ECOLES DE MANAGEMENT

«Nous nous définissons comme une Grande école territoriale»: Françoise Roudier (ESC Clermont)

ESC Clermont

Pour ses 100 ans l’ESC Clermont s’inscrit dans la croissance en ouvrant de nouveaux locaux à Clermont, un campus en Chine et en recrutant plus d’élèves en classes préparatoires. La vision de sa directrice générale, Françoise Roudier.

Françoise Roudier.

Olivier Rollot : Vous qui avez connu cette école comme étudiante avant d’y être professeur puis directrice générale, comment définiriez-vous aujourd’hui son identité ?

Françoise Roudier : C’est avant tout une Grande école attachante, humaine et résolument tournée vers l’accompagnement et la réussite de ces étudiants. Un style d’école qui offre un cadre relationnel assez unique, une proximité entre élèves et professeurs, une convivialité que la taille de l’école nous permet de cultiver.

Nous nous définissons comme une « Grande école territoriale », solidement implantée à Clermont depuis sa création. Installé en centre-ville, notre campus est un point névralgique dans une métropole qui compte 40 000 étudiants.

O. R : Être une école locale bien implantée est-ce suffisant alors que la concurrence est de plus en plus rude entre les écoles. Notamment lorsqu’il s’agit de recruter des élèves de prépas.

F. R : Le fait d’être une école très bien implantée localement reste un atout pour nos étudiants car la mise en réseaux (avec les entreprises, les incubateurs, les entrepreneurs, les porteurs de projets, etc..) est essentielle à leur réussite. C’est tout l’écosystème clermontois qui bénéficie à la formation des élèves et au développement de l’Ecole, avec par exemple la prochaine extension du campus.

Mais c’est bien « l’expérience-Etudiant » qui constitue la clé de la satisfaction et de l’épanouissement, avec 3 propositions qui font la singularité de l’ESC Clermont  : jusqu’à 3 séjours (semestres ou année complète) à l’étranger chez l’un de nos 102 partenaires ; deux diplômes en all inclusive (outre le master en management de l’ESC Clermont, un diplôme d’une université étrangère, l’un de nos cinq MSc, le diplôme de l’Institut technique bancaire/ITB, etc.) ; enfin, une politique sociale volontariste pour permettre à chaque élève de réussir son parcours avec en particulier des frais de scolarité raisonnables en all inclusive. Les élèves venus de prépas sont heureux dans notre école car notre « esprit de famille » fait écho à leurs propres valeurs.

O. R : Où aimeriez-vous vous situer dans les classements des écoles de management ?

F. R : Les classements réalisés par les supports de presse ne sont pas un but ultime, ce n’est pas une fin en soi. Mais s’en exonérer n’est pas réaliste non plus, nous savons que les rankings sont un critère important de choix d’une Ecole de management pour un candidat, et reste un indicateur considéré par les entreprises et les recruteurs de jeunes diplômés en particulier. A échéance 2022-2025, nous visons le top 18 français, en misant sur le déploiement de notre plan stratégique qui améliorera notre position sur les indicateurs strictement quantitatifs qui dominent aujourd’hui dans les rankings.

Et, mais c’est un autre débat : un étudiant est-il mieux formé en 2019 dans une école très bien classée ? Est-il un jeune diplômé plus performant, mieux préparé aux enjeux de demain, en considérant la performance da façon « macro »?

O. R : Cela passe aussi par une meilleure visibilité à l’international ?

F. R : Notre Ecole a une longue histoire et capital international. Le premier accord de double diplôme date de 1949 avec l’Université de Kansas et des cohortes d’élèves du Master Grande Ecole ont réalisé une partie de leur cursus à l’étranger.

Être accréditée par l’AACSB (Association to Advance Collegiate Schools of Business) et classée dans le palmarès du Financial Times nous donne une belle visibilité hors hexagone. Cette année, plus de 300 étudiants étrangers de 52 nationalités ont choisi notre Ecole.

Dans notre plan stratégique, nous accélérons le développement international qui créée de la valeur directe, indirecte et induite. Notamment via la quête de nouvelles accréditations, elles classements réalisés par les médias. Notre nouvelle filière autour de l’automobile et les mobilités, que nous développons avec la Grande Ecole d’ingénieur SIGMA et le cluster CARA (European Cluster for Mobility Solutions), a bien sûr pour vocation d’accroître notre visibilité à l’international, en jouant la carte de la coopération sur un domaine d’innovation sur lequel notre territoire est clairement légitime.

O. R : Au sein du concours BCE vous ne faites plus partie d’une « grappe » d’écoles cette année. N’est-ce pas préjudiciable pour votre recrutement ?

F. R : En 2018, nous faisions en effet partie d’une grappe qui comptait cinq écoles, qui ont souhaité faire cavalier seul pour le concours 2019. Une année particulière pour notre Ecole qui fête justement son centenaire cette année ! Évènement qui a motivé notre décision de proposer un tarif d’inscription « spécial Centenaire » à 19€. Également une opportunité de mettre en lumière notre Ecole lors des oraux puisque toutes les parties prenantes sont associées pendant 6 mois à cet anniversaire. Aux 12 000 prénoms des anciens élèves qui font l’objet de notre campagne de communication Centenaire, nous ajouterons ceux des intégrés en septembre prochain. A ce jour, nous attendons la validation définitive des vœux des candidats mais les résultats au stade de l’intention semblent plutôt encourageants. S’ils se confirment, nous serons satisfaits.

O. R : 10 places supplémentaires c’est à dire 70 en tout alors que vous n’aviez pas fait le plein des 60 proposées en 2018. C’est osé non ?

F. R : Nous avons progressé significativement en 2018 avec 36 élèves intégrés, après 24 en 2017. Si notre cap reste fixé à 80/100 prépas par promotion, nous ouvrons en effet 70 places en 2019. Notre année de centenaire nous offre une fenêtre de visibilité plus importante, nous voulons saisir cette opportunité de franchir un palier supplémentaire.

C’est aussi un signal envoyé au marché : le recrutement sur classes prépas fait partie de la qualité des promotions et de l’Ecole de façon générale. 80% de nos 12 000 diplômés en sont issus.

O. R : Le passage de vos oraux est bien particulier puisqu’il repose sur la projection de courts métrages. Comment les choisissez-vous ?

F. R : Un jury interne les choisit parmi les centaines de courts métrages présentés chaque année au Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand. Parmi les plus courts – pas plus de dix minutes -, dix vont être présentés à tour de rôle chaque matin aux candidats et aux jurys. Nous avons plusieurs critères de choix : outre la durée, la thématique abordée et son traitement sont regardés. Nous recherchons des thématiques sociétales internationales, des films issus des 5 continents, et nous écartons tous les films qui à notre sens peuvent induire une ambiguïté, une prise de position qui puisse mettre le candidat dans une situation d’inconfort. Les films cette année traitaient des GAFA, des migrants, de l’insalubrité des immeubles de banlieue et de leurs conséquences, des stéréotypes dans le monde de l’éducation… Les thèmes sont larges et les candidats y trouvent un écho dans leur vie, et de l’inspiration. C’est un véritable axe de différenciation car généralement, les candidats se souviennent de leur oral à Clermont : c’est l’école du court métrage !

O. R : Vous avez opté pour la nouvelle épreuve de géopolitique qu’a créé Grenoble EM. Pourquoi ce choix ?

F. R : Nous avons la certitude que GEM peut proposer une excellente épreuve dans ce domaine, c’est l’un de leurs domaines de spécialité, reconnu dans notre communauté. D’autre part, c’est une Ecole avec laquelle nous avons une relation particulière, un vrai partenaire qui a été à nos côtés à des moments importants, en mettant en pratique les valeurs de « collectif de Grandes Écoles » qu’elle prône.

O. R : A destination des élèves de prépas le Groupe ESC Clermont organise également depuis 3 ans des « mini-conférences ». De quoi s’agit-il ?

F. R : Ce sont des conférences entièrement gratuites de trente minutes, mini-conférences délivrées par nos professeurs dans les classes préparatoires. J’étais par exemple il y a quelques semaines dans une classe préparatoire de Sarcelles, accompagnée de Gilles Chetelat (l’un de nos diplômés entrepreneur dans le digital, issu de prépa) pour montrer comment la prépa peut faire de chaque élève un créateur de start up. D’autres thématiques sont proposées aux professeurs de prépa, par exemple à quoi ressemblera le « magasin du futur », ou sur le « design manager ». Il s’agit pour chaque professeur d’éveiller la curiosité des élèves dans des domaines peu ou mal connus, en vue des épreuves orales et de leur intégration ».

O. R : Comment vous positionnez-vous sur la notion de continuum entre les classes préparatoires et les Grande écoles ?

F. R : Nous avons mené des réflexions à ce sujet car c’est un véritable enjeu que de créer des conditions favorables d’intégration et de réussite des élèves venus de prépas. Déjà en amont les « mini-confs » participent à ce continuum. En première année ensuite, nous avons introduit il y a trois ans un ensemble d’enseignements et de projets qui capitalise sur les acquis de la classe préparatoire (sciences humaines et sociales, géopolitique, culture générale, culture économique, etc.) tout en mettant l’accent sur la transversalité des matières de « gestion » propres au programme Grande école. Pas de rupture donc entre ces deux étapes (classe préparatoire et école), mais une montée en puissance progressive dans l’acquisition des compétences préparant aux métiers de l’entreprise au sens large, en capitalisant sur les matières et les connaissances issues des deux années de prépa. Et pourquoi et comment elles vont leur donner « l’épaisseur » du futur cadre, entrepreneur, manager ou dirigeant, demain.

O. R : Aujourd’hui pratiquement toutes les écoles de management de régions sont implantées à Paris. Pourriez-vous créer de nouveaux campus en dehors de Clermont ?

F. R : Dans nos orientations de développement géographique, avoir des positions à l’international est dans nos priorités avec la concrétisation prochainement d’une implantation fixe en Asie. Nous n’excluons pas de partager des locaux à Paris avec des partenaires, en particulier pour déployer des programmes relevant de la formation initiale.

O. R : Quelles relations entretenez-vous avec vos alumni ?

F. R : Notre postulat à ce niveau est simple : avoir un réseau de diplômés fort et solidaire est vertueux pour l’école et ses étudiants. Et l’inverse se vérifie également : la réputation et le capital sympathie d’une Grande école bénéficie positivement à l’ensemble de ses anciens élèves.

Fort de ce constat, nous avons bâti de longue date des connexions fortes et originales entre l’école et ses alumni, en intégrant dans nos équipes 2 à 3 salariés entièrement dédiés à l’animation du réseau et à la connexion entre alumni et étudiants Je citerai par exemple la proposition faite à chaque étudiant d’être parrainé par un diplômé de son choix, en ciblant son profil selon son projet et affinité, par exemple en fonction du métier, secteur d’activité, zone du monde auxquels il aspire. Nous organisons également conjointement (école et association des diplômés) des rencontres entre étudiants et alumni de toutes générations à Paris, Lyon et Clermont.

O. R : En 2016 vous avez créé une fondation. Que vous apporte-t-elle ?

F. R : C’est un beau succès avec plus de 1,1 million d’euros de dons et promesses de dons. Nous délivrons chaque année des bourses à nos élèves du Master Grande Ecole et mettons en œuvre des innovations pédagogiques qui contribuent à la qualité de leur formation et diplôme. Les fonds collectés proviennent de nos entreprises partenaires et des alumni.

O. R : Nous avons évoqué votre relation avec le territoire. Quelles sont vos relations avec l’université d’Auvergne qui a été réunifiée en 2018 ?

F. R : Le site clermontois a fait le choix d’une structuration en association. Aujourd’hui, l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur font partie de UCAA, autrement dit sont associés à l’Université Clermont Auvergne. Ce modèle facilite les coopérations à différents niveaux, et donne à Clermont comme grande ville universitaire des atouts pour développer son attractivité de façon générale. Nous y sommes totalement associés, et toutes les parties prenantes de l’Ecole sont concernées, à commencer par les enseignants chercheurs avec un labo commun en sciences de gestion. A Clermont, la notion du territoire est partagée par tous, c’est une force majeure.

  • Une SA pour ses 100 ans. Hugo, Zoé, Dylan, Hakim, Roxane, etc., pour fêter ses 100 ans l’ESC Clermont arbore sur sa façade et dans ses couloirs les prénoms de ses 12 000 alumni. Surtout l’école organise des événements tout au long de l’année 2019 avec, par exemple, une conférence sur « les entreprises centenaires » à laquelle participait le P-DG de Michelin (et depuis de Renault), Jean-Dominique Senard. Le chiffre d’affaires devrait passer de 13,1 M€ cette année à 18,3 M€ en 2024-2025. Comme emlyon BS le groupe ESC Clermont préfère aujourd’hui constituer une SAS (société par actions simplifiée) que passer au statut d’EESC (établissement d’enseignement supérieur consulaire). Dans ce cadre la chambre de commerce et d’industrie du Puy-de-Dôme la dote de 2,4 M€ tout en conservant l’association qui porte l’école. « Pour lever 4 à 5 M€ et faire effet de levier pour investir et négocier avec les banques, nous allons en priorité faire appel à des entreprises locales et à nos alumni, pas des investisseurs qui veulent un retour sur investissement très fort et rapide », indique Françoise Roudier qui procède aujourd’hui à une étude de valorisation de la marque.
Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend