ECOLES DE MANAGEMENT

L’Iéseg se construit un avenir de plus en plus parisien

« Paris fait partie des cinq villes dans le monde qui « parlent » à toute la planète et nous avons décidé de nous y renforcer en construisant un nouveau bâtiment de 8000 m2 qui ouvrira ses portes à La Défense à l’été 2017. » Sous la direction de Jean-Philippe Ammeux, l’Iéseg investit 50 millions d’euros pour créer ce nouveau campus qui regroupera trois des quatre implantations qu’elle possède déjà à La Défense tout en conservant les 6000m2 de son campus de La Grande Arche. « Nous sommes dans une logique patrimoniale avec des SCI qui possèderont 94% de nos bâtiments en 2017 et dont la valeur nous permet d’aller voir des banques pour continuer à investir à l’appui d’actifs solides. » Acheté sous la forme de crédit-bail immobilier ces nouveaux bâtiments devraient au total revenir à 3,7 millions d’euros par an à l’école contre 3 millions aujourd’hui en loyers, la différence étant compensée par l’augmentation du nombre d’étudiants qui devraient atteindre les 6000 en 2020 contre 4300 aujourd’hui.

(Photo ©FRANKLIN AZZI ARCHITECTURE)

La progression des effectifs se fera ainsi d’abord à Paris – même si de nouveaux bâtiments sont également en construction à Lille – et dans le programme grande école tout en développant également un bachelor à destination des étudiants internationaux, des MSc et un MBA. « Notre modèle en 5 ans reste tout à fait novateur dans un univers dominé par le bachelor en 4 ans anglo-saxon dont la durée ne suffit pas pour comprendre le monde », assure Jean-Philippe Ammeux en insistant également sur la nécessité d’internationaliser les profils « at home » par le passage de tests mesurant « l’interculturalité » de ses étudiants. Un tiers de ses étudiants suit déjà tout le cursus en anglais.

Ce nouveau bâtiment est bâti dans l’esprit d’une école qui bannit peu à peu les cours en amphi – le nouvel amphi de 300 places sera essentiellement destiné à des événements -, entend donner de moins en moins d’heures de cours en présentiel et parie sur le développement du « blended learning ». « La pédagogie a un impact sur le business model et, sans aller vers un modèle américain de 15 h de cours en bachelor et 12 h en master, nous allons vers 20 h hebdomadaires qui sont plus efficaces que de « donner la becquée » à des étudiants passifs comme on le fait encore largement en France. » Les cours de langue de l’Iéseg sont ainsi depuis longtemps largement donnés à distance avec les solutions 7Speaking qui permettent de suivre de très près ce que fait l’étudiant. A la sortie une moyenne de 930 au Toeic pour les diplômés de l’Iéseg en plus amenés à se tester régulièrement avec le Bulats. Comme le résume Jean-Philippe Ameux : « Le blended learning c’est l’avenir avec la nécessité de socialiser les étudiants en cours et de leur apprendre à travailler en groupe en présentiel comme à distance ».

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend