POLITIQUE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Conférence des grandes écoles : deux candidats pour une présidence

C’est un « job » compliqué ! Alors que Jean-Loup Salzmann a retrouvé la présidence de la Conférence des présidents d’université fin décembre 2014, Philippe Jamet a préféré ne pas se représenter à la tête de la Conférence des Grandes écoles à laquelle il aurait pourtant sans douté été réélu. Deux candidats se présentent à l’élection qui aura lieu dans une semaine, le 9 juin:

–        Loïck Roche, le directeur général de Grenoble EM, qui s’est clairement prononcé depuis plusieurs semaines comme candidat à la suite de Philippe Jamet si ce dernier « ne se représentait pas ». C’est un peu le candidat de la « rupture » avec la politique actuelle qu’il juge trop consensuelle. Mais, comme il le dit sur EducPros, si « Beaucoup de membres de la Conférence partagent mon constat et beaucoup sont très contents que je prenne position. Maintenant, rien n’assure qu’elle emporte les suffrages des administrateurs en charge notamment d’élire le président. La perception de l’urgence n’est pas nécessairement la même pour tous… ». S’il était élu il serait le deuxième directeur d’école de management à occuper le poste après Pierre Tapie mais aussi le premier à n’avoir jamais dirigé une école d’ingénieurs (avant de devenir directeur de l’Essec, Pierre Tapie avait dirigé l’École supérieure d’agriculture de Purpan à Toulouse) ;

–        Anne-Lucie Wack, la directrice de Montpellier SupAgro, est la candidate de Philippe Jamet. « Il ne s’agit pas d’une démarche de continuité, il s’agit selon moi de la meilleure candidate à tous égards », confie-t-il à EducPros alors qu’Anne-Lucie Wack, même si elle confirme sa candidature, refuse d’en dire plus. Si elle était élue ce serait la première fois qu’une femme prendrait la présidence d’une conférence représentative de l’enseignement supérieur.

Par ailleurs 16 des 27 sièges du conseil d’administration sont à pourvoir :

– huit sur dix-huit dans le collège « écoles » auxquels postulent: Hervé Biausser (CentraleSupélec), qui était déjà élu ; Jean-Michel Blanquer (Essec) ; Lorenzo Diez (Architecture Nancy) ; M’hamed Drissi (Insa Rennes) ; Olivier Lesbre (ISAE Supaéro) ;  Yves Poilane (Télécom ParisTech), qui était déjà élu ;  Loïck Roche (GEM), qui était déjà élu, et Anne-Lucie Wack (Montpellier SupAgro) ;

– pour le collège « entreprises » tous les sièges sont à pourvoir et postulent : Florence Cordier (EDF), René Rozot (ENGIE), Anne-Laure Despeaux (LVMH), Sylvie Lhommet (MAIF) et Christine Petit (Orange) ;

– pour le collège « organismes » : Jean Bastianelli (APLCPGE), Sylvie Bonnet (UPS) et Pierre-Louis Dubois (FNEGE).

  • Relire un entretien avec Loïck Roche paru en avril dernier sur le blog d’HEADway où il évoque ses projets pour les grandes écoles.
Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend