ECOLES DE MANAGEMENT, ORIENTATION / CONCOURS

Admissions parallèles en écoles de commerce : le concours Passerelle a su se relancer en 2022

Cinq des six directeurs des écoles membres et Catherine Gautier de la Plaine, la directrice du concours : Elian Pilvin, président du concours et directeur général de l’EM Normandie, Denis Guibard, directeur général de l’Institut Mines Télécom (IMT) business school, Séverine Nomdedeu (SCBS), Stéphan Bourcieu, directeur général de BSB et Richard Soparnot, directeur général de l’ESC Clermont BS. Ils ont tenu à rendre hommage à Jean-François Fiorina qui fut l’un des créateurs du concours et en assura longtemps la présidence.

Après le départ de trois écoles (Grenoble EM, l’ICN et Montpellier BS) en 2021, l’année 2022 a été une année de transition pour les six autres écoles (BSB, EM Normandie, ESC Clermont BS, Excelia BS, Institut Mines Télécom Business School et SCBS) du Concours de recrutement en admission sur titre (AST) Passerelle. Six écoles qui ont tenu à « affirmer l’attractivité du concours au plus près des territoires » selon les mots du président du concours et directeur général de l’EM Normandie, Elian Pilvin, très « satisfait des résultats du concours en 2022 ».

Le bilan 2022. En 2022 les candidats comme les reçus continuent à se déporter vers le post bac +3 avec 890 affectés (689 en 2021) quand les recrutements après un bac +2 baissent de 508 à 484 à périmètre égal. « C’était une année de consolidation dans un contexte de grand changement avec la création du bachelor universitaire de technologie (BUT) et le départ de trois écoles », commente Elian Pilvin, certain que « le concours Passerelle est reparti pour de très nombreuses années ».

Par rapport à 2019 le nombre de reçus progresse de 1 212 à 1 374. Après un bac+2, un peu plus de 46% des affectés sont titulaires d’un DUT et 37,5% d’un BTS. Après un bac+3 à 44% d’une licence et 41,4% d’un bachelor. A 75% ils sont titulaires d’un diplôme « menant naturellement aux écoles de management » en commerce, économie, gestion, comptabilité, etc. (soit 1,6% de moins qu’en 2021).

Le concours 2023. Le concours 2023 reprend les bases d’un concours classique avec d’abord le choix entre des tests d’admissibilité et des tests propres au concours. « Nous reprenons le cours normal des concours après les années Covid », commente la directrice du concours, Catherine Gautier de la Plaine. S’ils sont admissibles – il n’y a pas de note – les candidats passent ensuite des oraux. Une première session aura lieu le 17 janvier 2023 et une seconde le 25 avril. « Plus vite on passe le concours, plus vite on peut postuler à une entreprise pour entre en alternance à la rentrée. De même il est plus facile de se loger », conseille Catherine Gautier de la Plaine.

  • Anticipant une baisse du nombre de candidats après un bac+2 avec le passage du DUT au BUT, le nombre de places baissera en 2023 de 125 places pour passer à 1480. L’inscription au concours coûte 50€ quel que soit le nombre d’écoles dans lesquelles le candidat postule (gratuit pour les boursiers)
Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend