UNIVERSITES

Le Campus Condorcet fait sa première rentrée

« Transformer les sciences humaines et sociales pour relever les grands défis du XXIème siècle. » Les ambitions du président du tout nouveau campus Condorcet, Jean-Marc Bonnisseau, sont à la hauteur de ce qui est déjà plus grand campus européen du domaine. A Aubervilliers, aux portes de Paris, ce sont onze universités et Grandes écoles qui y installent des laboratoires – mais aussi des étudiants de niveau master et surtout doctorat -, et transfèrent tout ou partie de leur fonds documentaire. Autour du CNRS se retrouveront aussi bien l’EHESS que l’EPHE – dont le siège s’installera sur le campus en 2024 -, l’Ecole des Chartes, la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, l’Ined – dont le siège est déjà sur le campus – , et les universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris-Nanterre, Sorbonne-Nouvelle, Paris 8 et 13. En tout ce seront surtout plus d’un million d’ouvrages, dont 80% en libre accès, qui seront consultables dans le « grand équipement documentaire ». Enfin chaque chercheur y disposera de son propre bureau ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

Les onze membres du Campus Condorcet

 

Petit rappel historique. Au milieu des années 2000, l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et l’École pratique des hautes études (EPHE) envisagent de créer, à Aubervilliers, un grand campus de recherche en sciences humaines et sociales, tandis que l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne programme la construction au nord de Paris, porte de la Chapelle, d’un campus destiné à ses étudiants de licence. En 2008, les deux initiatives fusionnent en un projet unique, le Campus Condorcet, reliées en 19 minutes à pied et en 5 minutes par la ligne 12 du métro.

À Aubervilliers, site dédié à la recherche et à la formation à la recherche, la Cité des humanités et des sciences sociales s’étire sur près de 7 hectares. Alors que 12 000 personnes y sont attendues, le site accueille déjà 60 unités de recherche et près de 4 000 étudiants.

Après l’emménagement des premiers chercheurs en cette rentrée 2019, la première phase sera achevée en 2023 et devrait être complétée par une seconde à l’horizon 2025. Devrait car 250 millions d’euros ne sont pas encore budgétés pour construire les 60 000 m2 de bureaux nécessaires entre autres pour recevoir l’ensemble des personnels de l’EHESS…

« Il va se passer quelque chose à Condorcet ! » L’ensemble sera-t-il gouvernable avec ses onze tutelles souvent nées elles-mêmes de scissions au sein des universités membres ? « Nous sommes des chercheurs sans frontière. Nous sommes dans PSL cela ne nous empêche pas de travailler avec Paris 1 », répond Jean-Michel Verdier, président de l’EPHE. « On aurait tort de prendre le campus Condorcet uniquement pour un projet immobilier. C’est un véritable processus de transformation et nous souhaitons vivement nouer de nouvelles relations. Il va se passer quelque chose à Condorcet ! », insiste Christophe Prochasson, directeur de l’Ecole des hautes études en sciences sociales. « C’est une vraie stratégie ! », établit également le président de l’université Sorbonne Nouvelle, Jamil Dakhlia, dont l’université sera implantée sur trois emplacements : au centre de Paris pour la recherche, à Nation pour les étudiants et enfin à Condorcet. Une autre difficulté organisationnelle que vont rencontrer non seulement toutes les universités membres mais aussi l’EHESS ou encore l’Ecole des Chartes.

Quels moyens ? D’autres interrogations se posent sur le fonctionnement même du campus. Et notamment sur la question du transfert de personnels vers l’équipement documentaire dans le cadre d’une unité mixte gérée par le CNRS mais sans que celui-ci y amène des personnels. Un état de fait qui a amené le président de l’université Paris 1, Georges Haddad, à affirmer son opposition il y a quelques semaines. « Nous avons les moyens de fonctionner même si la bibliothèque n’a pas encore forcément les moyens de répondre à toutes les questions. L’important c’est de dire que nous sommes réunis pour la phase 2 », répond Jean-Marc Bonnisseau.

« Nous ne pouvons réussir que si nous sommes interdisciplinaires et il ne saurait y avoir de concurrence entre nous et les autres dans la mesure où nous sommes présents dans tous les sites », assure François Joseph Ruggiu, directeur de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS dont un tiers des chercheurs vont venir sur le campus.

Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend