ECOLES DE MANAGEMENT

L’EMIC : une école du management pour les industries créatives

Elle s’est d’abord intéressée à l’industrie musicale, puis à celle des jeux vidéo, l’Emic (Ecole de management des industries créatives) continue son parcours dans les industries créatives en ouvrant un nouveau MBA à l’audiovisuel. A sa tête un grand professionnel du secteur : Jean-Baptiste Jouy. Fondateur de la société de production Step by Step, ce diplômé d’HEC a été successivement directeur des programmes de Paris Première, directeur général de RTL2 et Fun Radio, directeur des programmes de Canal + ou encore directeur des magazines de France TV : « J’ai souvent recruté des cadres qui n’étaient pas assez formés aux métiers enjeux de l’audiovisuel. C’est tout l’enjeu de ce nouveau MBA ».

L’audiovisuel est un métier de passionnés… « Mais la passion ne peut pas tout porter. Il faut des savoirs spécifiques acquis dans une école spécifique », insiste Jean-Baptiste Jouy qui entend faire intervenir une trentaine d’intervenants professionnels du secteur – de Netflix à France TV – dans un programme de 450 heures par an « très en phase avec le secteur » : « 100% des intervenants seront des professionnels en activité issus de tous les secteurs. De formidables « passeurs » qui savent raconter et faire participer loin des cours magistraux ». Parce qu’on ne s’improvise pas enseignant, chacun d’eux travaille ses cours avec Jean-Baptiste Jouy pour créer son syllabus et chapitrer ses cours. Innovation, vente, distribution, marketing, processus de fabrication, achat de programmes internationaux au programme tout le management des industries créatives.

… qui doivent apprendre à travailler dans un cadre précis. Titulaires d’une licence ou d’un bachelor, le plus souvent d’une école de management, les étudiants sont sélectionnés sur leur niveau mais aussi sur leur « potentiel humain ». « Le comportement est un point fondamental pour les DRH que nous testons en amont et que nous nous efforçons de faire progresser avec des coachs », confie Daniel Findikian, co-fondateur d’EMIC. « Particulièrement dans l’audiovisuel, qui est un métier de réseaux sur un mode industrialisé, il faut mettre un cadre à ses passions », renchérit Jean-Baptiste Jouy.

Très pros. Formés au management les étudiants n’en apprennent pas moins les grandes étapes du développement technique des métiers des médias. Toujours en pensant en termes d’innovation. « On ne devient pas forcément créateur mais in apprend à faire émerger des idées et à organiser un processus qui permet de passer de l’idée au concept », explique Jean-Baptiste Jouy. Les étudiants pitchent ainsi régulièrement devant leurs pairs pour une lecture critique des projets qu’ils développent. Ce qu’on appelle des « elevator pitchs » par analogie avec les quelques instants qu’on a parfois pour les présenter aux décideurs entre deux étages dans un ascenseur.

L’Emic tient également à conserver des effectifs réduits pour coller aux besoins des entreprises. « Nous connaissons le prénom de chaque étudiant. Quand un recruteur appelle on sait qui recommander pour tel poste », assure Daniel Findikian. « De plus nos intervenants sont de futurs recruteurs. Dès l’école on se construit un réseau », assure Jean-Baptiste Jouy.

  • A la rentrée 2017 l’Emic a vu le jour en lançant son premier MBA. A la rentrée 2018-2019 elle en comptera trois. D’une durée de deux ans, ils sont accessibles après une licence ou un bachelor en première année ou directement en seconde, cette seconde année se déroulant pour 60 à 75% des étudiants en alternance. La mise en situation en entreprise des étudiants est au cœur des programmes avec autant de cours que de stages.
  • Consacrés aux industries créatives, les deux premiers MBA sont divisés en une première année généraliste et une seconde spécialisée soit à la musique, soit aux jeux vidéo. Le MBA audiovisuel est lui tout entier consacré au secteur.
Previous ArticleNext Article
Olivier Rollot
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel). Il anime également le blog HEADway et du blog du Monde « Il y a une vie après le bac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend