ECOLES DE MANAGEMENT

Baisse des candidatures aux concours BCE et Ecricome

concours ecricome et bce

10 272 candidats sont inscrits cette année aux concours 2019 des 24 écoles membres de la BCE. Du côté d’Ecricome on arrive à un total de candidatures de 8 160. Dans les deux cas en retrait sur un an.

BCE : en retrait de 2,2 % par rapport à 2018. En ajoutant les candidats des 3 écoles associées, le nombre total de candidats atteint 10 364 (10 599 en 2018) en retrait de 2,2 % par rapport à 2018. Soit un déficit de 235 candidats. Cette baisse s’explique par la baisse importante des effectifs de la voie technologique dans les CPGE marocaines (- 22 %) suite aux consignes données dès la rentrée 2017 par le gouvernement marocain de faire en sorte que des candidats ne puissent s’inscrire à l’option technologique avec un bac scientifique. Toutes les autres voies sont à la hausse, notamment les candidats issus de la filière littéraire (+ 3,4 % et + 12,4 % pour les seuls B/L).

  • La proportion de candidates s’établit à 53 % en 2019 avec une baisse significative du nombre de femmes (-5,1%). Les hommes s’étant inscrits en plus grand nombre (+ 1%), on se rapproche de la parité. Le nombre de candidats franciliens augmente de son côté très sensiblement (+ 7 %). L’annonce de la numérisation et de la correction en ligne des copies qui permet un brassage encore plus fin des copies, à l’unité, a sans doute contribué à mettre fin à l’idée qu’il fallait mieux passer le concours en régions qu’à Paris.
  • Le nombre de candidats de la voie ECS poursuit sa hausse (+ 1,1 %) comme dans la voie ECE : + 1,2 %. La filière littéraire progresse aussi de manière significative : + 3,4 % et + 12,4 % pour les seuls B/L. Seule la voie ECT recule de quelques 22 %. Le nombre de candidats préparant en 3 ans enregistre un recul de plus de 5 %, signe que les candidats de l’an dernier ont très majoritairement réussi à rejoindre une école qui correspondait à leurs attentes. Le nombre moyen d’écoles choisies par chaque candidat diminue également, passant de 10,75 en 2018 à 10,14 en 2019. La proportion de boursiers est stable et s’établit en 2019 à 25,5 %.
  • Suite à l’éclatement du groupe de 5 écoles (EM Normandie, Groupe ESC Clermont, La Rochelle BS, ISC Paris BS et South Champagne Business School) qui pratiquaient des droits d’inscriptions communs, à la baisse du nombre de candidats ayant cubé et de ceux issus des CPGE marocaines, le nombre de candidatures par école décroît pour la plupart des écoles. Globalement, ce nombre est de 105 085 en 2019 (113 947 en 2018). En neutralisant l’effet « inscriptions groupées », le recul n’est que de 3,2 %. Quarre écoles voient néanmoins le nombre de candidatures augmenter : HEC Paris (+ 1,9 %), ESSEC BS (+ 1,1 %), EDHEC BS (+ 0,9 %) et Burgundy SB (+ 0,2 %).
  • Du côté des baisses des candidatures la sortie de la « grappe des cinq » se révèle particulièrement difficile pour la SCBS (- 52,1%) quand l’EM Normandie est l’école qui s’en sort le mieux avec une baisse de 22,4%. Hors cet effet grappe l’ESC Pau est l’école qui connaît la plus forte baisse (-18%) devant l’ISG (14,9%) et Toulouse BS : -14,2% et 1025 inscriptions en moins.
  • Enfin en nombre d’inscrits Audencia conserve sa première place (7940 en baisse de 3,42%) alors que Skema ravit la deuxième à Grenoble EM (7586 inscrits contre 7319 et une baisse de 6,66% pour la seconde contre 0,52% pour la première).

Et du côté d’Ecricome ? Dans un contexte baissier les écoles recrutant par les concours ECRICOME connaissent une augmentation de la part de marché de plus de 2 points avec 8 160 candidats issus des classes préparatoire. Avec un total de 7 659 candidats EC et 501 candidats littéraires, le concours ECRICOME PRÉPA recule de moins de 90 candidats par rapport à 2018. Pour les candidats littéraires, l’écart est de 10 candidats. Quant au taux de boursiers il reste proche de ceux de 2018 avec 26,7 % pour les EC et 35,9 % pour les littéraires.

Comme pour la BCE, on observe une forte baisse des inscriptions dans la voie ECT (-18,15 %) et une hausse des candidats de la voie ECE (+3,6 %) et ECS (+1 %) qui ne la compense pas tout à fait. Du côté des candidats littéraires, on observe une forte hausse des A/L (+18,1 %) et des B/L (28,3 %) et un recul des ENS (-17,2 %).

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend