ECOLE D’INGÉNIEURS, EMPLOI / SOCIETE

Enquête emploi ingénieure IESF : toujours une « situation enviable » pour les ingénieurs

La crainte de perdre son emploi, assez faible avant le confinement (7,1%),est montée à 10,4% pendant celui-ci avec des différences en fonction des secteurs impactés ou non par la crise sanitaireCovid-19. Réalisée de février à mi-avril 2020, la 31ème enquête socio-professionnelle sur la situation des ingénieurs et scientifiques montre notamment que la proportion d’ingénieurs dans la population continue d’augmenter : 1,1 million fin 2019.

Ce qu’il faut retenir :

 

  • le taux de chômage est toujours bas (3,5%) avec 131 000 recrutements en 2019 ;
  • si les profils les plus recherchés sont toujours les ingénieurs d’études, les profils «chef de projets» sont de plus en plus demandés ;
  • – le secteur des Entreprises de Services du Numérique celui qui a eu le plus de difficultés à le faire en 2019 ;
  • alors que le salaire médian est de 57500 € pour les actifs, le salaire brut est de 35 000 € pour les débutants et se situe vers 100 000 € en fin de carrière ;
  • chaque année, 15% des ingénieurs diplômés via l’apprentissage. Ce sont majoritairement des personnes issues des formations IUT/BTS, très peu des classes préparatoires ;
  • parmi les moins de 35 ans, les ingénieurs formés via l’apprentissage se retrouvent majoritairement dans l’industrie (42,8% vs 34,6%) et plus souvent en province (64,5% vs 48,5%).

 

Avant le Covid-19 fasse sentir tous ses effets sur l’économie 30% des ingénieurs envisageaient de changer d’entreprise (9% se déclarent en recherche active). L’envie de changer apparaît majoritairement vers trois ans d’ancienneté dans l’entreprise. Contrairement aux idées reçues, la raison du changement est très minoritairement l’insatisfaction (28%). Le contenu du poste apparaît avoir été « le » critère essentiel dans la décision d’intégrer l’entreprise actuelle. Pour la futureentreprise, les critères de sélection sont, en tête, toujours le contenu du poste, talonné par la localisation et l’équilibre vie professionnelle/personnelle. Le statut de l’entreprise souhaitée est très souvent le même que celui de l’actuelle.

 

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend