ECOLES DE MANAGEMENT

«Nous recrutons nos étudiants dans le monde entier»: Jean-Philippe Muller, directeur de l’International University of Monaco

Elle est née en 1986 University of Southern Europe puis est devenue l’International University of Monaco (IUM). En 2020 elle a obtenu l’accréditation de l’AACSB (Association to Advance Collegiate Schools of Business). Son directeur depuis 2013, Jean-Philippe Muller, revient sur l’identité d’une business school de plus en plus reconnue.

Olivier Rollot : Cette année l’IUM, l’International University of Monaco, a obtenu l’accréditation de l’AACSB (Association to Advance Collegiate Schools of Business) pour cinq ans. C’est une sorte de consécration ?

Jean-Philippe Muller : C’est en tout cas l’aboutissement d’un processus de transformation que nous avons lancé en 2014 pour obtenir la reconnaissance internationale indispensable au développement d’une business school comme la nôtre qui recrute essentiellement des étudiants internationaux. Ce processus se concrétise également une évolution considérable de la qualité de notre faculté puisque les trois quarts de nos postes de professeures ont été renouvelés depuis 2014. Cette reconnaissance va également nous permettre de monter plus de partenariats internationaux.

O. R : Comment se caractérise le projet pédagogique de l’IUM ?

J-P. M : Nous avons un « Mission statement », un positionnement, original avec des faiblesses dont nous avons voulu faire autant de forces. Nous n’avons pas de marché local, et bien nous recrutons nos étudiants dans le monde entier. Notre marché local est celui d’un petit État de deux km2, notre projet pédagogique doit donc être ultra différenciant en étant axé sur le luxe et la finance. Comme je le dis à nos étudiants : « Monaco c’est votre campus ! »

C’est ainsi que nous avons défini un projet cohérent auquel il ne manquait plus que la qualité académique à mettre en avant. Un projet largement appuyé par les autorités monégasques comme ont pu le constater les experts de l’ACCSB lors d’une réception au Yacht Club de Monaco à laquelle tous nos partenaires, entreprises et institutions, jusqu’au Musée océanographique, étaient présents.

O. R : L’année dernière vous avez pu également bénéficier de l’apport de nouveaux locaux au centre de Monaco grâce au soutien de la Principauté.

J-P. M : La ressource la plus rare à Monaco c’est l’espace. Les autorités monégasques ont financé à 80% nos nouveaux locaux de 2000 m2 que nous avons pu acquérir au prix du domaine public. Et parce qu’ils sont parfaitement équipés en ressources vidéo, en 2020 nous n’avons dû fermer nos locaux qu’au mois de mars. Depuis septembre dernier nous recevons la moitié de nos étudiants.

O. R : Quels sont maintenant vos objectifs dans le cadre du nouveau plan stratégique que vous mettez en œuvre?

J-P. M : Nous repartons avec de nouveaux atouts, les accréditations AACSB et Amba et même une place de 33ème pour notre MBA dans le classement annuel de The Economist en 2021. Autant d’éléments qui vont nous permettre d’établir de nouveaux partenariats pour que nous étudiants puissent suivre une partie de leur cursus dans des universités partenaires. Etre partie intégrante du groupe Inseec U. nous permet également d’être présents sur ses campus de Londres et Genève.

Notre projet est résolument axé sur un retour au présentiel dans une proportion 80/20. Notamment pour vivre la vie monégasque. Les 20% d’enseignements que nous allons dispenser en distanciel permettront quant à eux d’individualiser les parcours de chaque étudiant en se concentrant sur leurs projets. Parce que nous sommes une école à échelle humaine, nos étudiants ont des relations fortes avec leurs professeurs tout en profitant de la force d’un grand groupe.

O. R : Comment définiriez-vous l’identité de l’IUM ?

J-P. M : Nous ne serons jamais une business school généraliste. L’IUM est dédiée à des spécialités dans les sciences du management et les services et produits à forte valeur ajoutée comme l’événementiel ou l’hospitality. Nous avons même un track hyper spécialisé en yachting management, un univers très fermé et très exclusif. Les étudiants qui la choisissent commencent leur cursus par trois jours sur le Monaco Yacht Show, le plus grand salon du monde.

Nous formons des professionnels des métiers du luxe qui sont amenés à travailler dans un monde ultra exigeant, hyper international, dans lequel il faut toujours fournir une prestation « premium » ! Et c’est aussi pour cela que nos étudiants doivent vivre cette expérience comme quand ils participent à l’organisation du Grand Prix de Monaco ou à la Monte Carlo Fashion Week.

Mais ce n’est pas la seule identité de l’IUM. Nous sommes également très engagés dans le développement durable appliqué au luxe et à la finance. Nous organisons même un concours dédié, le « Monaco Ocean Protection Challenge », avec le Musée océanographique de Monaco. C’est dans l’ADN de la Principauté avec un Prince très engagé depuis longtemps dans cette cause.

O. R : Parmi les atouts dont vous disposez il y a celui d’avoir une marque connue dans le monde entier, Monaco. Une marque sans doute beaucoup plus reconnue à l’international qu’en France.

J-P. M : Une de mes premières décisions en arrivant à la direction de l’IUM en 2013 a d’ailleurs été de développer notre sigle pour mettre en exergue la marque Monaco que vous évoquez. Une marque beaucoup plus réputée dans le monde qu’en France où on la regarde parfois de haut. En Italie, en Chine, en Inde comme aux Etats-Unis ou en Russie la marque Monaco est très puissante. Monaco c’est le luxe, les hôtels, le tourisme mais aussi un Etat à la pointe de la digitalisation qui a été le premier au monde à généraliser la 5G. Monaco aujourd’hui c’est une smart nation avec un enseignement excellent jusqu’au lycée.

O. R : Nous sommes à Monaco. Parlons argent. Votre business school est-elle hors de prix ?

J-P. M : Pas du tout. Nous nous sommes alignés sur les prix des business schools françaises avec un bachelor à 11 000 € par an, un cycle de master à 20 000€ et un MBA à 40 000€ très accessible vu notre niveau. Cela dit venir étudier à Monaco a des coûts additionnels même si nos étudiants se logent pour la plupart en colocations dans de très beaux appartements qu’ils doivent juste laisser l’été. Par ailleurs nous redistribuons 5% de nos revenus dans des bourses.

O. R : Vous le disiez : vos étudiants sont essentiellement internationaux. D’om viennent-ils ?

J-P. M : A 60% du monde entier, à 20% de France et autant d’Italie. Ils sont essentiellement européens avec beaucoup d’étudiants russes, la troisième nationalité représentée. Nous comptons également 20% d’étudiants non-européens, et beaucoup d’américains

O. R : Et que deviennent-ils une fois diplômés ?

J-P. M : Ils Travaillent dans le monde entier, nos étudiants sont aussi plein d’initiative et il y a un nombre impressionnant de créateurs de start up parmi eux. C’est d’ailleurs une autre marque de la Principauté que d’être un lieu d’investissements et d’entreprenariat loin des lourdeurs administratives.

Previous ArticleNext Article
Ancien directeur de la rédaction de l’Etudiant, ancien rédacteur en chef du Monde Etudiant. Olivier Rollot a développé de nombreuses expertises au service des communautés éducatives. Son expérience fait de lui un expert confirmé des stratégies de relation presse et des enjeux de communication et d’image pour l’enseignement supérieur. Il est également un expert reconnu des pédagogies innovantes et des nouveaux publics de l’enseignement supérieur, il est en effet l'un des experts français de la Génération Y. Olivier Rollot est directeur exécutif du pôle communication de HEADway Advisory depuis 2012 et rédacteur en chef de "l’Essentiel du Sup" (newsletter hebdomadaire) et de "l’Essentiel Prépas" (webzine mensuel).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend