ECOLES DE MANAGEMENT

Un nouveau directeur pour Kedge

Parce qu’il a déjà dirigé une grande école de management – l’ICN -, parce qu’il sait faire travailler des cultures différentes – il a également présidé Artem – et enfin parce qu’il dirigeait depuis 2009 une business school, HEC-ULg à Liège, née également d’une fusion, le nom de Thomas Froehlicher (@FroehlicherT) était celui qui revenait le plus souvent quand on parlait de la succession de Bernard Belletante à la direction générale de Kedge.

Thomas Froehlicher

Mercredi 21 mai sa nomination est devenue effective et il prendra ses fonctions le 25 août prochain. A 48 ans, il devra affronter une situation que beaucoup jugent dégradée (lire ci-dessous) avec une solide expérience des fusions qu’il expliquait en janvier 2013 dans un entretien que vous pouvez retrouver in extenso sur le blog d’HEADway.

S’il estimait à l’époque qu’il y avait à Liège une « masse critique » à atteindre il n’en restait pas moins prudent envers l’effet de taille : « Qui dit nouveaux étudiants dit aussi corps enseignant car il ne faut pas dépasser les trente étudiants par enseignant. Le taux d’encadrement est une variable clé en pilotage de la qualité. De plus, avoir 8000 étudiants sur quatre ou cinq campus c’est très compliqué, même si on croit dans l’efficacité des TIC. Dans nos métiers il n’y a que peu d’économies d’échelles ». Il n’en était pas moins positif sur les fusions de Skema et Kedge qui « permettent un effet « branding », une bonne gestion de la marque en termes de rayonnement international. Il me semble qu’ils ont aussi su identifier un projet novateur dans leur positionnement d’écoles internationales ».

Dans ce même entretien, Thomas Froehlicher identifiait plusieurs types de fusion « positives »: « On pourrait privilégier deux types de fusions : fusions à effet  « taille », plutôt pour des masses critiques soutenant le branding d’un établissement (budget de communication, puissance des réseaux alumni, addition des implantations/réseaux internationaux et réseaux « entreprises ») ou des fusions de complémentarités pour répondre aux enjeux de transversalité (entre management et ingénieur, ou design, ou juristes) ». Dans les deux cas, il insistait enfin sur la nécessité d’avoir les moyens mais aussi les « bons modes de pilotage et donc de gouvernance ». Est-ce aujourd’hui vraiment le cas à Kedge ?

Olivier Rollot (@O_Rollot)

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend