Non classé

Les universités qui font le mieux réussir leurs étudiants

Après l’AEF c’est au tour d’EducPros ne produire son classement des universités qui font le mieux réussir leurs étudiants en licence. En données brutes c’est à l’UPMC que les étudiants passent le plus facilement en L2 (60,6%) devant Angers (57%) et Lyon II (54,4%). A l’inverse, ils ne sont que 19,4% à passer en deuxième année à La Réunion.

Si on regarde du côté de la valeur ajoutée en 3 ans (c’est-à-dire du taux de réussite réel par rapport au taux « attendu » compte tenu de la catégorie socio-professionnelle des étudiants) c’est l’université d’Auvergne qui emporte la palme (valeur ajoutée de 18,7) devant Angers et La Rochelle. L’UPMC subit une moins-value de dix et c’est Lille 1 qui fait figure de plus mauvais élève avec -13. Cette plus-value connaît de très importantes fluctuations puisqu’en 1 an l’université de Corse a gagné 12,6 points quand Lille 1 en perdait 13.

Mais l’indicateur est surtout contesté. « Nous sommes extrêmement réticents à accepter cet indicateur, explique Fabrice Chemla (photo), vice-président formation de l’UPMC à EducPros. Sur la méthodologie tout d’abord : regarder parmi les étudiants de licence 3 ceux qui étaient inscrits en L1, c’est faire reposer ce taux sur une assise minuscule – à peine 35% de nos 2500 étudiants de L1. Ceux qui se sont bien réorientés dans d’autres disciplines, ceux qui ont rejoint une école du réseau Polytechnique ou d’autres grandes écoles d’ingénieurs ne sont pas comptabilisés comme de la réussite pour nous ! Sont-ils de l’échec ? »

Olivier Rollot (@O_Rollot)

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

2 Comments

  1. La politique actuelle de massification de l’ESR va nous mener vers une situation catastrophique. Les taux de reusites aux bac sont aberrants …Un ancien ministre de l’Education Nationale a déclaré récemment que pour ne pas obtenir le bac il faut que le candidat fasse une demande écrite au ministere en trois exemplaires. Les élèves postulant dans le supérieur ne savent pas résoudre une règle de trois (tests effectués par les enseignants de Toulouse III suite à un flux trop élévé en filière biologie en 2014). Des quotas anti-républicains dans les IUT et les STS conduisent ces établissements a devenir des garderies car les élèves injectés de force par le recteur possèdent un niveau scolaire d’une classe de troisième….Mme Fioraso devrait assister à un recrutement d’un technicien dans l’industrie : une quarantaine de candidats avec un bac S et une année supplementaire en Angleterre et une SELECTION terrible…mais la sélection est pour Mme Fioraso rétrograde…on a compris pour Mme Fioraso, il faut GARDER les étudiants pour éviter le chomage…Donc doctorat pour tous et il faut distribuer les diplômes avec le sourire …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend