EMPLOI / SOCIETE, POLITIQUE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Des femmes de plus en plus diplômées

les femmes de plus en plus diplômées

Sous le titre Et les femmes devinrent plus diplômées que les hommes…, le Céreq consacre une note à l’évolution des sexes face au diplôme qui remarque que « les femmes dépassent désormais les hommes dans les niveaux de formation les plus élevés, à la forteresse des écoles d’ingénieurs près et, dans une moindre mesure, au niveau du doctorat ». Sur la période 2014-16, parmi les jeunes sortant de formation initiale, 40 % des hommes et 49 % des femmes étaient ainsi diplômés de l’enseignement supérieur.

Cinq ans après la fin de leurs études, ils se retrouvent à parts égales en emploi en 2015, alors qu’en 1997 les femmes accusaient un retard de 13 points. Ce rapprochement est la « conséquence directe d’un accès plus difficile des jeunes hommes à l’emploi au fil des générations, alors que celui des jeunes femmes s’améliore » selon les experts du Céreq. A dominante masculine l’emploi industriel a en effet été particulièrement affecté par la crise de 2008 alors que « la croissance de 10 % de la part des services dans l’emploi des jeunes a particulièrement profité aux jeunes femmes de la Génération 2010 ».

Pour autant les jeune femmes gagnent toujours en moyenne moins que les jeunes hommes, que ce soit en 1997 (-320 € constants) ou en 2015 (-190 € constants). Un différentiel donc nettement en baisse : 11 % en 2015 contre 20 % en 1997. Un rapprochement qui est le résultat de hausses salariales beaucoup plus importantes chez les femmes que chez les hommes. Sur l’ensemble des jeunes en emploi cinq ans après la sortie, le pouvoir d’achat lié au salaire moyen a en effet progressé de 20% chez les femmes pour seulement 8% chez les hommes.

Désormais, la part de femmes qui occupent un emploi de cadre cinq ans après leur entrée sur le marché du travail est équivalente à celle des hommes. « Pour autant, au regard de leur niveau de formation, les jeunes diplômées de l’enseignement supérieur devraient être encore plus fréquemment cadres qu’elles ne le sont », note le Céreq. Les jeunes femmes titulaires d’un bac+4 et plus, accèdent en effet davantage aux postes de cadres que par le passé (63% en 2015 contre 56% en 1997), mais bien moins souvent que les hommes de mêmes niveaux de diplôme (73% pour ces derniers en 2015).

En conclusion le Céreq note d’une part que la « relative convergence doit autant, voire davantage, à une détérioration de la situation des jeunes hommes sur le marché du travail qu’à la seule amélioration de celle des jeunes femmes » et, d’autre part, que si les écarts, se sont réduits « les progrès sur le marché du travail sont encore en deçà des évolutions observées dans la formation ».

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend