive du jury après tant de débats et d’oppositions entre ses acteurs.… Lire la suite

Qu’attendent les étudiants en médecine de leur vie ?

Interrogés sur leurs principales sources de motivation quant à leur avenir, les étudiants en médecine interrogés par dans le cadre de l’enquête « Appel Médical Search » (groupe Randstad) n’hésitent plus à revendiquer leur ambition « d’avoir une qualité de vie satisfaisante » dans 70% des réponses, juste derrière le fait « d’exercer un métier utile » (74%) et l’ambition « d’aider/sauver les patients » (73%).

Autre enseignement de l’étude : contrairement aux idées reçues, la médecine générale n’est pas un choix par défaut. Elle se hisse même en tête (19%) des spécialités plébiscitées par les étudiants en médecine interrogés avant le passage de l’ECN (« épreuves classantes nationales » qui donnent accès au troisième cycle des études de médecine) devant l’anesthésie-réanimation et la chirurgie générale ex æquo avec la pédiatrie.

Le mode d’exercice de la médecine qui recueille le plus de suffrages (43 %) auprès des étudiants interrogés est le mode « mixte », qui combine salariat et exercice libéral.… Lire la suite

« L’IDEX est fondamental pour réaliser de nouveaux projets et cristalliser les dotations venues des collectivités et des entreprises »: Patrick Lévy (Université Grenoble Alpes)

En février 2016, la Communauté d’universités et d’établissements (ComUE) Université Grenoble Alpes a été lauréate des IDEX. Une dotation en capital demandé de 650 millions d’euros produisant environ 16 millions d’euros par an d’intérêts, à ajouter aux 10 millions d’Euros associés aux Labex. De nombreux projets ont déjà été financés et l’union entre les composantes (l’université fusionnée UGA, Grenoble INP, Sciences Po Grenoble, ENSAG et les organismes de recherche) avance à grands pas explique Patrick Lévy, son président.

Olivier Rollot : Qu’avez-vous réalisé avec les 13 millions d’euros que vous avez déjà reçus ?

Patrick Lévy : Nous sommes partis pied au plancher et nous les avons dépensés en calant notre action sur notre première dotation de 13M€ pour mobiliser en tout 130 M€ sur des actions de recherche pluridisciplinaire, par exemple. Ce fut une opération scientifique de grande envergure et très sélective : 50 dossiers présentés, 32 gardés, 16 sélectionnés et auditionnés, 7 labellisés.… Lire la suite

« En 5 ans nous avons remis l’école sur pied » : Laurent Carraro (Arts et Métiers – Ensam)

Après cinq années passées à la direction générale d’Arts et Métiers (Ensam), mais aussi un temps de la ComUE HeSam, son directeur général, Laurent Carraro a préféré ne pas se représenter et va laisser la place à son successeur fin février 2017. Il fait avec nous le bilan de son action et, plus largement, des défis auxquels les établissements d’enseignement supérieur français sont aujourd’hui confrontés.

Olivier Rollot : Vous avez été à l’épicentre de toutes les contradictions de l’université française : un établissement présent sur tout le territoire quand les regroupements d’établissement se font sur des sites uniques, une Comue dans laquelle universités et grandes écoles ne se sont jamais entendues et enfin une gouvernance d’une rare complexité. Mais finalement qu’est-ce qui vous aura le plus marqué pendant les cinq années de votre mandat ?

Laurent Carraro : La difficulté pour l’enseignement supérieur à se transformer. Toute avancée se déroule dans une douleur extrême.… Lire la suite

Le Point livre son palmarès : les trois palmarès 2017 comparés

Le troisième grand palmarès des écoles de management de la saison 2016-2017 est paru et recèle quelques surprises. Si le top 6 du Point est rigoureusement le même que l’année dernière (HEC, emlyon et Essec ex-aequo puis ESCP Europe, Edhec et Grenoble EM) Skema fait une véritable percée (+3 places) en s’emparant de la 7ème place ex-aequo avec Audencia et Toulouse BS. Décidément pas en odeur de sainteté au Point, Iéseg perd encore une place (16ème) loin de ses classements de l’Etudiant et du Figaro (respectivement 8ème et 7ème). Des désillusions que connaît également sa grande sœur l’Essca, reléguée à une obscure 26ème place (8 places de perdues en 1 an en dépit de son accréditation Equis obtenue depuis !) alors qu’elle est classée 15ème et 13ème dans les deux autres classements. Mêmes déboires du côté de Burgundy School of Business dont la médiocre 24ème place ne reflète pas non plus l’obtention de l’accréditation Equis.… Lire la suite