ECOLES DE MANAGEMENT, PROGRAMMES

HEIP : un « Sciences Po bis » en plein essor

Les étudiants d’HEIP sur le campus Eiffel d’Omnes Education dt HEIP fait partie

Créée en 1899, l’école des Hautes études internationales et politiques (HEIP) fut longtemps une belle endormie. Sous l’égide de son précédent directeur, Philippe Cattelat, elle avait commencé à retrouver de son lustre depuis 2017. La création de la spécialité du bac Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques (HGGSP) favorise encore son développement. De 250 étudiants en 2017 la voici déjà à 1 200 étudiants cette année. Dont 20% d’internationaux avec l’objectif de monter à 30%. Haute fonctionnaire, présidente du Club 21e Siècle, association qui promeut la diversité et l’égalité des chances, Laetitia Hélouet a sa direction en mai 2021 : « Haute fonctionnaire ou directrice d’école c’est la même finalité : servir la société ». Un « Sciences Po bis » donc ? « Nous sommes beaucoup plus présents sur les formations internationales ce que ne sont pas les IEP de province. Autre différences, nous faisons partie d’un groupe plus large, Omnes Education, avec une approche plus professionnelle et une inscription globale dans le monde du travail et un accès à d’autres formes d’écoles », assure la directrice.

A l’orée du XXème siècle. En 1872 Émile Boutmy crée Sciences Po. Dans les année qui suivent d’autres institutions en sciences sociales voient le jour et c’est en 1899 que Dick May – de son vrai nom Jeanne Weil – crée l’Ecole des hautes études sociales, ancêtre d’HEIP. Elle compte alors trois écoles : journalisme, morale et sociale. Il s’en suivra un « âge d’or » quand, jusqu’à la première guerre mondiale, se retrouveront à y enseigner toute l’intelligentsia française, d’Emile Durckheim à Anatole France ou Raymond Poincaré.

Des cycles bachelor et MSc. Dans le cadre du cycle bachelor – accessible hors Parcoursup – les étudiants sont formés à l’ensemble des disciplines politiques et internationales (relations internationales, sciences politiques, droit public, etc.). « Nous proposons par exemple des exercices de simulation de crise ou de relations internationales », explique la directrice. Les étudiants ont également la possibilité de partir une année entière à l’international sur le campus de Londres du groupe Omnes ou dans une université étrangère. Le tout avec un enseignement en trois langues.

Le cycle MSc sur deux ans permet quant à lui de se spécialiser dans neuf secteurs d’activité tels que la Transformation digitale des services publics, les Affaires internationales et développement durable ou encore la Prévention, arbitrage et résolutions de conflits.

Formation continue : le CEDS. HEIP propose également des actions de formation continue au sein du CEDS, Centre d’études diplomatiques et stratégiques, la formation exécutive d’HEIP à destination de professionnels en activité dans les domaines de la défense, la diplomatie, la cybersécurité et la résolution de conflits. Le CEDS propose un cycle master et des PhD. Les pays émergents, notamment africains, sont particulièrement ciblés. « Une très large partie des membres de la diplomatie de la Côte d’Ivoire ont été formés par le CEDS ce qui donne ensuite beaucoup de relais à nos alumni », souligne Laetitia Hélouet.

Quels développements ? Reprenant la carte des Sciences Po, après Paris – où elle intègre de nouveaux locaux à La Défense à la rentrée – et Lyon HEIP ouvrira son bachelor et des masters à Bordeaux en 2022-23. Suivront Rennes en 2023-24 puis Aix-Marseille en 2024-25. Mais l’Afrique est également prioritaire, notamment en formation continue, avec l’ouverture d’un campus à Abidjan en 2023.

Laetitia Hélouet est haute fonctionnaire. Diplômée de Sciences Po Rennes et de l’Institut national des études territoriales (INET), elle débute sa carrière au ministère de l’Economie et des Finances avant d’assumer des fonctions de direction générale dans le secteur social en Seine-Saint-Denis pendant près de dix ans. En 2016, elle rejoint la Cour des comptes. En parallèle, elle exerce les fonctions de rapporteure aux comités d’éthique des Jeux Olympiques de Paris 2024. Elle est également présidente du Club 21e Siècle, association qui promeut la diversité et l’égalité des chances, et membre du conseil d’orientation du Palais de la Porte Dorée.

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend