ECOLES DE MANAGEMENT

« Excelia développe ces écoles pour répondre aux besoins des professionnels »

Excelia c’est bien plus qu’une business school. C’est aussi une école de tourisme et une autre digitale en plein développement. Le directeur de l’ensemble de ces écoles, Pascal Capellari, revient avec nous sur le modèle Excelia.

Olivier Rollot : Vous dirigez à la fois l’école du tourisme d’Excelia Tourism and Hospitality School, et l’ensemble de ses écoles spécialisées : Excelia Digital School et Excelia Academy. Pourquoi développer une offre différenciée de votre business school ?

Pascal Capellari : C’est une réorganisation que nous avons mise au point en 2019, notamment pour que le périmètre de chaque activité soit clair pour les accréditations internationales. Mais en fait il y a maintenant quinze ans que nous proposons des programmes dans le tourisme. Nous développons ces écoles pour répondre aux besoins des professionnels.

Comme les écoles suisses sont renommées pour l’hôtellerie, nous voulons être le « Lausanne » du management du tourisme. Excelia Tourism and Hospitality School est ainsi la seule école française accréditée TedQual par l’organisme mondial UNWTO (émanation des Nations-Unies) dans le domaine du tourisme. Et cela depuis 10 ans. Elle fait également partie de la Conférence des formations d’Excellence au tourisme depuis 3 ans, et nous disposons d’un programme Bachelor en Management du Tourisme et de l’hôtellerie visé par la Cefdg (Commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion). Enfin c’est aussi la seule école de management du tourisme qui creuse l’aspect recherche avec ses 30 professeurs permanents.

O. R : A quels niveaux recrutez-vous vos étudiants en tourisme ?

P. C : Excelia via son école de Tourisme et sa business school propose trois niveaux de formations : un bachelor, des MSc et un tout nouveau DBA (Doctorate of Business Administration) In Business Administration Tourism & Hospitality Management créé de concert avec Business Science Institute (le DBA est dans la business School, pas dans l’école de tourisme d’où proposition de modifier ci-dessus). Les quatre MSc (MSc Management des destinations, International Hospitality Management et International Event Management à La Rochelle, International Tourism an Destination Management à Tours) permettent d’aller encore plus loin dans le management et dans la stratégie. Nos étudiants peuvent également obtenir des doubles diplômes avec l’Esthua d’Angers et avec l’université du Littoral Côte d’Opale.

Nous recrutons des passionnés de voyage et de service qui veulent une école généraliste de haut niveau, leur permettant de prétendre à des fonctions de Direction dans l’ensemble des secteurs du Tourisme. Dès le bac mais aussi également après un brevet de technicien supérieur (BTS) tourisme dont sont issus 40% de nos étudiants qui intègrent directement la 3ème année. 40 à 50% de nos diplômés du bachelor en management du Tourisme et de l’hôtellerie poursuivent leur cursus.

O. R : A quels métiers prépare votre école de tourisme ?

P. C : Nous formons aux différents secteurs du Tourisme, dont l’hospitality management, qui est beaucoup plus large que l’hôtellerie puisque nos étudiants apprennent aussi bien à gérer un budget que des ressources humaines. Nos diplômés peuvent donc travailler aussi bien dans un hôtel qu’au sein d’un office de tourisme, dans l’événementiel ou encore dans une agence de développement touristique. Le groupe Accor possède peu d’hôtels mais apporte ses compétences aux franchisés. Avec le yield management l’hôtellerie de luxe optimise ses centres de profit.

Mais d’autres secteurs sont également ouverts. Les acteurs publics locaux travaillent de plus en plus à la promotion touristique. Une compétence en hospitality management peut conduire à diriger un Ehpad par exemple.

Si la majorité de nos diplômés poursuit au-delà de bac+3 de nombreux métiers sont ouverts dès ce niveau.

O. R : La Rochelle c’est le lieu idéal pour une école de tourisme ?

P. C : Excelia Tourism and Hospitality School est effectivement implantée au cœur d’un territoire, la Charente, qui est la première destination touristique française en termes de nuitées après Paris. De plus Excelia est maintenant également présente à Tours et Orléans. L’école y profite de l’environnement de villes inscrites au sein du patrimoine mondial de l’Unesco pour se développer.

O. R : Après la crise du Covid comment le tourisme va-t-il pouvoir retrouver des couleurs ?

P. C : En 1990 il y avait 450 millions de touristes dans le monde. En 2017 on était passés à plus de 1,3 milliards. Après une année 2020 en brutale baise le nombre de touristes dans le monde devrait repartir en mode « revenge tourism ». Le tourisme va repartir mais différemment. Les touristes vont sans doute rester plus longtemps, aller moins loin, découvrir de nouveaux endroits ou encore optimiser leurs déplacements avec l’Intelligence artificielle (IA).

O. R : Parlons de vos autres écoles. Qu’apprend-on au sein d’ Excelia Digital School ?

P. C : Nous avons créé Excelia Digital School en 2017 et y recevrons 150 étudiants à la rentrée en bachelor et dans deux MSc. Au début nous nous étions consacrés aux formations en web design puis nous nous sommes élargis, par exemple à la communication. Dans tous les cas la 3ème année de bachelor se déroule à 100% en alternance. Les deux MSc sont consacrés à la Communication digitale, à l’influence et au management des Systèmes d’information et de la Data. Stratégies d’influence. Nous y formons des futurs ingénieurs d’affaires qui géreront des projets hybrides.

Ils sont particulièrement recherchés à Niort, ville dans laquelle nous sommes également présents et où sont les sièges de nombreuses mutuelles. Nos étudiants suivent aujourd’hui majoritairement leur scolarité en contrats de professionnalisation à Niort au sein de mutuelles. S’y concentrent d’énormes ressources en data qu’il faut traiter.

Niort est un véritable laboratoire pour nous en termes d’informatique décisionnelle. Nos diplômés sont formés pour faire le pont entre les marketeurs et les ingénieurs. D’ailleurs il y a déjà quinze ans que nous délivrons un master Ingénieur d’affaires avec nos voisins de l’école d’ingénieurs Eigsi.

O. R : La troisième école du groupe Excelia est l’Excelia Academy. Quelles formations y délivre-t-on ?

P. C : Déjà des formations de FLE (français langue étrangère) que nous délivrons depuis… 1931 dans une école de langue. Nous y proposons à nos étudiants internationaux de suivre des programmes en business certifiant en français.

Nous avons par ailleurs créé un « bachelor first year » pour des étudiants qui ne savent pas quelle voie choisir après le bac. Nous leur proposons de suivre à la fois des cours de tourisme et de digital puis de choisir leur programme sur un concours interne.

Enfin Excelia Academy incube également de nouveaux programmes avec par exemple un programme en immobilier post bac+2 que nous délivrons à La Rochelle et Tours avec l’Imsi (Institut du management des services immobiliers). Nous avons également des projets dans le management de la santé à Rochefort où il y a du thermalisme et le développement d’un pôle bien être.

O. R : Quels objectifs de développement vous fixez-vous ?

P. C : D’ici 2025 l’objectif est de doubler nos effectifs pour Excelia Digital et Excelia Academy en passant respectivement de 150 à 300 étudiants et de 250 à 500. Pour Excelia Tourism and Hospitality School nous entendons passer de 400 à 800 étudiants d’ici 2025. Sur l’ensemble de nos campus et antennes et pour l’ensemble de nos écoles : à Tours, La Rochelle et Orléans mais aussi Niort et à Paris sur le campus de l’Isit.

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend